POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Tunisie : grève générale à Gafsa



Les mineurs du phosphate dénoncent la politique régionale du gouvernement


mardi 26 novembre 2013
par jaco


Fief des luttes sociales et ouvrières du secteur minier, Gafsa recèle le principal site d’extraction de phosphates de Tunisie. Un appel à la grève générale est lancé par le principal syndicat du pays pour mercredi 27 novembre.

Voir en ligne : Notre GRAND DOSSIER : Tunisie berceau du Printemps Arabe

La particularité de toutes les luttes sociales conscientes est d’associer intérêts des salariés à ceux de leur entreprise et même plus largement à ceux de tous les citoyens ou bien la cité où elles s’expriment. Telle est la particularité de cette action ouvrière qui soulève le travail inaccompli par le gouvernement.

Selon le communiqué de l’UGTT, cette grève vise à dénoncer la « politique continue des gouvernements successifs qui ont fait de Gafsa le dernier de tous les gouvernorats » . Ce qui dénote le caractère large de cette protestation à la fois économique et sociale. Gafsa Tunisie : les mineurs Soulevant le développement local de Gafsa, la représentation du 1er syndicat tunisien appelle à une grève pour l’ensemble de la région et les travailleurs des divers secteurs économiques. Les travailleurs, de ce centre stratégique de production de phosphates du pays, comptent associer à leur mouvement deux autres gouvernorats.

Si l’appel revient à la structure de l’UGTT du bassin minier, il n’est pas écarté que d’autres secteurs seront touchés le même jour par ces débrayages. Notamment auprès des localités de Gabès et Siliana la mobilisation est annoncée.

Les grèves de Gafsa, également désignées sous les noms d’« événements de Gafsa » ou de « révolte du bassin minier de Gafsa » ont une mémoire riche. C’est l’un des plus importants mouvements sociaux qui a marqué aussi bien l’Histoire de la région que celle de la Tunisie.

En 2008, Gafsa et ses mineurs ont secoué toute la région du sud-ouest tunisien, particulièrement la ville de Redeyef mais aussi Moularès, Métlaoui et Mdhila, d’une grève qui a duré près de six mois.

A l’époque et dans le contexte de dictature, la grève a pris forme d’une insurrection. Elle avait été réprimée, à l’époque, dans le sang par le régime de Zine El Abidine Ben Ali.

Depuis 2011, Gafsa est le théâtre de mouvements sociaux sauvages et répétés qui perturbent la production des mines de phosphates, secteur stratégique pour les exportations qui ont un volume d’entrées de devises différent de celui commun de l’agriculture et du tourisme.

La production y a atteint actuellement quelques 30 % de son niveau de 2010. Alors que l’entreprise d’Etat Compagnie de Phosphates de Gafsa (CPG) avait procédé, après la chute de la dictature, au recrutement d’environ un millier d’employés pour tenter de désamorcer la fronde sociale avec la création de postes de travail.

Répondre à cet article