POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


2è partie : Un militaire après la nouvelle tête choisie pour présider l’Algérie



Notre sondage révèle le militaire plébiscité après un nouveau visage mais avant le politicien !


mercredi 29 mai 2019
par Damien Djamel Bouch’Raf


Il convient d’annoncer que parmi les 5 propositions pour succéder à Bouteflika, un nouveau visage passe en premier, dans notre enquête d’opinion lancée en 2014. Nous avons suivi cette étude où les sondés peuvent exprimer quelques phrases, le militaire qui était en 3ème position est passé à la seconde. Nous avons remarqué que depuis l’apparition d’Ali Ghediri sur la scène politique algérienne, cette donne a été préférée…

Voir en ligne : Notre dossier ALGÉRIE

Le sondage mis en ligne depuis 2014, avec sa question unique « qui après Bouteflika » sera fermé dès la tenue de la prochaine présidentielle en Algérie. A la fin de remises des dossiers au conseil constitutionnel par les éventuels candidats, deux prétendants se sont faits connaitre. A la surprise de tous, ils ont déposé les documents pour se porter candidats.

- Voici la 1ère partie : l’Algérie fait sa ferme transition montrée par une sagesse collective. 28 mai 2019

Alors que le rejet du vote du 4 juillet est un slogan fortement entendu chez les manifestants du «  Hirak  » qui s’est déclenché depuis le 22 février, ces deux candidats auprès du conseil constitutionnel s’avèrent à contre-courant de l’Histoire. Aussi bien l’instance de vérification que les protestataires ne savent pas comment faire, avec les deux citoyens différents d’une majorité de frondeurs.

Notre sondage lancé en 2014 continue d’engranger des expressions. Et parmi les propositions à la succession de Bouteflika, la nouvelle tête tant désirée par les Algériens que notre panel tente de cerner est plébiscitée. L’aspiration à un changement avec un président n’ayant pas de relations avec le sérail qui a gouverné, avec un impartageable monopole, tant la guerre libératrice que l’époque de postindépendance.

Nous avons été gagnés, auprès de Populi-Scoop qui est un titre des médias numériques d’opinion, d’informations et d’analyses, par la certitude que le sortant n’avait aucune chance de briguer un 5ème mandat. Mais son clan a tenté de perpétuer son règne malgré son inaptitude physique et le nombre de vacations effectuées.

- 2 candidats pour la présidentielle du 4 juillet rejetée par les manifestants en Algérie 26 mai 2019

L’évolution des réponses à notre questionnaire montre la possibilité qu’un militaire, parmi les autres profils indiqués, remplacerait Bouteflika a gagné des points. Il dépasse finalement de 8 point celle d’un cadre expérimenté ayant travaillé par le passé dans les rouages de l’Etat, qui était depuis le début en seconde position et passe à la 3ème.

Cette tendance de montée du soldat pour présider l’Algérie a été développé dans ce sondage quand la candidature d’Ali Ghediri a été déclarée. Les rapports qu’ont les électeurs, voire tous les Algériens, avec l’ANP (l’armée) revient à une assurance sécuritaire. Les voyous de la politique, y compris des militaires, s’engouffrent souvent en politique puis prennent les armes pour s’imposer.

Le sondage a atteint 33 000 participants qui se sont donnés la peine de le regarder, sans prendre à répondre à la question : qui après Bouteflika. Cependant parmi tous ces curieux plus d’un millier, 1128, se sont donné la peine de remplir, en cochant la case qui leur convenait, le questionnaire.

- L’ensemble de nos contenus où nous parlons de sondages. Et où vous trouverez les articles qui parlent de l’enquête que nous avons lancé en 2014. C’est-à-dire au moment où Bouteflika entamait, tout en étant très malade, son 4ème illégal mandat.

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invités à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article