POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La nouvelle arme déclarée défensive de la France : des satellites équipés de laser



La course aux armements arrive à son étape de la géographie céleste


vendredi 26 juillet 2019
par jaco


Quand le 13 juillet dernier, le président français Emmanuel Macron a annoncé son intention de créer un commandement de la force spatiale française, il fallait creuser le sujet. Puis la ministre, Laurence Parly, a révélé, depuis hier, que son pays allait développer de puissants lasers. Quelques 2000 satellites rodent autour de la Terre pour des actions militaires diverses, "la guerre des étoiles" n’est plus du cinéma !

Voir en ligne : Notre dossier FRANCE

Il est difficile de priver l’industrie de l’armement des prouesses technologiques que réalisent le plus souvent des civils. Alors que les frontières militaires ne sont pas encore imaginées pour les cieux qui coiffent la Terre, la guerre des étoiles prend chaque jour forme.

Les vendeurs d’armes ont une clientèle qui se généralise parmi les pays en émergence ainsi que dans les régions du monde où couvent des conflits. Ils n’ont accès qu’à des moyens qui sèment la cruauté au sol et bombardent à partir d’aéronefs des civils utilisés par d’autres guerriers…

- Placement du 1er satellite du nouveau GPS, plus précis, qui compte 32 lundi 17 décembre 2018

Jeudi 25 juillet 2019 la France a annoncé avoir dans ses projets la mise au point de satellites équipés d’armes laser pouvant détruire d’autres engins géostationnaires. Ils seront utilisés contre des équipements ennemis jugés être des menaces pour les forces spatiales du pays.

Dans une allocution de Florence Parly, la ministre française de la Défense, qui part du constat que son pays a pris du retard en matière de la technologie des lasers utilisable dans l’espace, pour exposer l’idée que les satellites français devraient parer aux menaces en aveuglant ceux des adversaires.

Parmi les faits que se partagent les milieux militaires, depuis l’année dernière, la France a accusé la Russie d’espionnage spatial. Le satellite Luch de Moscou s’était trop rapproché du satellite de communication militaire franco-italien Athéna-Fidus, pour capter des transmissions. Les transferts de ce dernier sont d’environ 3 gigabits par seconde, constitués de vidéos, d’images et de communications sécurisées entre les forces françaises et italiennes.

La dépêche de l’AFP dit que ces moyens militaires peuvent détruire ou paralyser des satellites. En précisant que les grandes puissances militaires du monde entier investissent dans ces nouvelles technologies spatiales, considérées comme une nouvelle frontière…

- D’un coup, SpaceX transfert 60 satellites, sur 12 000, de Starlink, pour améliorer Internet vendredi 24 mai 2019

Les experts affirment que les États-Unis, la Russie et la Chine sont capables de détruire des satellites ennemis à l’aide de missiles tirés de la Terre et probablement aussi par le biais de collisions délibérées, selon l’AFP. En mars de cette année, l’Inde a également détruit un satellite avec un missile. En conséquence des débris qui constituent une menace pour les satellites et les engins spatiaux, flottent avec nombreux autres dans le ciel, pouvant causer des incidents.

L’armée de l’air française, envisage de créer sa propre force spatiale, « l’Armée de l’air et de l’espace ». Cette nouvelle organisation sera basée à Toulouse, sans que l’on sache à ce stade si elle sera sous les mêmes hiérarchies ou deviendra sa propre branche de services.

D’ici 2023, la France envisage également de développer des patrouilleurs « nanosatellites ». Il s’agit de petits satellites qui serviront de gardes du corps pour des moyens spatiaux français plus importants. Selon le commentaire de Parly, les nanosats pourraient être armés de lasers et travailleront tels des patrouilleurs.

Aux nouveaux satellites de communications militaires Syracuse, qui utilisent aussi des relais au sol, seront rajoutés également des caméras qui, à partir du ciel, balaieront des zones entières de la Terre et de l’espace qui couvre les positions qui leur sont accessibles.

Répondre à cet article