POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Pakistan : sinistre polio qui séduit les talibans



8 assassinats en 2 jours, les agents d’une campagne de vaccination sous les balles d’une « fetwa » !


jeudi 20 décembre 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


Le Pakistan est devenu un sanctuaire de l’islamo-terrorisme, après avoir été un point de transit dans le périple des combattants mobilisés par l’Arabie Saoudite et son agent Oussama Benladen pour chasser le régime pro-russe en Afghanistan dirigé par Najubullah. Via sa région de « Peshawar », où les premiers camps d’entraînement ont été dressés par la CIA, c’était et c’est encore une place forte dans la déstabilisation du Monde et pour être un fief d’Al Qaeda.

8 femmes qui participaient à la campagne de vaccination "anti-polio" du gouvernement, au nom de l’ONU et l’UNICEF, ont été tuées en 2 jours, sous les balles d’islamistes armés !


Voir en ligne : TOUS les articles de POPULI-SCOOP (avec le "tag") : #Pakistan

Pour alimenter les contingents des « djihadistes », auparavant anticommunistes, le Pakistan reste incontournable, tant que le fléau existe. Maintenant le pays vit quotidiennement et inévitablement, en conséquence de sa collaboration, l’une des violences des plus insoutenables. Voire celle que les cheikhs, pseudo-idéologues de la théocratie, considèrent optimale dans leur modèle de société…

Sanctuaire pour Talibans et Al Qaeda, après des années de participation à la fondation de cette double-nébuleuse.

Mais pas entièrement convertie au contre-productif régime de la charia où la « fetwa » de la mosquée est prépondérante devant les juristes, un semblant d’administration essaie de gouverner. Le Pakistan délégua au pays voisin, l’Afghanistan, ce qui lui revient présentement comme déstabilisation : l’insécurité totale.

Avec plus de 180 millions d’habitants en 2012, le Pakistan est le sixième pays le plus peuplé du monde, avec la deuxième plus nombreuse majorité musulmane après l’Indonésie. Il ne passe pas un jour, sans des actes terroristes viennent martyriser d’autres musulmans. La « fitna » (discorde interne et belliqueuse) est bien chevillée dans une société tribale. Sous la bannière de l’aléatoire « charia » que les prédicateurs et leurs bras armé, « les Talibans » locaux c’est-à-dire Al Qaeda, les islamistes pakistanais soumettent la population à des chocs de plus en plus barbares et destructeurs.

La spirale a débuté avec le coup d’Etat de Muhammad Zia-ul-Haq. Chef de l’armée pakistanaise, il fut nommé premier ministre le 11 octobre 1976, par le président Zulfikar Ali Bhutto qu’il en 1977. Zia-ul-Haq est ensuite président de la République du 16 septembre 1978 jusqu’à sa mort en 1988 dans le crash de son avion. Un dictateur qui a suspendu la Constitution du Pakistan durant sept des dix années qu’il a passées au pouvoir. Et enfin, il est l’instigateur de l’accroissement du droit islamique dans l’ordre juridique pakistanais.

La santé publique, comme la sécurité des citoyens, dernière préoccupation des criminels.

Dans le Nord-Waziristan, Hafiz Gul Bahadur, un important chef de guerre affilié aux Talibans, a interdit, par une « fetwa » la vaccination antipoliomyélitique. Il a été abattu par un drone américain, depuis quelques semaines. Il vivait avec 4 concubines, après en avoir eu plus d’une dizaine d’épouses desquelles il s’en est jamais séparées.

Pakistan : 8 morts dans une campagne de vaccination antipolio

Les talibans soupçonnent les travailleurs de vaccination antipolio, à partir du cas du médecin Shakil Afridi qui exerçait dans les zones tribales et qui travaillait pour une campagne contre l’hépatite. Ce praticien est identifié comme celui qui a indiqué la maison où se cachait Oussama ben Laden à Abbottabad. Il a été accusé d’avoir donne le tuyau à la CIA « la Central Intelligence Agency ». En effet il était présent dans la région pendant la période qui a précédé mai 2011, date du raid du commando américain qui a tué le chef d’El-Qaïda. Dr Afridi a été condamné à 33 ans de prison pour trahison.

L’Organisation des Nations Unies et l’UNICEF ont suspendu leurs activités de vaccination anti-poliomyélite au Pakistan le mercredi, 19 décembre. Après que huit attaques ont visé les travailleurs de la santé publique travaillant à la réception des enfants. La série, sans précédent, d’attaques ciblant les travailleuses de la santé ces derniers jours menace d’entraver les efforts de vaccination.

Deux personnes ont été tuées et une autre blessée dans la ville du nord-ouest de Peshawar, pendant cette journée où est tombée cette décision. Cependant les autorités locales poursuivent leur travail, quelques 225 000 travailleurs (tous les services de la santé publique) y participent.

Les islamistes du monde entier désarment toutes formes d’autorités

La chambre basse du Parlement a adopté une résolution unanime mercredi condamnant les attaques contre bénévoles de la campagne contre la polio. « Nous ne pouvons et ne permettrons pas à la polio de faire des ravages sur la vie de nos enfants » , a déclaré, mardi le lendemain des 8 crimes, le Premier ministre Raja Pervez Ashraf.

La police de Peshawar a déclaré que les combattants talibans basés dans l’agence tribale de Mohmand, au nord de cette région connue dans l’islamo-terrorisme, sont impliqués dans ces attaques qui ont, en 2 jours, fait au total 8 morts des travailleurs de la santé. Les terroristes soutiennent de leur côté, que cette campagne de vaccination sont une couverture pour des activités d’espionnage américains.

Le Pakistan est l’un des derniers réservoirs au monde où reste prolifique le virus de la polio. 56 nouveaux cas ont détectés à ce jour, contre 192 à la même date l’année dernière. Le pays est l’un des trois grands bastions où cette maladie reste endémique, les autres populations touchées sont du Nigeria et de l’Afghanistan. Malgré des progrès le taux désastreux de l’infection a été constaté l’année dernière, 2011.