POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


3/4 de la Libye contrôlés par l’ANL du maréchal Haftar, le Fazan dernière conquête



Face au scénario islamiste, le chef militaire libyen est face aux connivences régionales...


vendredi 8 mars 2019
par Hugo Mastréo


Ce qui reste à l’armée conduite par le maréchal Khalifa Haftar en Libye, la conquête de la capitale Tripoli. La solution armée était depuis le début de la déstabilisation survenue, après l’intervention militaire de l’OTAN en 2011 qui a renversé le régime de Kadhafi, la seule en mesure de venir à bout des milices. Ces dernières semaient de la discorde. Elles ont permis à ce que le terrorisme international s’installe. Ce qui est conjugué à la ruée de vague migratoire venue du reste de l’Afrique.

Voir en ligne : Notre dossier Libye

Face au phénomène islamiste qui en Turquie a coûté l’exclusion de 200 000 familles de leur gagne-pain, à 100 000 prisonniers politiques et un régime autoritaire où même les touristes n’ont qu’à bien se tenir, la Libye prépare son militaire capable d’endiguer le fanatisme politisé. Le maréchal Haftar s’impose par les armes en Libye. Il étale son terrain, chaque saison un peu plus, au détriment de tous ceux, locaux et étrangers, se mettent sur son ambition.

- Une veule incursion terroriste dans une bourgade isolée du centre de la Libye 30 octobre 2018

Beaucoup d’analystes se demandent comment et pourquoi l’ancien officier de Kadhafi qui s’est réfugié aux Etats-Unis au temps du despote, ne gagne pas la confiance des chancelleries diplomatiques et des instances internationales ? Et ce malgré sa capacité à endiguer l’islamo-terrorisme dans son pays où il est revenu après 2011. La route qui mène à Tripoli est maintenant à lui. On ne sait pas quand il va l’emprunter pour s’installer à la tête du pays.

Comme dans les régions à cheval entre l’Irak et la Syrie, les hordes de terroristes préfèrent s’installer loin des grandes agglomérations urbaines et les lieux où sont implantés des casernements. Les habitants de telles oasis sont soumis à la barbarie des islamistes armées, souvent ils préfèrent déserter leurs domiciles avant l’arrivée des criminels. Ghassan Salame, envoyé de l’ONU, tente de résoudre la crise libyenne en rassurant tous les acteurs. Il doit prendre en considération les positions géostratégiques du maréchal.

Le Fezzan libyen a toutes les caractéristiques, comme le montre le plan ci-dessous, d’une région, de 500 000 km², faiblement habitée. Dès 2012, il s’est trouvé dans le désordre et sans paix. Il constitue un sanctuaire idéal pour les groupes terroristes, de sa situation de profondeur dans le Sahel. Situé plus à l’est, il passe entièrement, depuis le 1er mars sous le contrôle de l’ANL. Puits pétroliers, bourgades et axes routiers, sont administrés par les forces militaires commandées par le vieux militaire.

Une patience et une stratégie qui ont valu à Haftar d’avancer ses pièces sur l’échiquier d’un pays déchiré. Avec le temps et la supériorité des armes ainsi que la discipline militaire, le soldat et sa suite prennent le dessus sur le terrorisme islamiste d’bord. Et ils encastrent les milices locales aux autorités de Tripoli dont les membres son laxistes envers leurs concitoyens vivants des armes sur les épaules.

- Libye : Tripoli espère l’arrivée urgente des troupes du maréchal Kalifa Haftar 22 mars 2017

Le sud de la Libye, qui est une zone difficile à mater, voire celle qui a connu les pires violences, depuis la chute de l’ancien régime, sans que le gouvernement n’ait fait quelque chose pour y remédier. Le Fazan est finalement passé sous contrôle de l’armée nationale libyenne « ANL » qui conduit le vieux militaire qui a subi moult déboires.

Plusieurs tenants du dialogue inclusive de la région du Maghreb et des porteurs d’autres projets ont ouvert leurs bras aux islamistes. Mais les doutes de Haftar pour un certain Belhadj, représentant des frères musulmans dont il dit être séparé, sont restés tels qu’il les a répétés. Aucun dialogue avec les islamistes et l’élimination systématique de ceux qui ont pris les armes, s’ils ne se désarment pas.

Là où arrivent les militaires du maréchal, ils sont accueillis avec allégresse. Le 2 mars, la vile d’Al-Qatrun, de plus de 10 000 âmes, a été atteinte. Située sur la route du Tchad et du Niger, elle à proximité de la base aérienne d’Al-Wigh, au cœur du sud du pays. Le camp militaire est inutilisé, malgré sa position stratégique. De là peut être effectué le contrôle de toute la zone désertique où sont reliés la Libye, le Tchad, le Niger et l’Algérie au sud-ouest.

Fezzan
Par Libya_location_map.svg : NordNordWest derivative work : Xfigpower (pssst) — Libya_location_map.svg, CC BY 3.0, Lien

Répondre à cet article