POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


France, si le nombre de personnes dépasse l’itinéraire restreint de la #manif23juin



Le piège que l’espace ne suffise pas à une foule plus dense.


jeudi 23 juin 2016
par jaco


Manuel Valls éclipsé pour une question d’ordre et de compétence, la #manif23juin est autorisée sur un parcours étroit. Le chef du gouvernement désirait interdire cette autre protestation contre la refonte du code du travail en France, mais aussi toute autre manifestation du même genre. Ce qui a pour signification visible l’acception de la loi El-Khomri. Mais la mobilisation syndicale consciente et profonde qui est à son 5ème mois ne comptait pas reculer, elle a obtenu l’aval du ministre de l’intérieur. Mr Cazeneuve la cloître dans un espace-itinéraire qui porte le risque de ne pourvoir contenir la foule qui s’est donnée rendez-vous !

Le compromis, trouvé entre l’alliance syndicale et le ministère de l’intérieur de France pour l’autorisation le 23 juin 2016 contre la nouvelle loi du travail, a eu le satisfécit pour une autorisation qui ne devait pourtant pas être donnée. L’état d’urgence, ne pouvant dépasser les libertés constitutionnelles, est reconduit comme la protestation contre la réforme le code du travail, sans que l’un ne soit en rapport avec l’autre.


- Sédition en France : remparts de radicalisation et inflexibilité 30 mai 2016

La présentation du dénouement comme une victoire des syndicats sur un cafouillage du gouvernement qui a désiré interdire une 11ème, si ce n’est pas plus, manifestation contre ce qui est dit « la loi El-Khomri », reste à évaluer, après l’événement. Le problème des casseurs qui sont désignés des gauchistes radicalisés et voulant davantage à la police, n’est pas nouveau, mais le contexte est produit de plusieurs interférences se voulant sécuritaire.


Non à la loi EL KHOMRI - GERARD FILOCHE MEMBRE... par Populi-Scoop

La débâcle gouvernementale sur l’interdiction est une autre défaite parmi tant d’autres que l’exécutif gouvernemental Valls-Hollande encaisse. Mais cette fois, le piège d’endiguer la mobilisation qui aborde son 5ème mois afin de rejeter la réforme du code du travail, a l’air d’être mis en place. En effet, le fait de limiter l’itinéraire de la manifestation du 23 juin à un parcours évalué à quelque 1 kilomètre et demi et maximum 2 km, dans un quartier parisien situé aux parages de la Bastille, suppose que cet espace pourrait ne pas contenir la foule tenant à manifester.


- Mélenchon, une candidature qui parie sur la gauche conséquente.

Dans la matinée du jour précédant la manifestation, mercredi 22 juin, le préfet de police annonce l’interdiction de la nouvelle marche contre la loi sur le travail, certainement après directives de ses supérieurs. Ce qui a provoque un tollé provoqué des organisateurs concernés. Cette décision première depuis 1962 et les neuf morts du métro Charonne, est tombée à l’eau.


- Les lumières s’éteignent à gauche et à droite en France 10 septembre 2014

Elle intervient après la proposition d’un rassemblement statique, c’est-à-dire un regroupent immobilisant les protestataires. Puis une manif restreinte à ce parcours, autour de la place de la Bastille, a été négocié, sans pour autant tenir du nombre des personnes qui prennent part à cet autre cortège. L’interdiction pure et simple n’a pas retenue et son caractère anticonstitutionnel a été largement soulevé.

Répondre à cet article