POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


La guerre des drones américains, révélations d’une mascarade aveugle



Les dessous des armes stratégiques du Pentagone


dimanche 25 octobre 2015
par Gros Emile


Le site « Intercept » a publié, la semaine dernière, une série d’articles, détaillés par des documents top-secrets, où il est prouvé que les drones américains qui frappent dans plusieurs régions, d’Afrique et du Moyen-Orient, le font avec les métadonnées. Le processus d’approbation, de ces pointages d’armes visant généralement des personnes, s’avère être bâclé. 6 cibles ont été touchées sans qu’elles soient concernées.

Voir en ligne : Notre dossier : USA * Etats-Unis

Consulter les articles d’« Intercept » ICI. D’après ces exposés qui ont suscité un débat au congrès, lequel avance que plu de 90% de ces interventions sont sans précisions et constituent des erreurs graves, la responsabilité de Barack Obama est directement concernée.

Ces éléments détaillés, fuités par un dénonciateur anonyme, appartenant à la communauté du renseignement des States, offrent un aperçu sans précédent dans les guerres des drones. Ils fournissent comment sont inscrites sur la liste des personnes à abattre, avec ordre direct du président des Etats-Unis, et sans moindre finalité contrôlée avec rigueur.

« Intercept » est un site-Web d’informations fondé par le journaliste Glenn Greenwald que nous avons déjà cité dans l’un de nos articles, (à lire ICI) pour ses publications sur les révélations d’Edward Snowden. La nouvelle réalité des médias alternatifs, s’apparente à une rupture avec les lignes des circuits d’informations du monde qui sème les guerres et fait usage de drones. Wikileaks est l’illustration parfaite, du précurseur d’un journalisme qui dérange les politiques gouvernementales, notamment de l’alliance atlantique présidée par les USA.

Les origines secrètes des informations relatives à l’exploitation de métadonnées pour orienter les attaques des drones, sont comme les sources anonymes d’actes que les juridictions et droit ne peuvent guère démentir ou présenter de meilleurs justificatifs. Cette équivalence de l’anonymat reconnu en justice pour bienveillance, ou utilité sociale, n’écarte en rien aussi la crédibilité des sujets que les médias alternatifs produisent. Ce qui les place donc dans la vérité, par rapport aux manipulations.

Les lanceurs d’alertes sont devenus des canaux, tellement sûrs et qu’il faut protéger, d’où fuite l’actualité limpide voire vraie. Les dépêches d’inspiration cachée, mais rendues fondées par des documents fuités, sont, à l’époque d’Internet, une matière à révélations inégalées en controverses, où les institutions sécuritaires des Etats-Unis sont accablées. A ce sujet, l’ONU vient de publier un édifiant rapport tout récent, à consulter ICI, exigeant la protection des sources informelles d’informations et les lanceurs d’alertes.

Les exécutions extrajudiciaires par les drones sont très imprécises et se traduisent par des décès de civiles, avec un nombre d’une importance alarmante. Le coût en pertes humaines de la guerre des drones, pour ne pas impliquer sur le terrain des soldats, est un programme qui est déjà pluriannuel pour l’Afghanistan. Son efficacité reste à expertiser.

Dernièrement l’armée américaine s’est excusée pour une frappe d’un hôpital dans la ville afghane de Kunduz à lire ICI a aussi démontré l’inefficacité des opérations du Pentagone. Les limites, de l’intervention américaine et ses alliés en Syrie, ont été bien précisées dès lors que la Russie s’est manifestée dans ce terrain de guerre, hautement stratégique pour les alliés des Etats-Unis au Proche-Orient et dans le grand et éternel conflit du Proche-Orient

Image illustrative de l'article Glenn Greenwald
«  Glenn Greenwald 2014-01-20 001  » par David dos Dantos — mynewsdesk. Sous licence CC BY 3.0 via Wikimedia Commons.

Afficher l'image d'origine

Répondre à cet article