POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Encore une autre mort artificielle d’Al-Baghdadi



L’homme passe pour le plus secret de la Terre vaut 10 millions de $


jeudi 16 juin 2016
par Azouz Benhocine


Plusieurs fois déclaré mort ou blessé, Abu-Bakr El-Baghdadi est encore une fois dit éliminé. Loin s’en faut, cette information du 14 juin 2016 est aussi invérifiable. Deux sources médiatiques assurent qu’il a été touché lors d’une frappe à Raqqa en Syrie, or il est connu qu’i vit à Mossoul en Irak, son pays. Le « Mail Online » anglais et « Yeni Şafak » de Turquie sont à l’origine de cette nouvelle, peu crédible quand même le Pentagone, répondant à des demandes de vérifications, dit n’avoir ciblé aucun objectif important ou de cet ordre.

Le site internet officiel du Daily Mail et du Mail on Sunday, (son article ICI) qui est le premier en nombre de visiteurs, sur Internet, dans le Monde selon des chiffres de 2004, avec 189 millions de consultations par mois et 11 millions de lecteurs par jour, attribue la frappe qui l’aurai tué, à une riposte de l’attentat d’Orlando. Ce dernier est considéré le plus important acte terroriste depuis septembre 2001, aux Etats-Unis, avec 49 morts et 53 blessés.

Quant au journal turc (son article ICI), il est islamiste notoire et considéré comme ayant un discours nationaliste haineux et appartient à un riche entrepreneur de travaux publics. Le premier journal dit avoir repris un sujet du second, dont les moyens, pour le 2ème, de pénétration des sources islamistes est reconnue.

Malgré les nombreuses fausses informations de mort de chefs terroristes, comme celle de Belmokhtar agissant au nord-ouest africain, la nouvelle mort d’Al-Baghdadi a suscité un nouveau débat sur le personnage, le plus discret sur Terre et avec un fort intéressement qui le cite fréquemment dans les médias. C’est aussi l’occasion de revisiter l’ensemble de la nébuleuse terroriste qui agit au niveau international, en l’occurrence les deux branches Al-Qaïda et Daesh.

Al-Bagdadi est né en 1971, à Samarra en Irak, sous le nom d’Ibrahim Awwad Ibrahim al-Badri, dans une famille sunnite, très modeste mais pas dans le dénuement, qui prétend descendre du prophète, comme toutes les crédules vanités de croyants arabes. Aussi bien l’incertitude qui entoure sa véritable identité, que les lieux où il vivrait actuellement sont des énigmes. Bien qu’il est souvent dit être à Raqqa en Syrie, une forteresse d’ISIS, peu de confirmations ont pu le vérifier.

L’homme est un mystère qui a été filmé en privé, une seule fois pour la proclamation de l’Etat Islamique.

Il doit sa présence sur la scène mondiale qu’à la faveur de l’éclatement de l’islamo-terrorisme au Moyen-Orient, lors des mutations du printemps arabe de 2011. Après l’invasion américaine de l’Irak en 2003, il a été emprisonné parmi des milliers d’autres irakiens, notamment du parti « baâth ». Ces raisons font qu’il y a très peu de photos de sa jeunesse, ou bien même de ses détentions. Et il continue de fuir les projecteurs, rajoutant une aura à son mystère. Sa tête vaut 10 millions de $ des Etats-Unis.

Contrairement à ce que disent certains musulmans, les terroristes, particulièrement les chefs de même que nombreux combattants sans grades, sont des érudits. Un rapport du renseignement irakien indique qu’Al-Bagdadi est titulaire d’un doctorat en études islamiques et a été professeur à l’Université de Tikrit. Il a eu deux mariages et avec seconde épouse, il a eu un autre fils ainsi que 3 ou 4 enfants avec une première femme arrêtée au Liban.

Les analystes signalent souvent qu’il a créé une rupture au sein de l’unicité du terrorisme international, soutenu par l’obscure « l’Internationale Islamiste ». Il a refusé de faire allégeance au chef du réseau Al-Qaïda, Zawahiri, quand il adhéra au mouvement islamiste qui résistait à l’occupation américaine en Irak. Puis il a été exhorté pour que son ISIS se concentre sur l’Irak et laisse la Syrie pour al-Nusra qui la filière de l’organisation de Benladen qui a toujours ambitionné de coiffer les réseaux du Monde.

En effet, dans les milieux islamistes qui pourvoient l’aide au terrorisme, le prestige de Daesh s’est ancré. L’année dernière, Baghdadi a été indiqué plusieurs fois blessé. Des articles de presse ont dit qu’il a été touché par des frappes aériennes en 2015, mais ils se sont avérés inexacts. Il a également échappé à la mort en décembre dernier, lorsque des avions américains ont attaqué un convoi de deux voitures à la périphérie de Mossoul, aussi il n’y était pas.

Le journal turc qui vient de publier l’information de sa mort, tente de détourner les intentions selon la complicité islamiste que les experts décryptent comme désirant cacher ses déplacements, quand son existence est déjà bien mystérieuse.

Répondre à cet article