POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Contre les Houthis chiites du Yémen, l’Arabie Saoudite déclenche une guerre



Une ingérence, première dans une zone explosive, soutenue par les amis de Ryadh


jeudi 26 mars 2015
par jaco


Cinq pays du Golf arabique, auxquels se sont joints officiellement la Jordanie et le Soudan dans un premier temps, guidés par l’Arabie Saoudite, qui est le plus imposant de la région, mènent depuis la fin de soirée du mercredi 25 mars, une offensive militaire contre les milices chiites Houthis du Yémen. Ces dernières ont destitué, voire chassé le 12 février dernier, le président Abed Rabbo Mansour Hadi.

Voir en ligne : Notre dossier : Yémen

L’Arabie Saoudite a toujours entretenu des ingérences dans les affaires contemporaines du Yémen. La partition entre Nord et Sud du Yémen, pendant les années 1967/68, était un problème interne, mais les ingérences étrangères, notamment de Ryad, a été un acteur principal dans les différents clivages. Mais aussi bien Israël que l’Egypte, ont joué un rôle dans les problèmes de ce pays.

Voici le découpage des territoires contrôlés par les forces en présence : Houthis, Al-Qaïda, Gouvernement et le mouvement du sud.

Yemen war detailed map.png
«  Yemen war detailed map  » par 0ali1Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons.

Insurgency in Yemen detailed Map   Controlled by the Yemeni government   Controlled by Al-Qaeda   Controlled by Houthis   Controlled by the Southern Movement   Deserted

Notre dernier sujet sur le Yémen.
- Quand les Mollahs chassent la CIA du Yémen

Pour le premier bilan sorti aux premières heures du lendemain, le 26 mars, on dénombre une quinzaine de civils, dont des enfants et des femmes, de tués. Ces victimes de la frappe aérienne qui a visé l’aéroport de Sanaâ, la capitale du pays, étaient dans les maisons environnantes, elles ont été atteintes. C’est aussi la journée même que l’infrastructure aéroportuaire a été prises par les rebelles chiites, les Houthis.

Les premiers pays qui se sont alliés à l’Arabie Saoudite sont au nombre de quatre, Koweït, EAI (Emirats Arabes Unis), Qatar et Bahrein. Nombre d’autres pays, sans que vraiment leurs diplomatie respectives n’aient exprimé des précisions, sont annoncés vouloir participer à cette attaque qui est justifiée, pour sauver le pouvoir légitime du Yémen disent-ils.

Si la Jordanie a officiellement déclaré prendre part à cette offensive, les aviations du Soudan et du Maroc sont dites déjà présentes dans ces premières intrusions. La chaîne TV El-Arabya a même avancé le nombre d’appareils de l’aviation engagés par chacun. Voici la répartition : Selon Al Arabiya, les Emirats arabes unis ont mobilisé 30 avions pour cette opération, Bahreïn et le Koweït 15 chacun, le Qatar 10, la Jordanie et le Maroc six chacun et le Soudan trois.

Alors que l’Egypte et le Pakistan sont les seuls, dans un premier temps, dits vouloir participer à cette intervention, que visiblement les Etats-Unis soutiennent. L’ambassadeur saoudien aux USA, lors d’une conférence de presse tenue à Washington alors que l’offensive venait de commencer, la rhétorique, de sauver le gouvernement légitime du Yémen, a été mise au devant.

Selon un communiqué de la Maison Blanche, le président Barack Obama a autorisé le soutien en matière de logistique et de renseignement. Les Etats-Unis, sans faire partie de la coalition, soutiennent donc l’opération.

Parmi les forces en place et qui affrontent cette offensive, l’Iran et l’ancien président Abdellah Saleh soutiennent les Houthis. Maintenant la riposte des Houthis risque de déstabiliser toute la région. D’autant les intervenants, ou bien les le font uniquement parce qu’ils se sentent endettés par l’Arabie Saoudite qui leur a fourni des aides pour leurs problèmes...

L’une des premières conséquences de cette ingérence, les cours du pétrole ont bondi de près de 6%, dès les premières heures des frappes de l’aviation des alliés à la monarchie saoudienne. Les cours du Brent sont vite remontés à près de 60 dollars le baril et se négociaient à quasiment 59 dollars, soit +4,3%, vers 09h15 GMT de la matinée suivante.

Secretary Kerry and Yemeni President Hadi Address Reporters.jpg
"Secretary Kerry and Yemeni President Hadi Address Reporters" by U.S. Department of State - . Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons.

Sanaa, Yemen view.jpg
"Sanaa, Yemen view" by Александра Пугачевская (Alexandra Pugachevsky) - Alexandra Pugachevsky (Александра Пугачевская). Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Répondre à cet article