POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Comment certains médias ont couvert l’éclatante opération antiterroriste à Bouira en Algérie ?



Les éradicateurs algériens face à la matrice idéologique du djihad


mardi 21 février 2017
par Damien Djamel Bouch’Raf


Le traitement de la dernière actualité terroriste en Algérie, où 14 criminels, classifiés comme appartenant à l’EI (Etat Islamique), ont été éliminés, vient de démontrer que la conjoncture est moins favorable à l’armée qui, encore dans la solitude, combat, dans la solitude, l’hydre hideuse. Cette institution et les démocrates épris de la conformité avec la constitution, pour l’islam politisé accaparé par des partis, ont donné le plus lourd tribu lors des années de l’AIS, GIA et GSPC devenu AQMI, sont victimes du stéréotype d’éradicateurs, cités souvent par les nationalistes dont le courant d’idées s’alimente de ferments populistes comme la guerre de libération, la religion et l’arabité.

Voir en ligne : Notre dossier : Algérie

Les manières dont a été relatée l’opération d’envergure, qui a duré plus de 24 heures, au centre du pays dans une région à cheval entre les Wilaya entre cinq wilayas (départements) d’Alger, Boumerdès, Bouira, Tizi-Ouzou, Blida et Aïn-Defla, sont quasi traîtresses des victimes et des combattifs des premières lignes. Elle s’est déroulée près de la commune d’El Adjiba de Bouira, mais sans bénéficié de la présentation de la plus importante décimation, d’un nombre significatif d’éléments redoutables par leur ancienneté, rarement réalisée ces dernières années…


- Base de données des dossiers judiciaires du terrorisme en Algérie 27 décembre 2016

Elle a commencé avec l’arrestation d’un individu qui s’est rendu de lui-même, le samedi 13 février, aux services de sécurité à Bouaidal, dans la commune d’Ammal, wilaya de Boumerdès. Il avait fourni de précieuses informations sur les déplacements et les projets des terroristes stationnés à Ahnif. Ces islamistes armés étaient en repli, depuis des mois qu’ils venaient de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, plus à l’est. Cependant le travail de couverture médiatique est largement défaillant, voire complice, notamment sur les réseaux sociaux du Web où on se met à pleurer les soldats, après les avoir désignés, avec leurs généraux et les conséquents « éradicateurs », en agent d’une dictature.

Parmi les lectures de cette bataille d’ampleur exceptionnelle, il y a celles faites depuis le Maroc, ou bien le silence des organes médiatiques internationaux ainsi que les rapports locaux de la presse attachée à la conservation de l’islamisme. Ces supports, assez souvent journalistiques, ont tous préféré cités la mort de sept soldats, que l’extermination du double, soit quatorze terroristes. Ces façons ont préféré, encore cette fois, taire l’esprit de sacrifice pour mettre au-devant les pertes des militaires qui continuent seuls leur mission que nuls autres appareils ne peuvent assumer.


- Algérie : recul du terrorisme mais répression des médias et de la société civile (2ème partie) 15 juillet 2016

Côté frontière de l’ouest algérien, Médi-1, la chaîne qui de radio relevant de RMC (Radio Monte-Carlo) est passé en canal-TV, connue pour être au service du Makhzen royal, n’a même pas rappelé le bilan infligé aux islamo-terroristes. Ou encore moins, précisé le contexte de cette intervention qui énonce les hautes qualifications de l’ANP (armée nationale populaire), désormais établies. El-Watan, le quotidien algérien qui a livré chaque jour, et pendant deux éditions avec trois publications, son sujet, du 18 février, sur ce fait, il a titré son article de la perte de l’armée, que celle des tueurs, pourtant la disproportion est indémontable.

Ces derniers, dont quatorze « djihadistes » ont été exterminés, alors qu’ils s’apprêtaient à frapper, encaissent une défaite caractéristique pour la capacité des soldats algériens. Alors qu’on croit encore que des fuyards ont réussi à se dissiper dans la nature, après coup, il y aurait donc certainement une suite. Mais l’évitement d’une recrudescence d’actes terroristes, n’est pas encore acquis. Même si l’exploitation ultra-professionnelle des renseignements, nous oblige, pour notre part, de croire que les éléments de l’armée ont proposé des redditions, avant que la riposte ne soit effectuée en réponse aux récalcitrantes réactions des personnes encerclées qui ont préféré mourir que se rendre.


- Algérie : 7 terroristes arrêtés à In-Amenas, non loin de la Libye 13 janvier 2016

Plusieurs détachements combinés de l’Armée Nationale Populaire, relevant de la première région militaire, ont mené cette action débutée dès le 16 février. Un vétéran, répondant au sobriquet de guerre d’Abou Abdellah qui était dans les maquis depuis 1994, a été abattu, ce qui une victoire singulière avec l’élimination de terroriste expérimenté. Il était à la tête d’un groupe qui a été construit avec des recrues qui se sont enrôlées après lui en 2001, 2005, 2006, 2010 et même tout récemment. Certains experts ne doutent pas que des pseudos repentis ont préféré reprendre du service, comme le montrent les résultats de cette faction.

Pour une fois le terrorisme en Algérie nous apprend, selon la composition et la mobilité de ce groupuscule, que les égorgeurs fréquentent, avec les réseaux de soutien, les villes et les villages. Il s’agissait d’un conclave organisé par ces combattants djihadistes, qui allait se tenir au centre du pays. De là est survenu un repenti qui a préféré se rendre et d’apporter les indications capitales qui ont débouché sur un tel contrecoup. Dans la région du centre d’Algérie et à l’est du pays, des poches de terroristes continuent d’activer. Cette dernière horde venait de positions devenues difficiles à tenir du fait de la traque que lui livre l’armée à Skikda, Jijel et les Aurès…

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute. Anonyme on peut exprimer, sans obligation, son opinion.

Sa question unique est : Qui après Bouteflika ?

Cinq choix ayant trait au profil, au parcours et à la personnalité du prochain président. ICI - MERCI

Nous organisons des sondages et enquêtes. Vous êtes invité à vous inscrire à nos panels. Merci si vous participez.

Répondre à cet article