POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Financement frauduleux de campagne électorale, les enquêteurs de la république chassent les roms.



Les ramifications et les débouchements des affaires d’Eric Woerth sont à l’image de l’arrivée au pouvoir de Sarko


vendredi 20 août 2010
par Gros Emile


La rentrée sociale 2010 à haut risque pour Sarkozy. Les vérités en matière de frauduleux financements de la campagne électorale est déjà un pavé journalistique, les flics sont versés à la chasse des roms, des délinquants de Grenoble... Ils sont occupés, et les juges sont ligotés... Alors les vacances d’été ont été royales, la fin va commencer.

La grande tourmente de l’Elysée est que la destitution de Sarkozy peut advenir concernant le financement de sa campagne électorale pour les présidentielles. Que l’on découvre, après coup, que le succès électoral de Sarkozy est entaché de malversations du financement, ceci peut-il servir à une quelconque juridiction ?

Ce qui est expressément légiféré, le financement occulte de la campagne peut entraîner l’annulation… Les juristes disent que la norme (quant à sa procédure d’exécution, il faut la chercher) est irréfutable. Il est laissé à la CNCCFP (Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politique) de gérer et de répondre aux modalités pratiques. Et d’autres répliquent qu’elle ne peut pas être rétroactive.

Sans, pour ces derniers, donner les références de la non-application de la clause relative à un financement irrégulier de la campagne d’un président déjà élu. Le droit constitutionnel français a delà sa déchéance. Nous sommes avec un président qui vient du barreau, qui a la double compétence en étant aussi 1er magistrat. Un imbroglio juridique que seuls les journalistes peuvent décortiquer, et étayer de manière transparente.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Buzz de l’été revenant à Médiapart qui a donné une leçon de déontologie ainsi qu’un signal fort pour l’existence de la presse en ligne. Cette dernière est alternative aux médias classiques qui entretiennent, communément des lignes éditoriales, l’ordre qui ne peuvent traiter l’actualité comme est fait sur le Web. L’affaire est un scandale qui devient historique, par delà le harcèlement dont se plaint le ministre concerné. Qui était à la veille des révélations l’un des cadres de l’UMP les plus en vue.

L’affaire a pris sa véritable dimension de péripétie estivale grâce à une exploitation journalistique, au sens professionnel du terme, d’une donnée déjà rendue publique. Commencée avec une anecdote genre people, avec les enregistrements d’un majordome bien délicat, elle s’est muée en saga pour combler la léthargie des vacanciers. Il a suffi de lire et commenter les contenus des enregistrements destinés à prouver la sénilité de l’héritière de la fabuleuse entreprise l’Oréal. Finalement au-delà de la jalousie d’une fille pour sa mère, comme sous roche il y a plusieurs anguilles, le scandale politique.

Quelques éléments de la genèse.

28 juin. On apprend qu’il a fait embaucher sa femme chez les Bettencourt.

6 juillet. Il aurait aussi reçu des enveloppes chargées en cash de la part du couple L’Oréal.

13 juillet. Le Canard enchaîné affirme que Eric Woerth aurait facilité la vente de 60 hectares de forêt à ses copains pour un prix dérisoire.

3 aout. En 2008, Woerth a fait économiser 27 millions aux héritiers César lors de la succession.

13 aout. La même année, il donne la légion d’honneur à celui chargé de certifier ses comptes.

15 aout. Encore en 2008, Woerth déclarait vivre avec 112€ par mois (au lieu de 14.000€) pour obtenir un prêt (révélation que Mediapart vient d’étayer de preuves irréfutables).

La manœuvre politicienne a eu le dessus de la part plus des incriminés que des autres journaux qui ont pris le relai, après Médiapart, le Canard enchaîné et Marianne. Cependant aussi nous sommes vite passés aux problèmes, des déchéances de la nationalité et la xénophobie… De triste mémoire, envers les roms et les français qui restent des indigents dans une république qui veut « rebooster » le blason de l’extrême abominable et NAZE !

Edwing Plenel Sarko est un délinquant constitutionnel


Edwy Plenel, Laurent Neumann, Yves Thréard - France Inter
envoyé par franceinter. - L'info video en direct.

L’indécence est à son comble quand le ministre des finances de la république soit en rapport direct avec les 1ères fortunes du pays. Mais dans les logiques des droites dans le monde sont ainsi faites, le pouvoir est capitaliste. Il ne peut être, du genre à défendre les travailleurs, sinon pour moindre grave option : Travailler beaucoup pour gagner beaucoup ! Et les institutions, dans un système capitaliste qui s’assume pleinement, servent les chiches minorités !

Si c’était le ministre de la culture ou bien de l’industrie qui avait approché Liliane Bettancour, l’histoire devenue la "Woerthgate" n’aurait pas eu tant de remous. Mais l’amitié d’affaire n’est pas celle de la responsabilité sectorielle…

La puissance publique s’apparente à la soumission des administrés et est dans la position, non pas de ruiner les riches, de puiser équitablement des deniers à la caisse publique plus à partir des nantis que ceux aux bas revenus. D’où la collusion d’Eric Worth avec Mme Bettencourt est un vrai casse-tête, comme une prédation à l’égard de la personne indiquée par la fille, semble être menée de toutes parts. Une vulnérabilité de la personne qui reste aléatoire et sans lien avec des patholigies…

Cadrer et comprendre les notions essentielles dans l’affaire d’Eric Woerth, c’est poser à la république la question de l’intégrité. A quoi rime de côtoyer Bettencourt, 3ème fortune du pays, et laisser les deux qui la précèdent, connues pour être des relations avec Mr Sarkozy, aux hiérarchies…

Celle du "conflit d’intérêt" est de la simplicité la plus banale, car elle définit la double casquette. Une activité professionnelle et de responsabilité ne doit pas créer un cumul de gains. Logiquement même le proche, comme l’époux ou l’épouse en étant médecin ou commerçant, d’un haut responsable de l’Etat doit être contrôlé en matière d’augmentation de son chiffre d’affaire au moment de l’exercice de hautes fonctions. Si par la voie du poste de responsabilité, s’avèrent exister des gains….