POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


De la Nekba chrétienne



Les spoliés d’Iqrit, le rêve du retour sur les ruines aux tags injurieux


lundi 18 mars 2013
par Rebel Kazimir


Longtemps les expatriés de Palestine, voire tous les palestiniens, sont considérés des musulmans. Ce qui fausse la réalité de ce peuple à la diversité confessionnelle bien établie et ancestrale. Le village chrétien d’Iqrit a été spolié à ses habitants, en 1947, qui ont été expulsés vers le Liban. Et là, ni madame l’église et ni le Pape, tel pour l’esclavage et les colonisations de jadis, ne...

Voir en ligne : Notre dossier : Neqba

Elles étaient quelques 500 maisons, et au minimum autant de familles, à être rasées pour les premières, et à se faire déplacer pour les secondes, il y de cela plus de 64 ans. Tsahal avait ordonné aux habitants de partir, pour deux semaines pour des raisons de sécurité, compte tenu du village est très proche de la frontière libanaise, pays considéré en belligérance…

Depuis pas de retour, et la ruse n’est qu’une atrocité mémorielle pour l’Etat hébreu qu’on présente comme une « belle démocratie » malgré ses moult apartheids. Celui de l’éradication des chrétiens est certainement plus oublié...

En 1948, un an après les premières captures et transfert des personnes par l’armée, des démarches juridiques ont été engagées par la petite communauté des ressortissants d’Iqrit devant les instances de justice de l’occupant. En 1951, en réponse au verdict de la Haute cour (en Israël) en leur faveur, Tsahal est venue raser définitivement ce qui restait et jusqu’au moindre mur, sauf l’église qui est encore debout à ce jour.

Village de Kafar Bir’em Bir'Em village chrétien de Palestine

Pour dire aussi la vérité, sur les milliers de villages et bourgades vidés de leurs habitants originels, les palestiniens, c’est la deuxième action, devant les tribunaux de l’occupant, qui a bénéficié de cette sentence positive. Il y a eu aussi, celui de Bir’em un autre village chrétien, qui s’est fait récemment en janvier 2013 avec des tags et inscriptions injurieuse sur nombreux de ses bâtiments, sur son église et son cimetière.

Ce qui explique que les autres doléances postulées émanant de musulmans, devant la pseudo-justice israélienne, n’étaient pas recevables et leurs dépositaires sans droits à même les formuler ! Et les victoires judiciaires répétées pour les deux villages n’ont pas conduit au retour. C’est encore une fois, les soutiens à l’apartheid de l’Etat hébreu le plus officiellement toléré avec ses crimes, qui en sont grandement responsables. Ces occidentaux créent la haine qui les vise, à travers ce conflit…

Après 64 ans, et avec la 3ème génération des habitants d’Iqrit une belle histoire de lutte s’est construite, sans violence et comme toutes les nouvelles batailles que mènent les palestiniens avec les prisonniers ou bien les démarches diplomatiques au lieu de la lutte armée. Des jeunes sont revenus, avec des anciens sur leur terre volée. Un camp a été érigé dans les parages de l’église, depuis décembre 2012… Page Facebook des images du camping d’Iqrit

Déterminés à faire valoir leurs droits, ces palestiniens ont maintenu depuis ces décennies qui ont suivi leur éviction le lien avec leurs terres, en visitant les églises et les cimetières qui ont survécu. De la tradition régulière des tournées, maintenant c’est la tenue des camps d’été annuels pour les jeunes, afin de leur apprendre leur histoire.