POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Imprévisible l’incendie causé par la foudre, une technologie mesure l’impact...



... Pour intervenir, la désignation de l’éclair incendiaire avec l’observation des satellites


dimanche 4 août 2019
par N.E. Tatem


En ces moments estivaux où les flammes brûlent des espaces à végétations séchées, la prévention est primordiale. La rapidité d’intervention des soldats du feu, permet d’alléger les dégâts et de préserver des richesses, voire sauver des vies. Pour sa part la surveillance apporte une précieuse aide. Les incendies provoqués par des phénomènes naturels, principalement la foudre, ont une partie de la solution, en cas d’utilisation de données pour situer l’impact afin d’intervenir précipitamment.

Voir en ligne : Notre dossier science, études et recherches

Enfants, nous avons remarqué que la lumière de la foudre nous parvenait avant le son. Et nous avons aussi remarqué qu’il fallait s’attendre à une explosion plus intense, dès lors qu’au fur et à mesure que l’éclair est éblouissant. Il serait souvent suivi d’une détonation aussi forte, autant que la vivacité du flash de lumière qui l’a précédé.

Pour apporter leur aide dans l’identification des coups de foudre les plus dangereux, les scientifiques utilisent des données de capteurs satellitaires, qui indiquent une silouette de lumière aux moments d’orages. Ces "datas" sont combinées aux informations du réseau de détection de foudre national, comme aux Etats-Unis, afin de définir leur puissance et leur possibilité de provoquer des feux aux sols.

«  Pour la première fois, les équipes de lutte contre les incendies pourront utiliser un flux de données de foudre opérationnelle, pour cibler cet événement entre nuages et sol. Notamment celui susceptible d’entraîner des dommages aux actifs en raison du chauffage ou d’un incendie…  » a expliqué Mr Ryan Said , directeur de la recherche scientifique et ingénieur système chez Vaisala.

- Les bactéries du sol répertoriés et leur présence est vitale pour l’humanité dimanche 28 juillet 2019

Ce qui fait qu’en cas de spectre incendiaire lors d’orage, grâce aux nouveaux outils, les chercheurs peuvent désormais distinguer les éclairs les plus dommageables des millions d’autres qui se produisent chaque année. Tout éclair est dangereux, mais si nous pouvons savoir quelles sont les frappes les plus susceptibles d’infliger des dommages, ces informations pourraient nous aider à réagir plus rapidement.

La société finlandaise Vaisala, fondée en 1936 et basée à Helsinki, qui développe, fabrique et commercialise des produits et services pour la mesure environnementale et industrielle, détecte où a frappé la foudre. Comme le montre sa vidéo qui suit en bas, elle cartographie pour le Monde entier ce phénomène qui a accompagné l’humanité, en alimentant des mythes sur la colère divine…

Elle intervient aux Etats-Unis en détectant le phénomène atmosphérique et conserve une trace de pratiquement pour tous les éclairs qui frappent le sol. Depuis 30 ans, elle a construit des données qui lui permettent de vendre des prévisions au Service météorologique national et aux services publics, aéroports, ports de mer, mines et arènes sportives.

- Le "Forum Economique Mondial" désignent les pionniers de la technologie en 2019 mardi 2 juillet 2019

Elle dispose de satellites qui lui permettent de déterminer l’ampleur de la foudre et donc, s’il faut alerter sur ses éventuelles conséquences. Grâce à ces capteurs, le réseau mondial de détection de la foudre de Vaisala peut localiser n’importe quel rayon de la foudre entre nuages et sol dans le monde à moins de 2 kilomètres, réduisant cette couverture, les USA, à moins de 200 mètres.

L’analyse de la foudre n’est encore comprise. Pour des raisons qui ne sont pas encore tout à fait claires pour les scientifiques, les particules chargées négativement s’accumulent souvent au bas des nuages d’orage, tandis que les particules chargées positivement s’accumulent au sommet des nuages et à la surface du sol. Cette distribution crée un champ électrique peut perturber la structure des particules en suspension dans l’air qui l’entoure.

Cette interaction établit instantanément un canal saccadé, en segments de 50 mètres environ, reliant les nuages et le sol que de nombreux autres électrons peuvent suivre. Un coup de foudre, alors, est le flux d’un grand nombre d’électrons à travers ce canal. Un milliard de milliards d’électrons peuvent se déplacer en moins d’une milliseconde, selon cette source ICI.

La pointe d’un paratonnerre est capable d’ioniser l’air ambiant et de le rendre plus conducteur. Cependant, cet effet ne s’étend que sur quelques mètres au-dessus de la pointe du paratonnerre. Ces quelques distances de conductivité améliorée au-dessus de la pointe de la tige ne sont pas capables de décharger un gros nuage qui s’étend sur plusieurs kilomètres de distance. Malheureusement, il n’existe actuellement aucune méthode scientifiquement vérifiée de prévention de la foudre.

Plus de détails :
- ICI, sur la technologie de Vaisala.
- et ICI, sur la foudre.

Répondre à cet article