POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Wikileaks, les é-mails de stratfor



Le capitalisme boursicotier et le renseignement fourni par les sociétés privées


lundi 27 février 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


Le capitalisme, et ses sociétés transnationales, ne cessera pas d’étonner. Wikileaks, encore une fois avec son interception d’é-mails, annonce qu’il publiera jusqu’au 27 février plus de 5 millions de courriels d’une société américaine de sécurité nommée Strategic Forecasting, Inc. Mais plus connue sous le vocable Stratfor. Ces messages électroniques nous apprennent les méthodes indécentes des régimes qui se targuent d’être des exemples pour l’humanité.

LIEN vers le communiqué de Wikileaks


NOTRE DOSSIER WIKILEAKS

Datant de la période de juillet 2004 et la fin du mois de décembre 2011, ces messages contiennent des éléments à dénoncer les pratiques des mafias. Prestataire pour nombreux gouvernements notamment américains, Stratfor est aussi partenaire de la CIA. Parmi les autres sociétés sont citées : Bhopal Dow Chemical Co., Lockheed Martin, Northrop Grumman, Raytheon et autres gouvernements, y compris l’US Department of Homeland Security, l’US Marines et la Defense Intelligence Agency.

What Does it Cost to Change the World ? from WikiLeaks on Vimeo.

Blanchiment d’argents et pots de vins sont parmi les méthodes, d’ailleurs basiques et communes en capitalisme sauvage, qui font le travail de cette boîte qui se dit spécialisée en sécurité.

Anonymous s’est déjà attaqué au site de Stratfor. Le groupe de Hacckers a mis en ligne les noms, adresses e-mails et numéros de carte de crédit de milliers d’abonnés Stratfor. La société fait l’objet de nombreuses adversités en matière d’éthique et surtout d’opacité dans les business en temps de crise.

George Friedman PDG de Stratfor

25 médias du monde entier diffusent ses contenus, dont le français Owni. Dans ces émails, il est révélé comment tous les moyens sont possibles pour mettre au pas les individus, notamment les grands managers et décideurs. Parmi les pratiques, le contrôle des personnes par des moyens des financiers, sexuels ou psychologiques. Ce qui est en clair, la pression avec le chantage.

Entre autre, il est indiqué le cas l’informateur des services de renseignement israéliens, dont l’émail le concernant est récent, datant du 6 décembre 2011. Il est question de la façon d’exploiter les informations sur l’état de santé du président du Venezuela, Hugo Chavez, que l’informateur israélien détenait.

Aussi Stratfor dispose de nombreux fournisseurs de renseignements au sein des diplomates et de la classe politique mondiale, d’après le câble de wikileaks. Ils sont tous rémunérés, avec des comptes bancaires suisses et des cartes prépayées. Un mélange de fournisseurs de renseignements pour cette société basé au Texas.

Certains sont des informateurs secrets et d’autres le font sans discrétions comme collaborateurs. Des employés du gouvernement, personnels des ambassades et des journalistes à travers le monde, pourvoient cette société.

En matière boursière par exemple, puisque la crise du capitalisme est encore en marche pour l’effondrement du système. Il est désigné que dès 2009, Goldman Sachs, via son directeur général de karité Morenz avec George Friedman PDG de Stratfor tiraient profit à partir de son réseau d’initiés pour démarrer des investissements avec une stratégie tombant sous la loi des délits d’initiés. Mais le dossier est plus lourd…

NOTRE DOSSIER WIKILEAKS

LIEN vers le communiqué de Wikileaks