POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Mensonge d’Obama, trahison de Karzaï



Retour à la case zéro en Afghanistan


lundi 2 décembre 2013
par Gros Emile


Dernièrement l’opinion générale des Etats-Unis, et d’ailleurs dans le Monde, a suivi le cinquantenaire de l’attentat qui a mis fin à la vie de J-F Kennedy. Son mensonge de 1963 appelant les 16.000 soldats américains en poste au Vietnam au retour, ressemble au bluff d’Obama pour l’Afghanistan en 2013.

La même déception éhontée, est de garder 10 000 à 16 000 hommes de l’OTAN et ses alliés occupant neuf bases, y resteront au moins dix ans en Afghanistan, jusqu’en 2024. Tel est la continuité promise à une invasion dite originellement « guerre-éclair ».

Hamid Karzaï, est maintenant l’arnaqueur des États-Unis. Installé comme marionnette de Washington, après l’invasion américaine en 2001, il replonge le pays dans l’archaïsme en promettant des punitions traditionnelles à l’islam aux femmes adultères et en écartant les hommes. Comme depuis qu’il est au pouvoir point de résultats.

Les vrais clowns perdants dans cette mascarade sont les Américains qui croient que le président Obama, quand il leur dit que la guerre américaine en Afghanistan prendra fin le dernier jour de l’année prochaine en 2014. C’est un mensonge, même l’éviction des troupes aura lieu, le Monde revivra la reprise du sanctuaire d’Al-Qaïda encore plus revigoré.

Lors de son dernier entretien avec Susan Rice, la conseillère à la sécurité nationale de Barack Obama, le président afghan a demandé un engagement pour le processus de paix qu’il a engagé avec les talibans. Il exige des Etats-Unis de mettre fin aux opérations militaires ciblant des maisons de civils et à libérer des Afghans détenus à Guantanamo pour faciliter le démarrage des négociations avec des ennemis moins visibles à tous, pour être crédibles.

Les américains voudraient le voir signé rapidement le « BSA » (Accord Bilatéral de sécurité), qui fixe les modalités du maintien de troupes américaines en Afghanistan après 2014. Le document fixe le cadre du maintien des forces déjà présentes, puisque la situation du pays n’a pas changé d’un iota depuis plus de 10 ans de guerre.

Barack Obama a souhaité que le texte adopté dimanche par la « Loya Jirga », l’assemblée traditionnelle des notables afghans, soit paraphé avant la fin de l’année.

Mais Hamid Karzaï a exprimé l’intention d’attendre pour cela le terme de l’élection présidentielle prévue en avril prochain en Afghanistan. Certainement, c’est une trahison de Karsaï pour ceux qui l’ont placé au pouvoir. Qui élu, il veut d’ores et déjà partager le pouvoir avec les Talibans. Et s’il sera battu, chose improbable, il léguera la situation dans le pire !

Répondre à cet article