POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Ils ont donné de la voix



pabloemma le poète et les griots ont donné le meilleur


jeudi 9 août 2012
par pabloemma


Ils étaient comme des poissons dans l’eau. Retrouvant leur milieu naturel, les griots ont donné de la voix et montrer la voie.

Articles sur et de Pabloemma

Pabloemma : parcours du poète camerounais

Pabloemma souhaite un joyeux anniversaire à Corneille

Des talents divers et variés étaient nombreux à s’y coller, comme on dit, à Bonendalé, village particulier de la périphérie de Douala. Prenez Ahmed (armel pisseme), jeune artiste performeur, qui de son harmonica et de ses tortillements break dance, joue les chroniqueurs contemporains. Prenez la « slameuse » Thilda, capuche à la tête et « all tar » aux pieds, qui nous la joue hip–hop. Vous avez dit conteurs de rue …non, non, vous ne vous trompez pas, il s’agit bien d’un aperçu de la programmation de la griotique 2011 et pas d’un quelconque festival de musique urbaines. Pour sa 5e édition, le festival des maitres du verbe et de la verve a fait jeune, collé à l’évolution. Ces jeunes uniques dans leur genre, ces griots modernes ont performé sans complexe. « il s’agit de créer des ponts entre les cultures » , pointe Thilda, enthousiaste.

On comprend dès lors que les prestations en langue locales de de Moklasou du Tchad, d’Adiana, la guerrière du mbam, les déclamations émotives d’henri Daniel totto en Douala, deviennent des portes –flambeaux de la griotique. Une performance en langue maternelle recréant l’ambiance traditionnelle africaine. « Il y a une musicalité et une esthétique de la langue. Le griot est quelqu’un de grand, c’est un prophète » , explique Alex David Longang, promoteur de la griotique. « Nos grand parents nous ont raconté des histoires. Dieu nous inspire. C’est un don. Le chant est un cri de liberté, une alerte, un message passé à travers le chant. Mon message porte sur le travail. Il faut travailler, c’est cela qui paie » , ajoute Henri Daniel Totto.

Et du coup, la place du village se transforme en forum dediscussion. Ne manquerait plus qu’un Feu au milieu. Le chant et la langue maternelle ont, en effet, des places primordiales dans la prestations du griot. « le chant fait partie du texte. Quand un prophète parle, il y a un moment ou il chante, ca fait partie du spectacle » , pointe Totto. Moklasou pour sa part : « le griot est un poète et aussi un chanteur, un musicien ambulant. C’est l’annonciateur du chef. Son chant sert à appeler le peuple »

Du 23 au 27 aout à Bonendalé , la 5e édition de la griotique, a tenu ses promesses.une sensibilisation a eu lieu dans le village et un spectacle de clôture organisé à Doual’ art .

« C’est la première fois que le festival se déporte à Douala » , explique Alex David Longang. « Il y a eu rapprochement et discussions dans tous les aspects, car le village regorge de nombreux artistes, sources d’enrichissement mutuel. » Une expérience qui devrait inspirer hors du pays. La prochaine édition pourrait se tenir au Tchad.

Articles sur et de Pabloemma

Pabloemma : parcours du poète camerounais

Pabloemma souhaite un joyeux anniversaire à Corneille

Portfolio