POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Pas de surprise en Syrie, on vote le baâth.



Quand le dictateur syrien défie ciel et terre sans mesurer ses actes !


mercredi 4 juin 2014


On l’a affirmé plus d’une fois, il n’y aura pas de sortie de crise en Syrie que par les armes, seul moyen susceptible de déloger le sinistre parti Baâth… C’est en connaissance de cause qu’on a osé déclarer cette affirmation… Le parti Baâth ne comprend qu’un seul langage, en l’occurrence le langage de la force, pour en finir et sans retour.

Voir en ligne : TOUS Les articles du Dr Mohamed Sellam sur POPULI-SCOOP

Imaginez si l’on n’a pas usé de la force à l’égard de Saddam, qu’en serait-il advenu de nos jours ? Il aurait consolidé son trône avec le sang du peuple irakien. Ce sang qui ne cesse pourtant pas de couler à flots jusqu’à ce jour, avec la même fureur par la faute de ce farouche dictateur…

Voila le parti baâth qui continue de narguer le monde libre et le peuple syrien, avec une élection présidentielle en plein guerre civile. Bashar ose afficher au su et au vu du monde entier son image de dictateur irréductible candidat unique (avec deux comparses) pour le peuple syrien, comme à l’accoutumée depuis des décennies successeur de son père à la triste mémoire.

Et le monde est là, regarde sans rien faire et rien voir, parle sans rien dire, décrète des sanctions ou plutôt des gracieusetés qui sont autant de coups de patte en velours sur une peau de pachyderme… Tout le monde donc regarde de loin ce qui se passe en Syrie et tout n’ose point agir avec force et détermination !

La crainte, la panique l’indifférence et l’égoïsme nihiliste sont devenus l’apanage de ce monde que l’on appelle libre. Mais qui n’est libre que pour voir mourir, tout un peuple en versant des larmes de crocodiles.

La crainte d’agir conséquemment à la catastrophe syrienne, cette crainte qui ronge l’esprit des leaders de ce temps à laquelle. Ils semblent se plier passivement une crainte viscérale qui a exhorté le régime syrien à défier de haute main le monde entier…

Je l’ai dit plus d’une fois, vous ne pouvez jamais déclouer le régime, qu’en écrasant l’infâme avec rigueur et détermination… Et j’insiste, qu’il faudrait crever l’abcès une fois pour toutes, dût-on s’engager dans un conflit planétaire.

Sellam44.Overblog.com

Le président du Parlement syrien a déjà donné le résultat de la présidentielle du mercredi 4 juin. Le dirigeant syrien conserve le pouvoir avec une réélection à 88,7% des voix. Dans un pays miné par la guerre civile qui a sa légitimité pour la faire durer jusqu’a la victoire de la cause juste. Celle qui terrasse la dictature et éradique l’ISLAMO-TERRORISME.

Quant au scrutin, s’il est qualifié de "farce", ce n’est ni l’opposition, ni la communauté internationale qui le disent, ce sont les faiseurs d’opinions !

Répondre à cet article