POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les attentats du centre de l’Algérie...

Un probable repli à l’ouest d’Alger

lundi 29 avril 2013
par Azouz Benhocine


Alors que les yeux sont tournés, en matière de terrorisme, vers le sud du pays du fait de la situation du Mali à l’origine de l’attaque qui a visé Tinguentourine, l’armée algérienne multiplie les arrestations et les éliminations de criminels, dans le centre pays, notamment à l’est d’Alger. Précisément dans l’axe Bouira - Boumerdés...

3 gardes communaux ont été tués dans un attentat terroriste, à Tipasa dans la région de Sahel dans les parages de Bourkika. Des sources sécuritaires ont indiqué que les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche. Ce qui augure d’un déplacement des noyaux de l’AQMI à l’ouest de la capitale.

Alors que l’ouest de pays connait depuis ces deux ou trois dernières années une relative accalmie, plus à l’est de la capitale, le fléau frappait sporadiquement. Il bénéficiait de complicités au niveau des réseaux islamistes largement présents au sein de la population. Mais les choses ont changé, quand le sud du pays est mieux contrôlé.

C’est aux environs de Skikda et Jijel que des noyaux demeurent, mais le nettoyage s’accélère depuis le début de l’année 2013. Abou Abdallah, un membre actif de l’ex-GIA et ensuite du GSPC ce qui démontre son ancienneté, a fait part d’importantes informations, après qu’il s’est rendu, début Avril, certainement suite à des divergences de partages des butins avec ses acolytes.

Il était connu et recherché, comme membre d’une phalange nommée Feth El-Moubine, laquelle est impliquée dans plusieurs attentats meurtriers perpétrés dans les communes de Kerkera et Aïn Kechra. Avec sa réddition plusieurs opérations sécuritaires ont eu lieu.

Ses indications, dont celui de la préparation d’un grand attentat à la bombe, ont permis de mettre hors d’état de nuire deux importants réseaux, agissant dans la région de Jijel et Skikda.

Dernier en date, un groupe de terroristes, accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants soit au total une vingtaine de personnes s’est rendu, mercredi le 24 avril en fin de journée, à la brigade de la gendarmerie de Collo.

Auparavant, deux groupes, l’un composé de quatre hommes et d’une femme et l’autre de trois hommes a été neutralisés dans la localité de Dar Aïssa, de la commune de Cheraïa.

Le centre du pays, région dont relève la Kabylie a été exposée à l’islamo-terrorisme, depuis carrément l’existence de cette violence. L’armée algérienne, après l’affaire d’In-Amenas s’est fixé l’objectif de s’occuper du centre du pays. Les complicités, outre celles localisées, s’avèrent être venant de l’étranger, notamment des islamistes vivant en Europe et protégés par les ONG manipulant les droits de l’Homme.

A Bouira, dont nous avons rapporté un premier bilan de l’évolution de la situation les attaques visant les équipements du pétrole et les employés de sécurité dont les gardes communaux. Depuis les années 90, la région située en grande Kabylie a été infectée de groupes terroristes. La violence terroriste est des plus persistante par rapport aux autres régions du pays.

Centre de l'Algérie

Les gardes communaux de Tipaza avaient fini leur travail et s’apprêtaient de rejoindre leurs domiciles. Ils ont été abattus, suite à une attaque surprise, comme l’habituelle lâcheté de s’en prendre dans le dos, aux personnes isolées et avec des repérages et indications fournis par les complicités islamistes de la région.

Les forces de sécurité ont réussi ces derniers mois plusieurs actions, éliminant et neutralisant des criminels. Malgré les réseaux, ils ont remonté des filières de complicité et de soutien. Brusquement ces dernières sont presque impuissantes. D’où ce repli à l’ouest d’Alger...