POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La magie bleue, quand Facebook réveille des vocations en Algérie



De la médecine gratuite à la ruée vers l’or par la rumeur !


mercredi 8 juin 2016
par Damien Djamel Bouch’Raf


Une clinique traitant l’addiction à Internet, première du genre, a été ouverte dernièrement en Algérie. Mais sa spécialité est consacrée à Facebook, selon plusieurs sources de cette information. Ce qui la caractérise de deux autres hôpitaux déjà existants en Chine et en Corée du Sud. L’Algérie a connu ces derniers mois la proclamation d’un vrai-faux soin radical contre le diabète, avec la complicité de bêtes médias plongés dans l’opacité de la rumeur et de l’invective cloisonnée… Un flop ridicule qui est revenu sur le faux brevet.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Deux expériences en Espagne et aux USA se consacrent au besoin que ressentent les jeunes d’être présents le Web, pour traiter une pathologie non-encore établie. Elles ont été initiées uniquement pour l’observation. Est encore en débat au niveau mondial, la question : La cyberaddiction existe-t-elle vraiment. L’utilisation intensive et abusive d’internet a-t-elle des répercussions psychologiques chez l’internaute, lorsqu’échappe à son contrôle sa propre vie ?

Autre particularité, du centre algérien sont les craintes pour les usagers vulnérables soient proies de « lavage de cerveau » par les islamistes extrémistes, du moins selon les premières indications… Selon The Arab, la clinique aurait été ouverte en mai à Constantine, sous la conduite d’un certain Raouf Bouqofa.

Vraiment, il y a de quoi ne pas prendre au sérieux ce genre d’institut, avec le ciblage de Facebook comme qualification. En effet quand, c’est la spécialité de prodiguer des soins ou des conseils pratiques pour divorcer avec ce réseau de sociabilisations, il y a un effet de société qui dérange. Les médecins malgré eux sont présents, pour le meilleur et le pire...

L’addiction à la liberté d’expression, l’encerclement d’une communauté virtuelle avec Facebook.

D’après des décomptes officiels, l’Algérie compte environ 10 millions d’utilisateurs de Facebook avec une croissance annuelle de dix pour cent. En quoi la « magie bleue » que des paranoïaques tentent de comparer à « la magie noire », peut-elle être néfaste, aussi bien sur les jeunes que tous les autres âges ?

Ce qui est aussi marquant dans la promotion de ce produit de la médecine de charlatans en Algérie, c’est la prétention de Mr Bouqafa, faisant valoir l’idée de « toxicomanes Facebook ». Ils sont susceptibles d’être endoctrinés par groupes islamistes extrémistes qui utilisent l’Internet comme un outil de recrutement. En fait la dépendance à Internet ou bien l’interaction du terrorisme sur le Web ?

« Réduire les dommages psychologiques, sociaux et de la sécurité vécue par celui qui vit dans le monde virtuel… » Est une jolie déclaration de foi ! Cependant, faut-il dresser le tableau d’action de l’adrénaline, connue pour être un circuit de l’intelligence ? Ainsi que le quantitatif des idées échangées sur la « Toile », qui a moins de frontières. Être contrôlé par une clinique, parce que fan de Facebook, n’est-il pas un délire de comptoir derrière une vitrine ?

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Nous organisons des sondages, merci de vous inscrire à nos panels.

Répondre à cet article