POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La réparation de l’émail dentaire avec un gel conçu par des chercheurs de Chine



Une réplication prometteuse de la structure compliquée de la couche exposée de la dent.


vendredi 6 septembre 2019
par Gros Emile


C’est l’une des surprises scientifiques qui surgissent par incidences du travail investi. Et aussi d’avoir l’objectif précis en effectuant des essais à desseins de les rendre concluants, la couche protectrice dure à l’extérieur des dents peut réparer. Donc pour les caries nécessitant un plombage dentaire, voilà la fin de cette époque.

Voir en ligne : Notre dossier : science & médecine

Restituer l’émail dentaire, avec des mélanges de calcium et de phosphate, peut s’en passer des anciennes méthodes. Les obturations (plombages) constituées de matériaux étrangers tels que le métal, la porcelaine et la résine ne se lient pas de manière à la surface de la dent. Elles adhèrent mais finissent par souvent se détacher.

Ce qui est spectaculaire, le nouveau revêtement en émail progresse avec le gel conçu pour être appliqué à plusieurs reprises, afin de reconstruire une couche de réparation. Après qu’elle a été seulement imaginée, la duplication a été réussie, du moins encore en laboratoire du département de chimie de l’université du Zhejiang en Chine.

- La faiblesse de l’audition chez l’adulte annoncerait la démence ou cas d’Alzheimer lundi 12 août 2019

Selon un exposé de « ScienceAdvences » que vous pouvez consulter ICI, la régénération du tissu biologique le plus dur que la nature a posé parmi les organes des êtres vivants, à savoir l’émail dentaire chez l’homme, est possible.

A partir d’un matériau composé d’agrégats d’ions phosphate et de calcium, les tests de « biominéralisation », opération qui consiste à générer ce solide, a fonctionné partiellement. Des organismes biologiques produisent des minéraux structurés de manière hiérarchique et aux fonctions merveilleuses.

Mais le travail continue pour réduire des grappes de particules grosses qui ne collaient à des éléments de 3 micromètres d’épaisseur, soit environ 400 fois plus. Probablement la présentation observée est due au fait que, dans le développement normal des dents, l’émail émergent est recouvert d’une couche désordonnée de particules de calcium et de phosphate.

C’est la même réaction du gel qui favorise sa croissance, explique Tang, membre du collectif de scientifiques. L’étape même de l’application sur les souris est annoncée, alors que nous rédigeons ce sujet. Elle a passé l’essai qui encourage à la poursuite…

- Une décharge électrique mesurée, sur le cortex frontal, ravive des souvenirs oubliés dimanche 2 juin 2019

L’équipe de chercheurs a testé le gel en l’appliquant sur des dents humaines retirées des patients. Dans un premier temps elles étaient endommagées par de l’acide. Ensuite laissées dans des récipients de fluide conçus pour imiter l’environnement de la bouche pendant 48 heures.

Le gel a stimulé la croissance d’un nouvel émail. Le constat est fait par microscopie qui a révélé que le champ présentait le même arrangement hautement ordonné de cristaux de calcium et de phosphates qu’un émail ordinaire.

Dans leur expérience, le gel accompagné d’une solution d’éthanol (alcool éthylique) a été déposée sur une fenêtre en émail (4 mm sur 5 mm). Après séchage à l’air à la température ambiante pendant 15 minutes, une couche a été trouvée sous forme d’un revêtement continu sur la surface de l’émail.

L’émail humain se caractérise par une structure bien organisée et une complexité hiérarchique. Il contient des bâtonnets d’émail bien alignés et sont aussi entrelacés en inter-bâtonnets. Ce qui donne la structure caractéristique « en forme d’écailles de poisson », ce qui a été reconstitué, non après séchage de l’éthanol, mais après 48 heures pour présenter toute la consolidation de la matière à dureté connue.

Répondre à cet article