POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, (...) > Sarkozy à Alger, à la barbe des rentiers et des caciques, en décembre (...)

L’antisémitisme est une tare de tous les nationalismes, à Alger des pseudo-révolutionnaires mènent la barque.

Sarkozy à Alger, à la barbe des rentiers et des caciques, en décembre 2007.



Alger accueille du 3 au 5 décembre, un soi-disant élément du lobby juif en France


lundi 3 décembre 2007
par Azouz Benhocine


Avec un forcing à l’encontre des caciques et des reliquats du nationalisme algérien, Bouteflika accueille du 3 au 5 décembre, le président français. L’atmosphère, d’un antisémitisme primaire n’est pas encore dissipée, reste trop polluée lors d’une visite que les 2 partenaires ont plus à gagner en regardant doit devant... Le passé, imperceptible aux nouvelles générations, est le fond de commerce fructueux pour ceux, au dépouvu de projet de société, qui se légitiment en tuteurs éternels.

L’esprit revanchard omniprésent, l’Algérie entretient une sérieuse ardeur à revenir, et sans rater la moindre occasion, sur le projet de la loi recommandant au système éducatif français d’assumer le passé colonial comme mission civilisatrice. Paradoxalement et de tous les pays anciennement sous occupation française, des cercles en panne et frustrés d’être démunis d’un projet de société, trouve la panacée...

Le pays qui a vu venir au monde le chanteur Enrico Macias dont le patronyme, à consonance authentiquement constantinois, est Guenaïzia et le prénom est Sylvain, n’a pas généralisé un tollé au niveau de tous les peuples anciennement sous le même joug, malgré qu’il a été relayé avec retenu par certains. Les faux dévots algériens continuent encore, en ce décembre 2007, seuls à déterrer réveiller de vieux démons. De la conviction de certains officiels à exiger une repentance, le glissement à l’antisémitisme primaire oublieux de tout antidérapant, la survie idéologique du système relève de la continuité de la guerre libératrice.

Déclenchée, de part et d’autre, la polémique est due à une instrumentalisation de la mémoire commune. Du côté français l’interprétation du passé recherche en vain un brin de fierté. Du côté algérien, aux aguets de la moindre approche qui légitimerait le perpétuel monopole du pouvoir depuis l’indépendance, il faut que la population regarde ailleurs. L’enjeu de ne pas la préoccuper du contrôle, de dilapidation et même de détournement de la rente pétrolifère surtout, ainsi que d’autres richesses, constitue l’objectif de la manœuvre du transfert générationnel du mal relevant du passé. Alors que les populations, aux deux rives, sont renouvelées depuis presque un demi-siècle que le conflit a été tranché.

Le renvoi aux oubliettes du traité d’amitié franco-algérien datant de bien avant 2003, comme la sclérose des contacts au niveau des dirigeants, même si sur le plan diplomatique les échanges se maintiennent, ont montré la futilité de ces rapports conflictuels. L’état des choses a créé d’ailleurs un déséquilibre flagrant dans le mouvement des populations entre les deux pays. Les visites de français qui ont quitté l’Algérie après la couverture de sa souveraineté nationale et l’octroi des visas de visite de l’ancienne métropole par les algériens sont jugés moindres, alors le vœu d’amplifier ses déplacements est de plus en plus exprimé.

La famille algérienne, se disant révolutionnaire, tente de froisser la page économique de cette ultime visite quand elle voit dans la stature du chef d’Etat français un pion, ou même un acteur, du lobby juif. Avec un toupet réducteur et déloyal, elle présume que l’industrie hexagonale est détenue par ce même lobby. Après Mohamed-Cherif Abbès le ministre des anciens moudjahidine (combattants de la guerre pour l’indépendance), Mr. Abadou plus insistant que le premier, à la tête de l’organisation des anciens moudjahidine, influente officine se considérant tutrice de la morale idéologique, a persisté avec la même formulation. Ces deux responsables se sont passés la main, l’un à l’autre pendant cette dernière décennie, à la tête des deux institutions algériennes : ministère et organisation.

Persona-non gratta le chanteur de « Enfants de tous pays... », la larme a l’œil a été évincé de la délégation, sur son propre désistement dit-on. La levée de bouclier qui lui est signifiée depuis des années est suivie de près par le chef du gouvernement algérien, Belkhadem. Ce dernier s’est contenté de préciser dernièrement de déclarer « ...si Enrico accompagne Sarkozy, je ne lui toucherais pas la main. » L’harmonie est semblable à celle d’un clavier de piano, où chaque touche est appuyée par un acteur selon une orchestration bien modulée. Et puisque l’officine révolutionnaire met le paquet, le chef du gouvernement joue un doux refrain.

Plus intensément Bouteflika lui-même lors de la commémoration du 8 mai 1945, en 2005, qualifia devant le parterre à qui il sollicite aujourd’hui une révision de la constitution pour la prolongation de son règne, de génocide cette journée où 45000 algériens ont été massacrés, en voulant manifester.

Les faux-fuyants populistes ne s’embarrassent de la relance de l’appareil économique algérien, endiguée par l’insécurité qui s’en prend surtout aux étrangers et asphyxie, par rapport à l’accueil d’extranationaux, complètement le secteur du tourisme d’un pays qui recèle le plus désert du monde : le sahara.

Les autorités algériennes fondent toutes leurs actions sur l’exportation des énergies (gaz et pétrole) dont les experts mondiaux voient son assèchement dans moins d’un siècle. « L’après-pétrole » qui a été longtemps un slogan galvaudé par l’ex parti unique s’est estompé depuis l’embellie du tarif de l’or noir. Et l’incapacité de jeter les bases d’une industrialisation à laquelle aspire les algériens et que la France avant quiconque peut apporter queqlues louables solutions, est délibérément cachée par les tempêtes de sujets d’histoire qui, eux ne jugulent rien des nfléaux qui taraudent les efforts algériens. Amorcée jadis sous la houlette de Boumediene, l’édification a périclité du fait d’une gestion irrationnelle de l’ensemble des secteurs, y compris celui de l’instruction de la société du point de vue de moderniser son organisation ou sa frustration à ne pas percevoir le monde actuel.

L’agriculture demeurée rudimentaire et qui était le grenier de la France coloniale ne comble plus les besoins du pays depuis la fin des années 60. Le prix actuel du baril de pétrole écarte le spectre de crise des années 80 et 90 où se sont posés les vrais problèmes, avec plus d’accuité les questions alimentaires et en pointe celui du pluralisme et de la démocratie. Les ventres pleins à partir de faciles importations, les poches des rentiers détrousseurs aussi... Aucune peine à mieux négocier les contrats, l’argent frais coule à flots, contenus dans la malette de Sarkozy et la centaine de personnes de sa délégation. C’est bien un argument de plus pour Sarkozy pour être cajoler d’une haine qui l’a ouvertement, il mettra à table avec aise les projets qu’il préconise pour la région.

Portfolio