POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Il s’attendait à être couronné par NuitDebout, Alain Finkielkraut devient le ticket du discrédit !



L’heure de déterminer les valeurs du mouvement est arrivée, faute de s’exténuer.


mardi 19 avril 2016
par jaco


Deux personnalités se sont présentées à #NuitDebout, Yanis Varoufakis et Alain Finkielkraut. Dans la logique des camps qui se battent politiquement, tant en France que dans le Monde, à chacun l’accueil qu’il mérite. L’arène de la contestation, sous les feux de la rampe, attire donc ceux qui aiment les devants des scènes. La droite et ses sbires médiatiques cassent hostilement et journellement ces manifestants de gauche. Faut-il stoïquement qu’ils ouvrent leurs agora aux scrutateurs dont l’indélicatesse a des relents de haine ?

Voir en ligne : Notre dossier : FRANCE

L’intrusion d’Alain Finkielkraut parmi #NuitDebout est simplement une manœuvre d’atteinte à la crédibilité d’un mouvement dont la popularité ne cesse d’enfler, tant au niveau des localités hexagonales que par son écho en Europe. Le prétexte de vouloir écouter ce qui se dit à Place de la république, intéresserait aussi Zemmour et BHL.


- #NuitDebout peu implantée dans les "QP" (Quariers Populaires)...
- #NuitDebout : un viral besoin d’action aspire à canaliser les volontés

Mais la chose que veulent les jeunes, pour le double désenchantement associant l’absence de perspective sociale équilibrée et la négation des promesses qui ont propulsé Mr Hollande à la tête de l’Etat français, incarnée par la nouvelle loi sur le travail, est un changement...

Il est bien plus radical, sinon il ne peut atteindre la rupture avec la domination libérale des argentiers. La gauche citoyenne porteuse d’une aspiration du genre Podemos, Siryza et Occupy-Wall-Street, offre une autre alternative plus ancrée aux catégories qui pensent l’avenir des couches sociales broyées par les crises spéculatives.

La mission presque parfaite du chevalier de la philosophe académique.

Aussi cette mutation est encore très loin d’être déjà à portée de main. Les embûches, comme la mission académique de cette star des médias qui a l’islamophobie en fond de commerce sur les plateaux et le sionisme spoliateur des Palestiniens de leur patrie au micro, ne vont pas manquer. D’ailleurs si l’empreinte de la gauche n’est pas sonnée, c’est la porte ouverte à tous les identitaires…

Faut-il exiger des salopards de la division, et des amis de la solidarité aussi, de s’annoncer avant de débarquer au forum ? Cette intrusion en terrain d’idéologie qu’il a combattu, Alain le philosophe et académicien devait s’attendre au couronnement. La douche froide l’a éjecté de l’illusion. Se revendiquer #NuitDebout, cette tête pensante et turbulente de la droite est pathétique, ne le voulait pas. A moins que le philosophe se considère Marx qui a divisé la Terre en deux blocs ?

La douche froide, pour une négligente illusion de supériorité !


- Le printemps français n’a pas que la loi du travail à corriger
- Décryptage d’un nouveau mouvement antiraciste en France

C’est justement avec l’expérience de la gauche française qui retient les provocations qui ont pour finalité de déchoir les débats et même de happer l’élan populaire vers des idéologies bassement… dans la nuit du 16 au 17 avril, par des activistes il a été viré et protégé aussi. N’est-il pas légitime de se protéger du feu de l’ennemi ?

La confusion philosophique justement ne pardonnera pas l’égarement du mouvement, ou bien que le collectif ne prend pas conscience des alliés avec qui, lui, est compatible. La permissivité envers des idéologies barbares, justifiées par une mémoire détournant de l’avenir, ne pense pas demain. Le loup est éblouissant, comme un médiatique philosophe, il planifie pour le silence des agneaux qu’il assiège dans la bergerie !

Répondre à cet article