POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Des malversations sur le blé produit en Algérie, la corruption qui choque !



Pris la main dans le sac les bureaucrates et meuniers trafiquent sur le principal


samedi 13 juillet 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


La mauvaise gestion en Algérie est tellement répandue qu’on se demande si seulement les cadres occupent des postes qui ne leur reviennent pas ? Ou bien la mafia est partout ? Même prise la main dans les sacs de la médiocrité et du plagiat, l’incompétence maintient ses poltrons aux reluisants visages qui pleurent en cas d’échec. Et choisissent toujours la déroute qui est le propre de leur personnalité.

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

L’Algérie a sacrifié la diversité des vocations de ses surfaces agricoles, comme celles des cépages vinicoles, pour produire du blé, dont la consommation va du couscous à la fabrication du pain, y compris celui fait maison. Mais jamais, elle n’a assuré son atorsuffisance, même l’année dernière, en 2018, où la production a été un record jamais atteint.

L’ère de la vigne a été hitoriquement précédée d’une ère du blé. Alors que l’orge remonte à toutes les époques anciennes, de même avant la présence de l’empire romain sur le sol algérien. La vigne est encore aujourd’hui la rentable culture commerciale, au prix avec lequel se vend le raisin de table. Mais le blé est plus que jamais la principale culture, passant de vivrière à une nouvelle activité industrielle, encouragée par un climat très favorable depuis 2016.

- La faiblesse de l’agriculture africaine dans son contexte de sous-développement 10 juillet 2019

2019 s’avère encore plus forte, battant son précédent. Mais les mains prédatrices de la légendaire corruption sont aussi actives. Le plus vaste pays d’Afrique a un délicat climat avec ses caprices imprévisibles. Les méthodes encore archaïques de la plupart des agriculteurs n’ont pas permis une augmentation sensible des rendements moyens, pour divers produits.

Bien d’intègres Algériens perçoivent le manque de rigueur, ou carrément la corruption, qui frappe sur les points vitaux, comme humiliant fonctionnement de l’Etat. Alors aucune douleur ressentie ne peut être plus forte et sin inconfortable. En politique qui le retard du pays, les militants font de leurs partis de vrais clans. Ce qui ruine la démocratie, ne la laissant pas prendre racines dans une société aux difficultés accentuées.

L’arrestation du directeur général du Bureau national des professionnels des céréales, Mohamed Belabdi, ressemble à une fin de mission de l’intéressé. Alors que le pain est vraiment dilapidé. Suivie du déclenchement d’une procédure judiciaire pour facturation mensongère de 45 usines, d’après le communiqué du premier ministère de Bédoui, cette info a une impartialité blessante.

Porter atteinte azvec un indécent et époustouflant scandale, un tel produit que l’Algérie importe est d’une gravité impardonnable. Tout en jetant dans les poubelles le pain acheté chez le boulanger, les Algériens perçoivent un déshonneur, quand leur agriculture ne peut plus satisfaire la demande. C’est donc de critiques sociales que les comportements doivent fustigés.

- L’agriculture en Algérie favorisée par le climat, l’équilibre des précipitations... 18 janvier 2016
- L’embellie pour l’agriculture en Algérie : conjoncture ponctuelle ou #tendance définitive ? 🇩🇿️ 22 novembre 2018

Le communiqué laconique sur le sujet de non moindre importance, celui concernant le limogeage du directeur de l’OAIC par un conseil du gouvernement, montre bien la poursuite de la mauvaise administration. La transparence rattrape l’extrême médiocrité alors que la même légendaire opacité persiste, en dépit de la révolte du peuple.

Actuellement pour les dossiers entre les mains des juges, qui impliquent de hauts responsables des services étatiques, le peuple est attentif, mais les journalistes sont toujours empêchés d’accéder à l’information. Les amateurs au sein des médias qui parlent d’investigations règlent plus des comptes et suivent des clans. Mais la vérité est ailleurs et ils ne la recherchent pas !

Cette absence des ouvertures aux journalistes aux sources d’informations, ne laisse rien filtrer, on se contente, comme par cet article, de tenter une lecture profonde de communiqué. Mais les esprits honnêtes sont traversés des questionnements bien fondamentaux. Alors c’est à partir du superficiel que deviennent officielles des révélations manifestement choquantes.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article