POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le père Noël persécuté...



Dans la peau d’un chrétien en terre d’islam...


mercredi 26 décembre 2012
par Azouz Benhocine


« S’expatrier ou il faut cesser d’être chrétien » : Tel est le crédo de l’islamisme à l’égard des autres populations ayant d’autres religions, parmi lesquelles les chrétiens constituent la plus grande catégorie (selon le nombre de personnes) touchée par des attaques hostiles à l’autre croyance monolithique. Pour les athées, il est ouvertement recommandé de les exterminer.

En cette période des fêtes de Noël et du jour de l’an, parler des chrétiens relève d’un débat inclusif de la sociologie mondiale. La cohabitation des religions, alors qu’on peut confirmer qu’il s’agit bien de la première croyance monolithique du Monde, est-elle en harmonie ? Se mettre dans la peau d’un chrétien en Algérie, au Pakistan, en Egypte et Arabie Saoudite... Quel malheur !

Citer les persécutions des populations non musulmanes en terre d’islam, est souvent considéré de l’islamophobie. Tel pour l’apartheid israélien, pourtant qualifié ainsi par Jimmy Carter ancien président des USA, qui une fois dénoncé, son accusateur est qualifié d’antisémite.

Que ce soit la version élue, comme en Egypte ou en Turquie où les chrétiens ne manquent pas, ou bien la variante armée comme les Boqo-Harem au Nigéria, l’islamisme fait subir la violence aux chrétiens parce qu’en minorité. Ce sujet vient de faire débat, à l’occasion de Noël 2012 et le nouvel an 2013 qui suit…

En Europe et en Amérique, un site a soulevé l’idée que le nombre de 100 millions de chrétiens persécutées dans le monde où la Chine, le Nigéria, l’Ouganda et l’Inde sont cités. Parmi les pays dits musulmans : l’Algérie, le Soudan et l’Arabie Saoudite relevant des zones géographiques très sensibles. De triste mémoire, les tueries qui ont visé les chrétiens d’Irak lors de l’invasion américaine, et les exactions au Pakistan sont des plus insoutenables.

Dans une présentation faite par site religieux appelé « gloire à dieu », qui d’ailleurs est la source de ce débat-brûlot de fin d’année 2012, bien sûr absent des unes des médias et peu présent aux grands journaux de 20 heures des canaux des médias télévisuels, révélateur d’une réalité peu prioritaire mais à la fois réelle et niée. Prenant lecture de la bible et avec des entremises de citations, l’exposé est d’une valeur indéniable. D’ailleurs ce site nous parait crédible malgré qu’il soit ancré dans le conte du créationnisme que la science ne cesse de mettre à genou… Où, quand, comment et pourquoi la fabrique divine de l’homme ?

L’attentat commis le 1er janvier 2010 devant une église à Alexandrie, en plein accélération de la révolte de « Square Tahrir » qui a destitué Moubarak s’est soldé par la mort de 21 personnes.

La particularité de la pseudo-idéologie de l’islamisme est d’être traversée par trois tendances à forces potentiellement égales.

1- Les politiciens qui ont déjà pieds dans les institutions, en Egypte et en Tunisie légitimés par les élections.

2- Les "SALAFISTES" qui s’attaquent aux femmes, aux médias et aux non-musulmans.

3- Les terroristes, ouvertement versés à la violence criminelle du terrorisme.

Sur 49 pays de culture musulmane, 17 ne tolèrent aucune autre religion, et surveillent les croyants non musulmans. 19 pays musulmans reconnaissent théoriquement la liberté religieuse, quant au respect de ce critère il n’est pas pleinement assuré. Les chrétiens restent le groupe religieux le plus discriminé dans le monde : 75 % des cas d’atteintes à la liberté religieuse les concernent, et ceci proportionnellement à l’exposition par le partage de pays avec d’autres croyances.

Pour remettre les choses dans leur cadre universel, l’exposition de toute religion, dans les rues et les lieux communs avec les autres concitoyens, relève peut-être du droit individuel.

Mais mettre en exergue sa divinité, face à autrui n’est-il pas en soi un cas d’ostentation agressif envers autrui ?

Et cette provocation à faire étendard de son dieu, a un aspect de mépris envers d’autres divinités.