POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Un manifestant brandissant « CASSE TOI POV’CON » condamné à une amende.



Je dis ce que personne ne peut imiter : la justice encore attachée à l’antique lèse-majesté !


vendredi 27 mars 2009
par jaco


En tant que militant politique, il se croyait irrépréhensible pour insulte envers le chef d’Etat. Hervé Eon est un demandeur d’emploi de 56 ans. Ancien conseiller général PS dans la région où s’effectuait la visite présidentielle, il a été condamné à une « amende de principe » de « 30 euros avec sursis » par le tribunal de grande instance de Laval. Il manifestait avec une pancarte avec la fameuse : "POV’CON" inscrite dessus.

Reproduite des propos même du président, et montrée par un manifestant dans la ville de Laval (Mayenne) lors du passage de Mr. Sarkozy, la locution « Casse toi pov’con » est tombée sous le coup de la loi. Quand elle est utilisée par un citoyen, sur sa pancarte de manifestant, envers son premier instigateur, elle passe pour un délit !

Le poursuivi par la justice pour « offense au chef de l’Etat », répondant au nom d’Hervé Eon est un demandeur d’emploi de 56 ans. Ancien conseiller général PS dans la région où s’effectuait la visite présidentielle, il a été condamné à une « amende de principe » de « 30 euros avec sursis » par le tribunal de grande instance de Laval. Lors du précédent jugement qui a eu lieu en novembre 2008, le parquet avait requis une peine de 1.000 euros d’amende. Le prévenu a reçu le mardi 24 mars 2009 la confirmation du jugement de la cour d’appel d’Angers, pour son recours « en appel » premier procès.

En tant que militant politique, il se croyait irrépréhensible pour insulte envers le chef d’Etat. Il avait affirmé à chacun des 2 procès qu’il pratiquait « non pas l’insulte mais le slogan politique ». Mais Hervé Eon, avait des démêlés avec la justice, pour fauchage de maïs OGM. Donc il risquait bien davantage, comme contestataire comme ceux, nombreux qui ont des opinions politiquement assumés. En France, le délit d’offense au chef de l’Etat, ce lèse-majesté bien que tombé dans l’oubli, est toujours en vigueur de 45 000 euros d’amende au nom de la loi de 1881. Il concerne et est inscrit sur la loi sur la liberté de la presse.

Selon certains confrères de la presse qui ont assisté au procès en appel, le président de la cour d’Angers avait suggéré à Hervé Eon s’il s’excuserait, un jugement plus clément lui sera accordé : « une condamnation sans amende par exemple ». Hervé Eon a refusé, et compte poursuivre la procédure jusque devant la justice européenne, s’il n’obtenait pas gain de cause en France.

Votez pour cet article : Un manifestant brandissant « casse toi pov4con » condamné à une amende.