POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Monde, actualité internationale, politique, relations, diplomatie, affaires (...) > Belmokhtar donc vivant : sa tête mise à prix pour 5 millions de (...)

Belmokhtar donc vivant : sa tête mise à prix pour 5 millions de dollars



Nouvelles récompenses du programme américain "récompenses pour la justice"


mardi 4 juin 2013
par Rebel Kazimir


Les Etats-Unis mettent un pactole de 23 millions de dollars pour décapiter l’AQMI, le MUJAO et Boko Haram de leurs Emirs. L’annonce a été faite dans le cadre du programme du département d’Etat, baptisé « récompenses pour la justice », le lundi 3 juin. Le Nord-Ouest africain est sous une forte tension d’insécurité, suite au déploiement vers le Sud de l’islamo-terrorisme qui s’est déclenché, pendant les années 90 du siècle dernier, en Algérie.

Le même jour en Algérie, le procès du chef terroriste Droudkel Abdelmalek et de 19 autres accusés d’assassinats et de rapts avec demande de rançon, a été reporté à la prochaine session criminelle du tribunal criminel d’Alger. Ce personnage est le Chef officiel de l’AQMI. 3 de ses acolytes ont été arrêtés et 17 sont encore en fuite, et serait donc le 20ème à être jugé.

Institué en 1984, le programme « récompenses pour la justice » qui vise les groupuscules et individus présumés ayant des projets terroristes visant les USA et leurs intérêts dans le Monde, est considéré comme étant à l’origine de l’élimination d’Oussama Benladen. Un médecin pakistanais, travaillant dans un programme humanitaire de lutte contre la polio, est dit avoir renseigné avec exactitude les agents américains de sécurité.

Cette mise-à-prix ne cite pas cette fois Droukel, mais Mokhtar Belmokhtar (dit le borgne). Ce dernier a été donné pour mort par l’armée tchadienne, lors du nettoyage du Nord-Mali des hordes djihadistes pendant le 1er semestre 2013.

Cet ancien chef d’Aqmi considéré comme responsable de l’attaque du site gazier d’In Amenas (Tiguentourine), en janvier 2013 a fait scission avec l’organisation commandée par les Algériens et considérée comme la plus puissante faction liée à Al-Qaéda. Une récompense de 5 millions de dollars est fixée pour tout renseignement pouvant permettre son élimination.

Deux autres algériens de l’Aqmi, l’un nommé Yahya Abou Al-Hammam, du commandement de cette organisation issue du GSPC, a également sa tête indiquée pour la promesse de 5 millions de dollars. Celui-ci est accusé d’être impliqué dans le meurtre d’un otage français en 2010.

Le second algérien est Malik Abou Abdelkarim, considéré aussi parmi les commandants de l’AQMI, vaut 3 millions. Il est au même tarif qu’Oumar Ould Hamahathe considéré comme le porte-parole du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Ce groupe islamo-terroriste a été chassé du Mali dès janvier, mais reste très présent dans la région, est aussi la cible de Washington, avec trois millions chacun.

Par contre, la plus grosse somme, de l’ordre de sept millions de dollars, est réservée au n° 1 présumé de Boko Haram, Abubakar Shekau. Ce chef terroriste localisé dans le nord-est du Nigeria où il mène actuellement nombreuses attaques contre l’armée Nigériane et des sites miniers dans cette région du continent africain.