POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les tortures commises par les pro-Morsi, prouvées !

Rapport accablant d’Amnersty International - 2 Août 2013 -

samedi 3 août 2013
par N.E. Tatem


Nous sommes l’un des rares sites Web et des organes de presse tous genres confondus (classiques et en ligne) à avoir dénoncé ou relayé les informations qui étayent les comportements des Frères Musulmans Egyptiens à l’égard de leurs opposants. Notamment les tortures pratiquées lors de contestations fréquentes du président déchu Morsi.

Voir en ligne : Notre dossier : Egypte dans le Printemps Arabe

Commençons par préciser à quoi servent les Sit-in des Frères Musulmans, qui revendiquent le retour de Morsi, et que la police s’apprête à démanteler.

Exactement, de tels campements visent de paisibles, voire pétitionnaires, opposants ! Où ils sont internés et torturés !

C’était l’investigation journalistique de Mohammed El-Garhi travaillant au journal « Al-Masry Al-Youm » qui avait, à l’époque, révélé ces tortures. Il avait réussi à suivre de près les comportements des islamistes qui défendent le président Morsi, dans l’une des nombreuses contestations que lui portait l’opposition.

Egypte démocrate crucifié Il a constaté pendant 3 heures les actes de la foule, affidée aux frères musulmans, venue découdre avec les manifestants non-islamistes. Voici notre précédent sujet où nous avons exposé comment a procédé le journaliste. Comme avons donné, dans notre précédente livraison, lecture de l’article qu’il avait publié.

Des témoignages de victimes et de survivants, indiquent maintenant clairement de l’existence de ces tortures. Les partisans du président déchu Mohamed Morsi, ont organisé ces agressions et atteintes physiques sur des personnes du camp politique rival.

PDF - 1.3 Mo
Rapport d’Amnesty International, Egypte août 2013.
Les tortures, pratiquées par les "Frères Musulmans", subis par les démocrates en Egypte.

Ce qui vient d’être déclaré par Amnesty International. Dont nous vous donnons en exclusivité une copie de son rapport d’août 2013, ayant trait à ce sujet. L’organisation humanitaire, spécialisée dans les droits de l’homme, vient d’établir l’existence de ces exactions en recueillant des données incontestables du terrain.

Notons que ces actes ont été commis à l’époque avec une certaine connivence et couverture de la police égyptienne. Il s’agit principalement d’opposants capturés, battus, soumis à des chocs électriques ou poignardés par des personnes fidèles à l’ancien président. Les femmes et les filles étaient violées, mais la pudeur de ces victimes empêche leurs témoignages.

Si de tels supplices avaient été bien fréquents lors des protestations alors que Morsi était contesté par l’opposition pendant l’année 2012 et lors des 1ers 6 mois de 2013, à partir du 28 Juillet, huit corps sont arrivés à la morgue au Caire comportant des signes de torture. Au moins cinq d’entre eux ont été trouvés à proximité des zones où les pro-Morsi tiennent des sit-ins. C’est-à-dire simplement jetés après leur martyr.

Rattrapé par la justice pour une peine qu’il n’avait accompli après détention et évasion en révolte de place Tahrir de 2011, Morsi revient à la case prison. Mais son cas est encore plus grave, des actions communes avec des groupes islamo- terroristes sont aussi prouvées.