POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Carnage des Shebabs somaliens à Garissa du Kenya



Plus de 147 tués dans un campus où les musulmans ont été épargnés


jeudi 2 avril 2015
par jaco


Terrible bilan de la prise d’otages dans un campus de la ville de Garissa au Kenya. Plus de 147 victimes, selon un bilan qui peut être revu à la hausse, froidement abattues par les Shababs, les islamistes armés qui sèment en Somalie un indescriptible enfer. Un commando, de 4 hommes qui tiraient à vue sur tout ce qui bouge, a semé la mort dans un campus, en épargnant les musulmans...

Voir en ligne : Notre dossier : AFRIQUE

Je ne pouvais rester indifférent face au massacre des étudiants ce matin, University College, Garissa au Kenya par le...

Posted by Aimé Pingi on jeudi 2 avril 2015

Voici l’annonce et tout les contenus du ministère de l’intérieur du Kenya sur Twitter

Selon le ministre de l’Intérieur, Joseph Nkaissery : « seuls 280 des 815 étudiants inscrits et les 60 membres du personnel se sont manifestés » à la mi-journée. En fin de journée, la catastrophe s’est avérée bien plus immense alors que les deux tués annoncés, quand les forces de l’ordre intervenaient, n’étaient que les deux policiers dont les corps juchaient au sol, pendant de longues heures après le début de l’attaque...

Sur le KENYA.
- Nairobi - Kenya, Kofi Awoonor, un poète est mort !

- Le parlementaire somalien Abdulahi Qayad Barre assassiné

L’opération terroriste a duré plus de 15 heures. Dès l’aube, vers 5 heures du matin à l’heure d’une messe distinguée hors des heures de travail, un groupe de personnes, aux visages masqués par des cagoules, a pénétré l’enceinte de l’université de Garissa, une ville du nord-est du Kenya, située à environ 150 km de la frontière somalienne.

Après avoir abattu deux vigiles, à l’entrée de ce centre d’hébergement, les terroristes ont tiré au hasard sur le campus. Ils ont par la suite pénétré dans des bâtiments de la résidence universitaire, qui héberge une grande partie des 815 étudiants inscrits. Dès le début de l’attaque, les criminels se revendiquent des Shebabs et l’attentat.

Dans le vrai cynisme de l’islamo-terrorisme, ils libèrent d’abord les musulmans et gardent les autres étudiants. Dès l’arrivée des militaires, les secours les accompagnaient. La férocité des Shebabs est des plus cruelle, quand il s’agit de s’attaquer au voisin du Kenya. En septembre 2013 avec l’assaut et la prise d’otages dans le centre commercial Westgate de Nairobi, pour lequel populi-scoop a publié un article, a fait 67 morts.

Al-Shabbaab (arabe : الشباب, signifiant « jeunesse ») est un groupe terroriste islamiste somalien issu de la fraction la plus dure de l’Union des tribunaux islamiques, la nébuleuse islamiste locale qui milite pour l’instauration de la charia. Il a été créé en 2006. En 2009 l’Ethiopie est venu à rescousse du gouvernement, en envahissant son voisin somalien. Puis le Kenya en 2011 pour combattre les mêmes islamistes armés des tribunaux islamiques.

Les Shebabs somiliens, comme le Daesh et Al-Qaïda, ont des militants islamistes internationaux (de diverses nationalités notamment occidentales) dans leurs rangs. Ils sont en lien direct avec l’organisation attribuée à Benladen dont le noyau dure, comme son chef tué par les américains, est basé au Pakistan.

Les Chabab somaliens intensifient leurs attaques. Image infographique parue in "Le Monde".

Répondre à cet article