POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Les drones d’Amazon livreront aussi le Washington Post



La technologie qui attire le commerce de détail.


lundi 2 décembre 2013
par N.E. Tatem


S’il y a une Start-up qui peut se targuer d’avoir réussi sur Internet, Amazon.com peut même le crier sur tous les toits. Créée par Jeff Bezos en juillet 1994, elle a été introduite en bourse au Nasdaq en juin 1997. Sa filiale française a ouvert en 2000.

D’abord une librairie en ligne, à sa création, Amazon vient, en 2013, d’acheter pour 250 millions de dollars le « Washington Post ». Le titre est l’étendard à d’autres publications, se présentant ainsi en un groupe, qui ont également été acquises par le géant du web.

Dans ce cas, la révolution numérique que traverse l’humanité et qui se traduit par un chamboulement de la presse, le prestigieux journal américain aborde une nouvelle ère de son Histoire. On lui promet une adaptation sans dégâts au Web. Et là, la créativité qui assurera sa mutation reste parmi les plus scrutées.

Informer par Internet est comme une phase finale de la communication sociétale, celle qui a vécu des étapes et méthodes : le bouche à oreille, la sonorisation du tam-tam ou la fumée indienne annonçant des faits, le langage morse, l’imprimerie pour le support papier, les ondes radios et le TV... ça continue...

Ce grand quotidien d’informations qui a particularité de paraître 7 jours sur 7, se distingue aussi par ses grandes investigations qui ont été des scoops historiques. Notamment, la révélation des rapports secrets du Pentagone sur la guerre du Viêt Nam ou le scandale du Watergate.

Comme il est aussi, pour définir sa ligne éditoriale de grand public, au premier rang de certaines idées du métier d’informer la société. Il est le précurseur du principe, la protection des sources d’information des journalistes.

Après la presse, la livraison du détaillant Amazon.com par robot ou drone.

Le PDG d’Amazon dit avoir lancé, depuis dimanche 02 décembre, un service expérimental de livraison de ses produits par drone. Un projet ambitieux de cette entreprise de commerce de détail via Internet. Ce moyen technologique de transfert est à ses balbutiements. Il existe déjà, mais n’est encore pas utilisé par les entreprises américaines.

Bezos a déclaré : le service, baptisé Amazon Premium Air, pourrait être prêt pour le client dans «  4 ou 5 ans  ». Avouant aussi, que cela ressemble à « la science-fiction » disant que «  ... c’est tôt et encore loin...  », histoire de se donner le temps pour pourvoir tous les sites d’Amazon.

Avec 51 300 employés, les pays qui ont des sites de livraison d’Amazon, outre le siège américain basé à Seattle, sont le Canada, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Brésil, le Japon et la Chine, soit les grands marchés qui lui sont fidèles.

Les réglementations relatives à l’usage de l’espace aérien qui seront promulguées en 2015 aux Etats-Unis par l’Administration Fédérale de l’Aviation, pour les aéronefs sans pilotes, constituent aussi un vide pour l’expérimentation.

Une [feuille de route pdf] est mise en place, pour intégrer les systèmes sans pilotes dans l’usage de l’espace aérien national. Pour le moment, seules les initiatives publiques et de recherche sont opérationnelles et au cas par cas.

L’annonce du patron d’Amazon a été laissée en surprise pour qu’il soit rejoint sur Twitter. Les spéculations ont cru qu’il allait lancer une chaîne TV, après avoir acquis le titre de presse. Sinon il a acheté la « CBS »…

Le livre de l’auteur de cet article chez Amazon

Suivre les réactions de l’annonce des drones livreurs d’amazon. Sur Twitter - Page POPULI-SCOOP -ici-

Répondre à cet article