POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Procès des tueurs américains de Square Nisoor à Baghdad



L’Oncle Sam inculque l’impunité à ses mercenaires


mardi 14 avril 2015
par jaco


La justice américaine vient de prononcer une peine d’emprisonnement à vie et trois condamnations à 30 ans et 1 jour. Respectivement, la première à un soldat nommé Nicholas Slatten et les suivantes à trois autres des mercenaires qui, en Irak, travaillait dans la sécurité privée de la société Blackwater qui a changé de nom depuis...

Les Etats-Unis reviennent à leurs tragédies de leurs guerres tant au Vietnam, qu’en Afghanistan et à la toute dernière en Irak, avec des faits qui retracent une certaine animosité. Cela se passe à la veille de l’arrivée du ministre irakien des affaires étrangères, pour exiger davantage d’aides pour la guerre contre l’EI (Etat Islamique).

Voir aussi !
- 1,5 million de victimes en Irak depuis 2003
- Expectative de l’opinion anglaise pour un rapport sur la guerre en Irak
- Déserteurs de la guerre américaine en Irak

La justice américaine vient de prononcer une peine d’emprisonnement à vie et trois condamnations à 30 ans et 1 jour. Respectivement, pour la première à un soldat nommé Nicholas Slatten, et les trois autres à Paul Slough, Evan Liberty et Dustin Heard. Des mercenaires recrutés par Blackwater qui a changé maintenant de nom.

Si des employés d’entreprises privées ont commis de telles crimes et quand on se rappelle les horreurs de la prison d’Abu-Ghéraïb, l’interventionnisme des States génère l’impunité. Et les personnes enrôlées américaines dans des conquêtes pour contrecarrer des régimes jugés hostiles aux USA, le font avec la volonté de venger, de punir et de détruire l’ennemi...

La fusillade de 2007 à dans un rond-point de circulation non-loin du Square du centre de Bagdad appelé « Nisoor », où 14 civils irakiens ont été tués et 17 autres blessés est un vrai carnage, est l’exemple type de l’esprit criminel qu’ont certains américains, sans être soldats. Le fait a provoqué un tollé international sur l’utilisation des agents de sécurité privée dans une zone de guerre.

Lors de ’audience du procès qui n’a duré qu’un jour, les inculpés ont plaidé non-coupables pour appuyer la politique agressive qui incite aux crimes de guerre. Des images des parents des victimes ont été montré lors du procès. Le père d’un enfant irakien tué lors de cet acte, a posé la question : « Quelle est la différence entre ces criminels et les terroristes ? »

Wikileaks doit sa renommée à des révélations en Afghanistan, auparavant des tonnes de bombes et des armes chimiques comme le napalm et le poison toxique nommé "Orange", ont été directement utilisés par l’armée.

Il a fallu 8 ans de procédures, pour que tous les quatre ont été condamnés en Octobre pour leur implication dans ces meurtres. Les procureurs ont décrit ces actes en embuscade délibérée contre des civils, insistant que les hommes n’ont pas montré aucun remords ou pris leur responsabilité. La défense a rétorqué que les hommes ont été la cible de coups de feu et ont tiré en état de légitime défense.

Beaucoup de commentaires sont entendus lors de ce jugement. La condamnation est peu probable de mettre un terme à la bataille juridique, qui a commencé dès que les 4 gardes employés de société privée en 2008. Un juge avait déjà rejeté l’affaire, l’année même. Puis une cour d’appel fédérale a relancé la procédure et les mis en cause ont été inculpés à nouveau en Octobre 2013.

Répondre à cet article