POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Quotas laitiers en Europe, la fin d’une époque



Le marché mondial en objectif du lait européen


samedi 28 mars 2015
par jaco


La fin des quotas laitiers en Europe sera officielle le 1er avril prochain, après 31 ans qu’ils ont été institués. Les fournisseurs de lait pourront désormais produire autant qu’ils le pourront et le voudront, ce qui rendra la concurrence ouverte et difficile à tenir pour les éleveurs dans un marché qui sera totalement libéralisé.

Le continent européen conscient des possibilités assurées du marché chinois pour la consommation des produits laitiers et des perspectives qui s’ouvrent, d’année en année en Afrique, a décidé de retirer les quotas fixés aux producteurs. Un communiqué a été rendu public par l’UE le 26 mars. Ce qui chamboule grandement l’activité agricole et donne aux grands producteurs, notamment les fermes géantes, la possibilité de s’imposer.

Lire aussi, l’article sur la réglementation de l’élevage de poulets :
- Pénurie d’œufs et normes respectueuses des poules...
- Un steak in-vitro dégusté en 2013, un précieux pas !
- Chine : clonage à grande échelle des cochons

La suppression des quotas avait été décidée en 2003, afin d’offrir aux producteurs du continent européen, la souplesse nécessaire pour répondre à la demande croissante surtout sur le marché mondial. Puis l’intention a été réaffirmée en 2008 avec l’adoption d’une série de mesures qui ont accéléré le processus de libéralisation. En dépit de l’existence des quotas, les exportations de produits laitiers de l’UE ont augmenté de 45 % en volume et de 95 % en valeur pendant les cinq dernières années.

Quand en 1984, la décision continentale a été prise pour limiter la producteur laitière des agriculteurs européens, c’était pour maintenir artificiellement une stabilisations des prix, alors que les excédents devaient être détruits. Les pays qui dépassaient les limites subissaient des amendes, ces dernières n’auront plus lieu d’être à l’avenir.

La conséquence de ce changement largement motivé par une demande internationale qui a largement progressé, du fait de l’essor économique des pays émergents où la consommation a augmenté du fait de l’amélioration du niveau de vie. Par le passé, avant 1984 et les limitations, l’Europe achetait les excédents et les détruisait. Puis les quotas ont été fixés.

Si le marché mondial du lait et dérivés (ou transformé) a certainement évolué, mais des pays ont réussi de prendre de grandes parts du marché international, devant l’Europe dont la productions est évaluée à 25 milliards de litres de lait, ont aussi eu le temps d’imposer leur lait. La première production du Monde est toujours l’européenne.

Mais, la nouvelle Zélande et les Etats-Unis se placent au devant pour notamment la transformation. Avec la position de leader pour le beurre pour le premier pays et de même pour le second en matière d’autres produits gras issus du lait. L’Europe occupe la première place mondiale, devant les USA (89 millions de tonnes).

L’Allemagne est la première puissance laitière d’Europe. En 2011, elle réalise 21% de la collecte européenne de lait, contre 18% pour la France. Les autres grands pays laitiers européens sont :
- Royaume-Uni, avec 10% de la collecte
- Pays-Bas, avec 8,4 % de la collecte
- Italie, avec 7,4 % de la collecte Parmi les nouveaux états-membres, le Pologne est le premier pays laitier avec 6,7% de la collecte.

La collecte de lait de vache

Répondre à cet article