POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Sport : Le corps et l’esprit. > 2 - Compétitions et titres qui en découlent. > Inès Ibbou, une tenniswoman accède aux compétitions mondiales

Inès Ibbou, une tenniswoman accède aux compétitions mondiales



Des plus jeunes de sa catégorie, l’Algérienne s’est imposée sans faille en Afrique


samedi 11 avril 2015
par Damien Djamel Bouch’Raf


Depuis des années le tennis algérien n’a pas vu une telle étoile. Ce qui est marquant aussi par la surprenante montée en puissance de cette sportive, est qu’Inès Ibbou soit la plus jeune de toutes les participantes, de sa catégorie (16-18 ans), qui la dépassaient d’au moins une année d’âge.

Voir en ligne : Rubrique - Sport : Le corps et l’esprit.

Inès Ibbou était accompagnée par trois autres athlètes formant l’équipe nationale, Sihem Sahli, Saâdia Belhadj et Fazil Habbouche (garçons). Ils ont été tous éliminés dès le premier tour. Certains commentaires ont aussi posé une question troublante, de la présence des autres autres compétiteurs qui n’avaient que peu qualités.

Articles de la même rubrique
- Tennis : Djokovic en rajoute une couche
- De terre à gazon : des bouleversements à prévoir ?

Depuis des décennies une telle prouesse n’a pas été réalisé, la joueuse de tennis algérienne, Inès Ibbou (16 ans), s’est qualifiée hier pour la finale du Championnat d’Afrique U18 (16-18 ans). Au Caire (Egypte), elle est arrivée en finale, à la surprise des pronostics qui ne lui étaient pas favorables, du fait de sa jeunesse et surtout qu’elle est une inconnue.

Sa victoire inattendue la hissera dans le classement mondial junior dont le prochain classement de la Fédération internationale sera publié mardi. Ibbou a engrangé, grâce à ce titre africain, 120 points qui vont grandement l’apprécier pour accéder à jouer pour des titres mondiaux.

Inès a suivi un parcours sans en Egypte. Elle affronté en finale, pour le titre de championne d’Afrique, l’Egyptienne Sandra Samir, vendredi 10 avril, en écrasant son adversaire, qui a été donnée gagnante, avec 6-4 et 6-3.

Exemptée d’un match d’ouverture, elle s’est lancée en s’imposant par 6-0, 6-0 contre la Namibienne Lize Elfrida Moolman. Cette large victoire, lui a ouvert pleinement la perspective de dominer et gagner le reste de la compétition.

Elle avait enchaîné les réussites contre la Marocaine Zineb El Houari (6-3, 6-1) et la Tunisienne Chiraz Bechri (6-2, 6-2), en quart de final. Avant d’arriver à la phase terminale, elle a aussi gagné face à la Sud-africaine Barand Zani (6-0, 6-2) en demi-finale.

Inès poursuivra dès dès aujourd’hui 11 avril, avec sa compatriote Amira Benaïssa, au Monténégro, pour prendre part à la Fed Cup. Cette dernière se tient du 13 au 18 avril. La Fed Cup, une compétition féminine, est l’équivalent de la Coupe Davis, pour les messieurs, a indiqué la Fédération algérienne. C’est aussi une occasion pour enchaîner dans ses performances qui viennent d’être révélées dans le classement mondial.

Ce sport ne jouissait pas de préjugé positif, surtout au temps du socialisme étriqué et voilé par un nationalisme hérité des tuteurs de l’indépendance. Maintenant, la vague générationnelle a changé cette perception de la raquette des cours...

Répondre à cet article