POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La faiblesse de l’audition chez l’adulte annoncerait la démence ou cas d’Alzheimer



Une étude dit qu’une aide auditive pour amplifier l’écoute améliore les connexions au fil du temps.


lundi 12 août 2019
par Hugo Mastréo


Analysées du 1er janvier 2000 au 31 décembre 2013, les données, sur la masse de population observée, ont confirmé la probabilité d’incidence de la démence chez les patients exposés à la surdité. D’où la suggestion de mise en place de protections auditives précoces après dépistage. Donc l’utilisation d’appareils auditifs, contribue à atténuer le facteur de risque potentiel de démence.

Dans son article, couvrant les conclusions validées d’une recherche scientifique, l’agence Reuters a cité une réponse reçue par e-mail : «  Il y a maintenant plus de personnes âgées de plus de 65 ans que de moins de 5 ans pour la première fois de l’histoire de l’humanité  ». Parce que perdre l’ouïe au delà d’un âge précoce et sans raison infectieuse connue, est un mauvais signe pour les plus vieilles personnes.

- Notre dernier article scientifique : Les bactéries du sol répertoriés et leur présence est vitale pour l’humanité 28 juillet 2019

Attention la surdité qui touche les personnes d’un certain âge, identifié se situant entre 45 et 64 ans où se concentrent le nombre de cas étudiés, serait apparenté à une démence partielle ou débutante ou bien encore incidente. C’est à cette étape de la vie que l’on réfère à la maladie d’Alzheimer, la perte de mémoire ou de stress inexpliqué ou bien d’une dépression rendue avec le vieillissement.

Les stratégies de traitement actuelles de la démence ne font qu’améliorer les symptômes et ne modifient pas l’évolution de la maladie. Avec l’âge sont décelés des scores plus faibles aux tests de mémoire, ce qui est un risque plus élevé de démence toutes causes confondue. Maintenant la diminution de la perfection de l’écoute est indiquée parmi les signes à soigner.

Les résultats d’une étude observationnelle publiés par JAMA Network Open, de la National Taiwan Normal University à Taipei, qui a suivi quelques 16 270 cas. Tous étaient exempts de démence au début, mais au fil du temps, 1 868 personnes ont développé une démence et 59% d’entre elles appartenaient au groupe des malentendants.

Les sujets suivis se situent dans le pays où se trouve l’établissement, ce qui a permis de dresser des données et d’en déduire les conclusions. Elles indiquent qu’au déclin de l’ouïe s’associe à une probabilité de trouble cognitif émergent. Même un léger déficit auditif, dès l’âge de 40 ans ou avant, peut constituer un facteur de risque.

- Une décharge électrique mesurée, sur le cortex frontal, ravive des souvenirs oubliés 2 juin 2019

La perte auditive est définie selon les codes de la Classification internationale des maladies, ce qui peut être donc dressé et déclaré d’après des critères, voire des symptômes, dûment définis. A l’instar d’autres pathologies, elle est porteuse d’un risque plus avancé de mortalité, de coûts de santé plus élevés et d’invalidité. Elle crée un malaise social du sujet avec son environnement.

Des recherches antérieures suggèrent qu’environ deux tiers du risque de démence est héréditaire ou génétique, ce qui signifie qu’environ un tiers du risque provient de choses modifiables, comme la faiblesse des organes ou bien les mutations résultantes en incidences de l’âge. Les futures études examineront si le traitement d’une perte auditive peut réduire le risque de démence, écrit l’équipe de l’étude.

Cette étude d’une cohorte de plusieurs milliers de personnes est représentative. Elle ne tient pas compte du niveau d’instruction, de l’indice de masse corporelle, des activités physiques, des habitudes alimentaires, de la pression artérielle, de la glycémie, du tabagisme et de l’utilisation d’appareils auditifs. Mais la démence était significative entre 5 et 12 ans d’affaiblissement de l’ouïe.

Source : Auteur correspondant, chargé de l’étude Charles Tzu-Chi Lee, PhD. Département de la promotion de la santé et de l’éducation à la santé, Université nationale normale de Taiwan, 162 He-ping East Rd, section 1, Taipei 106, Taiwan ( lee@ntnu.edu.tw ).

Répondre à cet article