POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Banksy à Gaza dessine un chaton dédié aux massacres d’enfants palestiniens



L’artiste insiste que les palestiniens ne quitteront pas leur patrie


samedi 28 février 2015
par N.E. Tatem


Sa véritable identité est encore inconnue du grand public, le street-artiste Banksy vient de révéler sur son site Web, ses dernières œuvres réalisées au cœur même de Gaza. La population martyre, d’un éternel génocide de crimes de guerre et de massacres répétés de sa marmaille, prend aussi une large place dans ses courts et derniers travaux de filmographie. Son bref documentaire, qui relate son entrée clandestine et par un tunnel, montre ouvertement sa position sur les affres et atteintes aux droits humains dans l’enclave palestinienne entourée de hauts murs.

Voir en ligne : Notre dossier : GAZA - Palestine

Anonyme et mystérieux derrière son pseudonyme, Banksy vient donc de s’exprimer sur un conflit qui taraude l’opinion internationale de l’injustice qui se réitère envers un peuple, le palestinien, spolié de sa terre par le pire des derniers grands colonialismes non encore mis en échec. Par la faute du soutien des Etats-Unis et des pays européens, l’Etat hébreu est encore cette fois mis à l’indexe, par cette éminence de l’art contemporain.

NOTRE ARTICLE : La plus grande fresque murale du Monde Arabe à Naplouse en Palestine

Connu pour son art urbain et également comme peintre de l’art underground (opposé à l’industrie culturelle) et réalisateur, malgré qu’il dissimule sa véritable identité, Banksy a frappé, tel un citoyen du Monde. Jeune il était parmi un groupe de tagueurs le Bristol’s DryBreadZ Crew (DBZ). Globalement, l’artiste a pour message essentiel axé sur l’antimilitarisme, l’anticapitaliste et l’antisystème.

Impartial, intransigeant et engagé dans l’ensemble de ses travaux, il associe des techniques de d’Andy Warhol et de l’installation (performance artistique faite en montage) ses messages suggèrent d’abord la politique, en faisant souvent usage de slogans. Puis avec de l’humour il met au devant sont attachement à la satire. Et surtout en dégageant une poésie, il fait lecture magnanime de la vie des gens.

Assumant pleinement son acte, Banksy a publié une vidéo visible sur son site officiel où il dévoile ses nouvelles œuvres dans la ville palestinienne, pour apporter sa sensibilisation sur les conditions de vie des habitants « gazouis ». A première vue, il fait aussi un genre de publicité, à travers cette séquence vidéo, pour une destination touristique qu’est l’enclave palestinienne. Gaza subit des carnages d’une guerre à armes inégales, entre un peuple traqué et massacré pour qu’il abandonne sa patrie.

L’occupant sioniste que l’humanité condamne, mais n’arrive pas à isoler du fait des diverses complicités des forces militaires atlantistes et des apports argentiers qui sèment une prédation à travers nombreuses guerres intentées dans le Monde, est tout désigné pour les affres acharnés qu’il actionne contre les palestiniens au gré de son impunité.

Deux mois sans faire de sortie, alors les critiques et les admirateurs attendaient ses expressions, comme il a habitude de crever un abcès avec ce retour qui fait un tabac. A la fois avec une caméra, il joint encore une fois la réalisation cinématographique et de bombes de peinture à la main, le street-artiste britannique a habillé et filmé les murs en ruines de Gaza.

alt=Description de cette image, également commentée ci-après
«  Banksy lovers  » par Photographed by Richard CocksTravail personnel, Banksy Graffiti (Park Street) Close shot. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons.

Mauer-betlehem.jpg
«  Mauer-betlehem  » par Markus Ortner — photographed by Markus Ortner. Sous licence CC BY-SA 2.5 via Wikimedia Commons.

Répondre à cet article