POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


AQMI tenait une rigoureuse comptabilité au Mali



Des documents de gestion comme ceux d’une société multinationale


mardi 31 décembre 2013
par Azouz Benhocine


Au fur et mesure que l’AQMI, et les autres groupuscules que sont Mujao et Ansar Ed-dine, perdent du terrain au Mali, voient leurs criminels se dispatcher en Afrique, des vérités sont glanées de leurs anciens refuges. Ils laissent derrière eux des détails qui permettent de les traquer. Aussi les documents découverts, sur les lieux d’où ils sont délogés, donnent lecture de leurs us et comportements.

Voir en ligne : Notre dossier : AQMI

La dernière trouvaille récupérée, par l’armée malienne soutenue par des unités africaines et l’armée française dans le nettoyage du pays du terrorisme, est un ensemble de paperasses qui élucident l’administration bureaucratique. Et surtout, plus frappant, comment la comptabilité était contrôlée.

Des documents découverts dans un ancien bâtiment qui était squatté par cette succursale d’Al-Qaïda à Tombouctou, ville dans le nord du Mali, révèlent à quel point le suivi est obsessionnel, pour le groupe terroriste international de l’AQMI, concernant la tenue de ses comptes ayant trait aux ressources financières.

Selon l’AP « l’Associated Press » (VOIR LE SUJET), à un épicier de cette ville, un commandant d’une faction djihadiste a exigé un reçu après avoir acheté un produit de 1,6 $. Etonné et apeuré le petit commerçant, que personne n’avait cru, a relaté son témoignage après coup. Et ce n’est qu’une fois les papiers récupérés que la véracité de sa parole a été appréciée à sa juste valeur.

Nous avons rapporté, pendant le mois d’octobre, une étude d’autres documents trouvés auparavant au Mali, alors que la traque des hommes de l’AQMI battait son plein au Mali. Sur les traces de ces islamo-terroristes, les vérités de la haine sont alors remontées. L’application de loi islamique, la charia, était présentée dans un manuel. Voir en bas de cet article un exemplaire.

Ils avaient abandonné le semblant de programme de leur organisation à l’époque. Un vrai charabia de criminalité, à qui l’islam des ténèbres donnait aux hordes de barbares les démesures de la sauvagerie. Dernièrement donc, les soldats maliens sont tombés sur une centaine dossiers et de registres comptables.

Les chiffres inscrits allaient de 0.60 centimes pour l’achat d’une friandise à 300 dollars pour toute une campagne de propagande. A titre d’exemples, on y trouve 27 factures pour la viande, 13 pour les tomates, 11 pour le lait, 11 pour les pâtes, sept pour les oignons et plus encore pour le thé, le sucre et miel.

Il s’agit de divers sortes de documents. Des fois, ce sont des pages entières et le plus souvent, comme les reçus, ce sont des bouts de papier, genre post-it. Ces écrits en langue arabe démontrent que le suivi administratif de la franchise d’Al-Qaïda, fondée en Algérie pendant les années 2000, ressemble beaucoup à celui d’une entreprise et même à une société internationale.

Cette nouvelle analyse, des archives d’AQMI, montrent également que ce sont de vraies méthodes connues dans les documents de certaines entreprises dans le monde. Comme l’entretien du budget, des demandes d’emploi, des conseils de relations publiques et des lettres de la division des ressources humaines permettant de suivre les recrues.

Certaines indications sur ces nouveaux documents de l’islamo-terrorisme, désignent nommément que la majorité des éléments du groupe terroriste AQMI, qui ont opéré au Mali, étaient nés à l’étranger. Ont été enregistrés les noms de « Talhat de la Jamahiriya libyenne » ou bien de « Tarek algérien. » Document de l'AQMI

Répondre à cet article