POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Scandale des bourses algériennes pour étudiants à l’étranger



On est étudiant boursier en devises quand le parent est ministre


samedi 13 juin 2015
par Damien Djamel Bouch’Raf


Dans une déclaration faite au quotidien d’informations algérien "El-Khabar", de langue arabe, Abdelmalek Rahmani, du CNES "conseil national des enseignants du supérieur" a indiqué que des étudiants, boursiers à l’étranger, accumulent jusqu’à deux décennies dans ce statut qui permet de bénéficier de deniers de devises. L’identité des concernés n’a pas été rendue publique, cependant il s’agit d’enfants de ministres...

L’article El-Kabar ICI.

Par le passé les enfants pistonnés par la présidence ou bien des hauts dirigeants du parti FLN, comme les fils de Messaâdia et de Goudjil avec les sociétés publiques ANABIB et SONIC, se tapaient les stages des usines clés-en-main. Pour ces projets les personnels étaient formés à l’étranger, en percevant des salaires liés à leur présence dans le pays prestataire...

Nos articles sur quelques scandales algériens.
- 17 personnes arrêtées en Algérie pour des transferts illicites de capitaux
- L’Algérie et les pires délinquances : terrorisme et corruption
- Sonatrach : poule aux œufs d’or pour la « kléptocratie »

La question des bourses à l’étranger est comme vieille histoire. A l’instar des manœuvres qui donnent aux privilégiés du système algérien, la possibilité de détourner des numéraires, elle frappée de la grande opacité du règne qui gouverne l’Algérie depuis son indépendance. Une gouvernance où il est impossible d’accéder à même des statistiques généraux...

Avec une précision qui reste aussi laconique, le syndicaliste des professeurs universitaires révèle qu’«  ...un fils de ministre continue, depuis 20 ans à ce jour, d’avoir une bourse à l’étranger, ainsi que la fille d’un autre ministre est dans la même situation depuis 16 ans...  ». Ce scandale se rajoute à toutes les perversions qui frappent la gouvernance prédatrice du sérail prenant bien les centres de décisions pour des desseins corrompus.

Aussi il rajoute la couche majeur en précisant que «  ... La majorité des bénéficiaires actuels des bourses à l’étranger ne répondent pas aux critères de l’élite méritante, notamment leurs résultats au Bac...  ». Citant une récente rencontre du ministre de l’enseignement supérieur avec les professeurs algériens dans les universités du Monde, Mr Rahmani suggère qu’ils sont tous des descendants... Où est le mal ?

Dans un article du 1er juin, du site d’Informations "Algérie-Focus" qui charpente une information qui a de l’impact chez les jeunes algériens, il est fait état d’une liste hallucinante de bénéficiaires de bourses d’études à l’étranger, des noms de dirigeants des hautes sphères.

Cet organe en ligne a aussi soulevé le cas d’une certaine Haouchine Z qui est passée avant plus de meilleurs 50 autres postulants qu’elle, pour profiter d’une bourse de 4 mois auprès de l’université de Valencienne. Qui a la coquette dotation de 4500 euros par mois, 2500 € de la partie française et 2000 € de la partie algérienne...

Selon l’ambassadeur français à Alger, ils ont 23 000 étudiants inscrits dans les universités françaises. Certainement ils ne sont pas tous boursiers de leur, puisque la majorité d’entre eux sont de la communauté nationale vivant dans l’ancienne métropole, des immigrés. Ils représentent près de 8% du total des étudiants étrangers en France. Il a indiqué aussi que son pays consacre à l’Algérie le premier budget de coopération universitaire et de recherche, évalué à plus de 2 millions d’euros par an.

Dernièrement deux fils de hauts responsables algériens ont été blessés dans une proche banlieue de Paris qu’ils achetaient. Alors qu’ils achetaient leur dose de cannabis, ils assistèrent à une confrontation à mains armées entre gangs de dealers où ils ont blessés. A se demander d’où proviennent leurs revenus dépensiers ? En outre, l’étudiant algérien, Sid-Ahmed Ghlam, qui s’est fait connaître avec sa tentative d’attentat contre une église de Villejuif, était boursier de l’Etat français...

Participer à notre mini-sondage de moins d’une minute ICI - MERCI

Répondre à cet article