POPULI-SCOOP

Info citoyenne & Actus critiques   COVID-19.   ICI Vérifions.  Follow argotheme on F6S

Accueil > Humanit > Monde, actualit internationale, politique, relations, diplomatie, affaires trangres > Deux Dossiers Spciaux de POPULISCOOP. > U.P.M. Union Pour la mditerrane > Les documents conventions, charte, projets, articles... > Articles de presse sur UPM > Lconomie algrienne, catastrophiques rsultats et incertain avenir selon la Banque m

Lconomie algrienne, catastrophiques rsultats et incertain avenir selon la Banque mondiale.

Les gchis dun pays riche soumis une gouvernance opaque.

jeudi 21 juillet 2011, par N.E. Tatem

Le 3me mandat vol par Bouteflika son peuple, en falsifiant la constitution, a le double prtextes de la conqute de la stabilit politique et de poursuivre un programme conomique dit : rest mi-chemin. Mais dans la ralit, aucun plan de relance na t dessin avec des ambitions et des perspectives qui le rendent perceptible aux analyses. Nombreuses de ces dernires ont tent de lapprhender mais sont restes sur leur soif. L’opacit totale ! Il a fallu que la Banque Mondiale mette l’indexe, chiffres l’appui, montrant ce qui ne va pas !

Ces deux alatoires, car imprescriptibles, perspectives -fin de terrorisme et croissance- recommandaient de titanesques et interminables efforts. Sans la promesse dune dmocratie, en accompagnement, affine sur lalternance et fonde sur des transitions sans crises, aussi bien la rduction (ou rducation) des islamofascistes du terrorisme que la poursuite dun confus lan conomique dont se targue le ras, restent inconnus. Le pays est plus dans lenveniment et la toxicit. Il nest pas libr de lornire o il a t endigu depuis 1962 par la monopolisation du pouvoir et la prdation conomique.

Mais avec le temps, les donnes se clarifient, pour valuer judicieusement la gouvernance de ce dbut de millnaire. Dclare au peuple "reluisante la gestion", du dernier hritier des tuteurs de la lgitimit historique, la prsidence de "Boutef" est fondamentalement ruineuse et peut-tre la plus catastrophique qua connu lAlgrie, et ce selon des institutions internationales. Etant donn que ces dernires, sont les instruments du capitalisme inchang depuis des sicles dj, et les seules fournir de telles valuations. Car jamais les moyens financiers dont a dispos lAlgrie depuis lindpendance nont connu une telle profusion.

Selon la Banque Mondiale et son plus rcent rapport annuel, le "Doing Business", l’Algrie se classe 136e des 183 Etats. Le pays n’a fait aucune amlioration tangible au cours des cinq dernires annes. Les experts qui sintressent ce pays maghrbin dont nombreux sont algriens, se flicitent que des audits externes existent, car la dmagogie officielle donnait des rsultats gonfls et errons. POUR TELECHARGER LE RAPPORT ANNUEL de la Banque Mondiale en format PDF.

A la fin de l’anne dernire, 2010, le secteur des nergies a reprsent un tiers des 160 milliards de dollars du produit intrieur brut (PIB), 98% de ses exportations de 64 milliards de dollars, et plus de 70% des recettes du budget public. Cette tendance est susceptible de persister dans les prochaines annes. Alors que le projet dune mergence est compltement cras et indfini par une gabegie due aux dcideurs, de nouvelles exigences interviennent pour que le pays subisse des crances nouvelles, au lieu dtre suffi de ses recettes.

Car si les prix des carburants restent levs, le ptrole de l’Algrie et les rserves de gaz pourraient tre puises d’ici 20 ans. Dans ce cas, les autorits algriennes, populisme oblige, distillent une propagande que des dcouvertes de gisements ptroliers sont gardes au secret.

Les discours officiels ne cessent de marteler, surtout Bouteflika lors de toutes ses interventions, les prouesses dun prsident qui a le don du populisme pour exposer des efforts conomiques inexistants. Puisquil avait gagn, avec sa prsence la tte de la diplomatie sous Boumediene, le titre de manager idal de la reprsentation du pays ltranger, il passe pour un chef dEtat qui pouvait abuser dun 3me mandat anticonstitutionnel.

LES RESULTATS ACTUELS NEUTRALISENT L’EMERGENCE PARMI LES PAYS SOLVABLES.

En matire de terrorisme le peuple algrien vit la continuit de cette criminalit, lie au statut de la religion impos aux algriens par les dirigeants de postindpendance. En conomie cet implacable constat de la Banque Mondiale, est le coup de semonce dune institution qui a jug catastrophique la mdiocrit avec laquelle les ressources financires sont utilises. Lavenir savre plus sombre, lEtat a t oblig de revoir son budget 2011, aprs les meutes du dbut de lanne qui ont cr une donne nouvelle et des revendications substantielles en matire de justice de gouvernance gnrale et de justice sociale prcisment.

Une augmentation de 25% dans les dpenses publiques pour taire la gronde du dbut de lanne 2011. Si le prix du ptrole chute brusquement en dessous de 100 $ - ce qui est plausible -, il sera impossible de maintenir le rythme actuel des dpenses gouvernementales. LAlgrie sera oblige de puiser dans les fonds souverains, connu comme le Fonds de rgulation des recettes, et mme recourir des emprunts trangers.

Lincapacit dutiliser les fastes ressources financires pour dvelopper des activits conomiques comptitives, en dehors du secteur de carburant, expose l’Algrie de graves dangers l’avenir. Car le dsastre de la gestion faite particulirement de la priode o les prix du baril du ptrole ont explos, concidant avec le retour de Bouteflika la tte du pays, na nullement amlior les affaires du pays comme b tir un cadre national, associant priv et public, pour lentreprise productive.

Le priv qui sest manifest plus particulirement pendant cette priode sest avr tent par la spculation, do lexplosion du nombre des dtrousseurs. Lexemple du fils du PDG de la Sonatrach (compagnie publique charge de lnergie) qui cre une entreprise ltranger et se fait passer pour prestataire de celle que dirige son pre est loquent.

Linvestissement du priv, demeur sans confiance dans lopaque gouvernance en place, campe rester intress par le gain rapide Et faute quil ne puisse pas gruger directement la rente en tant dans les arcanes du pouvoir, il a son choix naturel dtre sauvagement spculatif. Au point que le systme de change parallle qui dfie les banques du pays, monopolise entirement les revenus des algriens vivant ltranger par des rseaux de criminalit conomique. Quand la communaut algrienne ltranger montre du dynamisme et dtient, elle-aussi de grands moyens.


L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.L'éditeur de POPULI-SCOOP publie vos ouvrages.logo


Populi-Scoop lancera prochainement une formule de rémunération des ses rédacteurs. Inscrivez-vous via le formulaire de CONTACT.
Prenez des e-books gratuits.Offre
Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.