POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, (...) > Les études chinoises du SRAS-CoV-2 et la discipline du confinement.

Les études chinoises du SRAS-CoV-2 et la discipline du confinement.



Une mystérieuse boule hérissée invisible et imprévisible


mercredi 8 avril 2020
par jaco


Ecouter l’article. La méchanceté du SRAS-CoV-2, derrière la terrible pandémie COVID-19, réside dans son succès de pénétrer les cellules humaines. Il s’y installe pour prospérer en se multipliant, pour se propager ensuite à d’autres personnes. Il a pour champ de prédilection l’appareil respiratoire où la viscosité des tissus, de l’organe pulmonaire, participe au traitement de l’air afin d’embarquer, dans le sang, l’oxygène aux parties de l’organisme.

Voir en ligne : Notre dossier COVID-19

Voici les 2 tests, du SRAS-CoV-2, reconnus officiellement par l’OMS. Ils sont soumis à la procédure d’utilisation d’urgence (EUL) qui a été établie pour accélérer la disponibilité des diagnostics nécessaires, dans les situations d’action rapide de santé publique, fixée ICI :
- Le genesig Real-Time PCR Coronavirus (COVID-19) (Primerdesign, Royaume-Uni) est un système ouvert plus adapté aux laboratoires avec une capacité de test d’échantillons modérée.
- Et le cobas® SARS-CoV-2 pour une utilisation sur le cobas® 6800/8800 Systems (Roche, États-Unis d’Amérique) est un test en système fermé pour les grands laboratoires.

Les études chinoises les plus récentes :
- 1ere ICI
- 2ème ICI

Grâce aux excroissances hirsutes qui supplantent l’enveloppe composée de matière lipidique, qui couvre un matériel génomique, propre à la variété, SRAS-CoV-2, des coronavirus, l’entité biologique s’accroche aux peaux. Puis elle s’incruste dans le 1er élément dynamique des êtres (cellule), pour s’y loger jusqu’à asphyxier l’organisme qui l’accueille. L’humain est son transporteur de prédilection, malgré que sa provenance est soupçonnée être animalière.

- L’achat des armes au temps du COVID-19 aux USA. 7 avril 2020

Contrairement à l’idée répandue, et laquelle même Trump en a fait allusion parlant de la chaleur climatique, le SRAS-CoV-2 peut proliférer à tout moment de l’année, selon une récente étude de modélisation. Le réchauffement estival, tant attendu, n’a aucun effet sur la propagation de la pandémie qui est transfrontalière. La transmission entre humains, visiblement très active avec les contacts, ne peut être endiguée sans le confinement.

Les chercheurs planchent déjà sur les nouveaux tests, les mutations éventuelles du virus, les préventions à dresser pour d’autres attaques sanitaires similaires et bien sûr le projet de vaccin auxquels pas moins de 6 projets sont essayés, pour en déterminer leurs impacts. Au total une centaine de déclarations d’études, pour l’élaboration de la fabuleuse dose préventive et curative, sont en élaboration dans les laboratoires.

- L’info au temps du COVID-19 : du local au réseau social. 3 avril 2020

D’ailleurs comme le rôle de ces dernières protections est la défense immunitaire, leur effet est imprévisible. En ripostant, le système immunitaire attaque le virus, assumant la stimulation que devait engendrer le vaccin en temps voulu. C’est delà qu’adviennent l’inflammation et la fièvre, pour ne citer que 2 symptômes. Mais dans les cas extrêmes, le système immunitaire devient fou furieux, causant plus de dégâts que le virus réel. Il se déchaîne en produisant à foison des anticorps qui asphyxient tout l’équilibre vital.

Mais au début, le cordon sanitaire sans précédent dans la ville chinoise de Wuhan a été dressé, dès le 23 janvier 2020, restreignant sévèrement le trafic sortant de cette localité. Ce qui a affecté environ 10 millions de personnes et a donné ce qui était, malgré le parcours qu’il fallait mettre en place dès les premiers cas, un contrôle par le confinement. La région était plaque-tournante du transport dans le centre de la Chine et un confluent économique qu’il fallait cloîtrer. Un coût fort a été payé, selon la facture finale qui n’est pas terminée.

A l’époque, un mouvement humain massif des populations se préparait en raison de l’approche du nouvel an chinois. Puis la politique de quarantaine, notamment des plus implacables, a été érigée à l’ensemble des citoyens. Les brouhahas médiatiques occidentaux, avant de s’y remettre eux aussi, songeaient aux droits de circuler, à l’effet de la gestion sur les droits de circuler et à la liberté. Mais les Chinois n’ont pas tenu rigueur aux médias qui leurs sont habituellement hostiles. Ils ont imposé de strictes règles, conjuguées à l’éducation de peuple, qui sont une discipline exemplaire...

Vous voulez utiliser un stockage en ligne, du cloud de Microsoft, cliquer ICI.

Répondre à cet article