POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Dans la désinformation, le pompier est certainement un pyromane (...)

Dans la désinformation, le pompier est certainement un pyromane !



L’époque où Google diffuse l’actualité, il commence à mettre son étiquetage des articles...


lundi 1er avril 2019
par N.E. Tatem


C’est aussi de l’innovation de produire une information alternative. Celle qui est faisable et qui n’existe pas dans les supports corporatistes et traditionnels. Il ne s’agit pas uniquement des journalistes mis au placard, censurés et black-listés. Mais des titres et entreprises médiatiques qui ont couvert les agressions du Vietnam, d’Irak et même la guerre froide de manière à obéir à des lignes éditoriales injustes et partiales.

Interroger la véracité des informations devient primordial, pour surtout les consommateurs, qui sont les lecteurs ou téléspectateurs sinon les récepteurs comptant dans l’audimat. Des outils nouveaux pour la vérification des faits sont apparus. Certains sont, librement et souvent utilisés par les éditeurs, prisés plus que d’autres…

- L’avenir des "Fake News" entre les mains du public averti : notre sondage continue. 7 janvier 2019

Mais pour écourter toutes négociations et s’instruire des doutes sur les narrations susceptibles d’être de la fausse information, il faut descendre au champ cité quant aux circonstances et aller aux personnes concernées. Pour nous décider, en parlant des faits internationaux, nous avons consulter plusieurs alternatives, notre choix est ICI.

De nombreux sites Internet proposent leur service, il est même fastidieux de les énumérer, pour procéder au contrôle de l’information. Les réseaux sociaux tentent de leur côté de parer au désastre des flux d’informations erronées. Aussi bien Facebook que Google procèdent directement à indiquer aux lecteurs des précisions. Sur la première plateforme de Marck Zuckerberg, un petit "i" apparaît, en bas à droite, pour établir son opinion sur la source du lien.

Google qui est l’une des plus puissants distributeurs des réponses aux requêtes des internautes. Notamment Google News qui donne carrément toutes les parutions de la presse, car le fameux moteur de recherche

- wikileaks avertit sur 140 choses que les journalistes ne devraient pas dire à propos d’Assange 9 janvier 2019

Puisque certains titres distillent des « fake news » sans gêne, l’authentification se mobilise. La traditionnelle presse continue d’interpréter les faits qui lui arrivent en primauté, et analyse aussi l’actualité largement prise en compte, selon la ligne éditoriale du titre ou l’entreprise qui détient le contrôle…

Malgré le manque de confiance, dans certains labels médiatiques qui s’adonnent à une forme de spéculation tendancieuse sur des événements qui resteront dans leur véracité ou même font du plagiat d’autres créateurs et sources, Internet, qui a 30 ans, évolue dans le bon sens. Ce dernier se limite à une paradoxale gratuité antinomique de la rentabilité.

Les gens s’habituent de plus en plus à payer pour des nouvelles diffusées sur Internet. Pourtant l’accès à l’information est souvent un droit constitutionnel. Le processus de souscrire à un abonnement est désagréable aux auditeurs à faibles revenus. Ce n’est pas formidable pour les utilisateurs ou les éditeurs de nouvelles qui considèrent les abonnements comme une source de revenus de plus en plus importante.

Répondre à cet article