POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > TECHNOLOGIE, INTERNET, PERFORMANCES INCLASSABLES > Trêve dans l’espionnage de la NSA, modeste victoire en attendant du (...)

Trêve dans l’espionnage de la NSA, modeste victoire en attendant du nouveau



Expiration du délai de 6 mois au programme de surveillance du FBI


dimanche 29 novembre 2015
par N.E. Tatem


Officiellement à partir du 29 Novembre 2015, minuit du samedi, la NSA (National Security Agency) n’a plus le droit de collecter des métadonnées de téléphonie comme elle le faisait en vertu de l’article 215 de la Patriot-Act qui date de 2001. Cette dernière a donné un pouvoir exponentiel au FB,I pour ses enquêtes afin d’obtenir des renseignements d’origine électromagnétiques et d’assurer la sécurité des systèmes de communication ainsi que le traitement des données, notamment du gouvernement.

Voir en ligne : Notre dossier : Edward Snowden - NSA


Edward Snowden sous-titres en français par POPULI-SCOOP

Cet organisme gouvernemental "NSA", relevant du département de la Défense des États-Unis, a eu une lourde responsabilité pour espionner, sans confins juridiques. Arrive donc l’expiration de sa lourde mission. L’alerte lancée par son employé Edward Snowden a accéléré le processus d’arrêt d’un système controversé, car n’ayant pas eu de limites à son champ d’activité.


- Dossier de Snowden sur la France : alerte venue du Brésil
- La NSA fournissait l’unité 8200 de Tsahal, pour des crimes abjectes.
- Edward Snowden : traître ou héros ?

En Janvier 2014, le président Barack Obama a annoncé que la communauté du renseignement mettra fin au programme de prises secrètes des métadonnées de téléphonie comme le prévoyait l’article 215 du Patriot-Act. Son discours tenu au ministère de la Justice répondait aux préoccupations nationales et internationales concernant les activités de renseignement des États-Unis. Nous y sommes.

Le FBI n’a pas été de main morte, la police fédérale a donc été en mesure d’obtenir les relevés téléphoniques de millions d’Américains. Les entreprises américaines de télécommunications les ont remises à la NSA, sans rechigner. Mais aussi, la NSA a élargi son action à l’international.

Une loi sur les libertés aux États-Unis, signée dans le 2 Juin dernier, a ordonné au pouvoir exécutif un délai de 180 jours pour une détente au programme de collecte des données téléphoniques. Cette législation a consacré que les dossiers de suiv,i de la NSA concernant les personnes américaines et non-américaines, seront arrêtés.

Reste à savoir s’ils seront clos et si la justice peut toujours les exploiter. Les Etats-Unis cherchent en réalité une nouvelle formule pour continuer leur espionnage motivé par des raisons de haute sécurité. En effet la période de transition de 6 mois déjà écoulée a permis de mettre en place une nouvelle procédure en la matière. Reste à savoir laquelle ? Et aussi quel scandale va-t-elle apporter ?

Selon la communication de la direction du renseignement national (à lire ICI), le gouvernement est "interdit de collecter des enregistrements de métadonnées de téléphone" à partir du 29 Novembre.

Cependant, une autre manière prend le relais. Elle se veut inspirée de légalité pour que les tribunaux exigeront des opérateurs de téléphonie pour qu’ils leur donnent les renseignements.

En effet, le gouvernement américain continue d’obtenir les données téléphoniques en demandant à la "Foreign Intelligence Surveillance", les structures de la justice des États-Unis. Cette dernière ordonnera aux sociétés de télécommunications de remettre des dossiers spécifiques.

La fin du programme de collecte des données téléphoniques qui fut un scandale sans pareil, est une modeste victoire contre le système policier des USA. Mais elle est une réelle prouesse du lanceur d’alerte qu’est l’ancien employé de la NSA, actuellement réfugié en Russie pour échapper à la justice de son pays.

Edward Snowden a fourni des documents Top-secrets concernant le programme de la NSA à Laura Poitras et Glenn Greenwald, deux journalistes et éditeurs co-fondateurs du site d’informations "Interception". Le premier article de Greenwald, qui a exploité les éléments divulgués par Snowden, a été publié le 6 Juin 2013, mettant devant l’opinion mondiale ​​le programme de collecte massive des indications sur les communications téléphoniques.

Enfin , notons que "Le Central Security Service" (CSS) est une autre agence qui loge dans les mêmes bureaux que la NSA. Elle a été créée dans le but de coordonner les efforts des sections de cryptographie de la NSA et de l’armée des États-Unis. Ce second organisme n’a pas été tellement cité, pourtant il s’agit de CSS/NSA qui techniquement mènent conjointement des opérations d’attaque, de défense et de renseignement envers les réseaux informatiques.

Répondre à cet article