POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


France : "islamo-terroristes" travaillant au CERN...



L’image de l’Algérie éclaboussée par les souillures du "fascislamisme" !


dimanche 1er avril 2012
par Azouz Benhocine


En Tunisie les salafistes sèment une insoutenable pression. Le tourisme suffoque et avance vers la ruine, creusant les déficits économiques, de ce pays précurseur et phare du Printemps Arabe. En Algérie 200 000 victimes sont, vous disent les complices du terrorisme, l’oeuvre de l’armée. Et en France le tueur d’enfants Mohamed Merah met une couche de haine "historique" dans l’ex métropole coloniale. Dans ce contexte explosif, l’islamisme radical dispute à "Islam de France" la paix, la piété et la sagesse !

Deux doctorants du CERN et tous les deux ressortissants algériens, sont soupçonnés d’être en lien avec le terrorisme. Le premier a été jugé et sa défense n’a trouvé que de lamentables arguments pour le sauver. Dépressif ou bien la gaffe humaine du mis-en-cause ? Le procureur a requis six années d’emprisonnement. Et le second est poursuivi en Algérie qui demande son extradition. Des investigations sont en cours pour mesurer son implication dans les horribles crimes commis en Algérie pendant les années 90 et 2000.

Si l’affaire du premier, Adlène Hicheur né en Algérie mais qui a grandi en France, n’a plus de secret pour les médias français, les preuves rendues publiques l’accablent. Des messages, émails et téléphoniques dont des SMS, prouvent qu’il était en contact avec le chef de l’AQMI (Al Qaeda au Maghreb Islamique) et préparait un attentat.

Celle du second, Mourad Dhina ressortissant algérien refugié en Suisse et pour lequel un mandat d’arrêt international avec extradition a été émis par la justice algérienne, suit sa procédure d’instruction. Pouvant rendre son arrestation justifiée, la crédibilité du mandat algérien n’est pas assez établie. Car les despotes du régime algérien jouent toutes les cartes islamistes, y compris de libérer des criminels qui finissent par aller à l’étranger ou récidiver, ou bien de partager des pans du pouvoir avec des théocrates anticonstitutionnels.

Dans le contexte de l’affaire Mohamed MERAH, qui secoua la région de Toulouse et émut les français avec une bonne partie de l’opinion internationale, l’Islam de France redoute même ces criminels fanatisés. L’histoire de ce jeune « beur » de province a mis au devant la négociation entre les deux pays, France et Algérie, pour son enterrement. A un moment où le délire, comme ultime épreuve vécu par cet islam hexagonal, est devenu collectif... traversant la société française... on ne savait que faire de la dépouille du terroriste ? Le corps de Ben Laden a été jeté à la mer et les plongeurs qui remontent les trésors des fonds des océans, se déclarent intéressés par le trophée !

L’interdiction d’accès au territoire français de prêcheurs de l’intégrisme islamiste qui devaient assister à un colloque dans la région parisienne est venue, aussi cette histoire, consolider une riposte, quelque peu geste électoraliste, de la république face aux fous d’Allah. Sur demande du président Sarkozy, le gouvernement a interdit la venue de quatre prédicateurs étrangers, vedettes invités par l’Union des organisations islamiques de France UOIF. Le très populaire universitaire Tariq Ramadan a été mis en cause. Il s’agit de gauche à droite PHOTO : Safwat al-Hijazi, Abdallah Basfar, Ayed Ben Abdallah al-Qarni et Akrima Sabri.

Puis l’arrestation des 19 membres du groupuscule « Forsane El-Ïzza », opération qui a résulté sur la découverte de 3 Kalachnikovs rayée et non fonctionnels, certainement achetés pour quelques euros, a bouclé les épisodes de mars 2012. Cette intervention a ciblé un noyau d’illuminés susceptibles de passer à l’acte : ces autres jeunes qui se sont faits de la publicité au sujet du Niqab.

Et les poursuites des deux savants du CERN sont, de leurs côtés, dans le plein des procédures et des investigations. Le procès d’Hicheur Adlène montre que les projets terroristes sont prouvés. Lors du procès qui a eu lieu fin mars 201, il n’a trouvé que plaider une certaine démence, l’erreur et le mauvais geste… Mourad Dhina négocie une conjoncture où il est difficile de cacher l’intention barbare dans le monde des croyants. Notamment quand le doctorant algérien du nucléaire capte plus de prophéties que les autres humains.