POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Egypte : lettre secrète de Morsi à Shimon Pérès



La transition vers une nouvelle Egypte ou bien le maintien des pratiques de jadis ?


vendredi 3 août 2012
par Rebel Kazimir


Les islamistes des frères musulmans qui dirigent actuellement l’Egypte cherchent par tous les moyens de gagner l’opinion internationale, particulièrement de leurs éternels manipulateurs les USA. Au détriment de l’opinion générale de post-révolution, et de leurs troupes qui s’en passent de la perception mondiale qui leur est accordée comme secte réactionnaire, violente et antinomique de la démocratie.

Les frères musulmans qui sont derrière le président Morsi, s’adonnent à des actions secrètes envers Israël. Ils mènent en sous-table, et dans une complète opacité, des signes de bonne conduite, alors que le peuple est de son côté répulsif de la domination de l’Etat hébreu dans la région. Chose que ces islamistes n’ont pas exprimé envers les chrétiens (Kopts), du moins par leurs militants.

En Egypte lors des troubles éclatés, en janvier 2011, les Frères musulmans étaient complètement absents. Leur projet politique, violeur de la religion, consiste à une rétroactivité de la tradition, d’ailleurs préislamique pour encadrer socialement les populations défavorisées. Les femmes égyptiennes vivent actuellement des angoisses suite à la détérioration de leur présence sociale et politique.

Peu présente dans la chute de Ben Ali, Ennahdha en Tunisie s’est, par la voie du vote, installée à la tête de la Tunisie. Une démocratie bardée de Marzouki, à titre transitoire. En Egypte les islamistes ont tous les moyens et les centres essentiels du pouvoir. Ils sont malmenés, depuis leur arrivée à la tête de l’Etat, par les revendications sociales et les regards étrangers pour l’évolution de leur prise du pouvoir.

En Egypte les frères musulmans se sont, en 2011 lors de la révolte, alliés à l’armée et à l’establishment. Pour vouloir gagner l’image de l’islamisme turc, devenu rayonnant et première expérience d’insertion dans le système républicain moderne et universel. Où le pays de Kamal a eu sa place d’être un modèle laïc, puis accepter que la majorité électorale dirige… Dépassée comme structure, les partis islamistes égyptiens, suiveront les jeunes de Square Tahrir, traînant derrière eux les endoctrinés, par toutes les formes d’islamisme, majoritairement n’étaient pas de leurs cadres propres.

Avec Moubarek et sa Smala, les frères musulmans se sont accordés, pour mettre un terme aux espoirs de la jeunesse éclairée. Ils ont d’abord adhéré à l’idée d’une manipulation étrangère ou un complot, quand les séditions ont éclaté. Fraîchement réveillé de la sinistrose obscurantiste distillée avec haine, par les islamistes pendant des décennies, les révolutionnaires "les jeunes égyptiens", fortement mobilisés par les intellectuels dits de la classe moyenne, voulant détrôner le sbire et sa suite, ils ont dépassé de loin le terrorisme islamo-fasciste dans le soulèvement...

Ce n’est qu’une fois la révolte des égyptiens a poussé l’armée égyptienne, comme les militaires algériens, à destituer le raïs qu’ils commençaient à exister dans la contestation du régime. L’armée égyptienne avait déjà et aussi gagné les faveurs des démocrates laïcs, pour les protéger de la secte actuellement à la tête de l’Egypte.

Dernièrement une missive aurait été envoyée par l’actuel président égyptien Mohamed Morsi à son homologue israélien, sans la reconnaitre et encore moins pouvoir garder ce courrier secret. Novosti, l’agence russe qui a rapporté l’information, indique qu’elle a été transmise via l’ambassade égyptienne à Tel-Aviv. Le gouvernement israélien a expliqué à RIA Novosti que, compte tenu de l’opinion publique, la réaction de nier cette lettre, par les autorités égyptiennes, était compréhensible.

Vainqueur de la première présidentielle égyptienne après la chute de Hosni Moubarak, l’islamiste Mohamed Morsi a promis à plusieurs reprises d’honorer l’ensemble des engagements internationaux de l’Egypte, notamment le traité de paix avec Israël signé en 1979.

Mais la pression des égyptiens en général qui a trait à la vie sociale est incessante. Voire elle est plus grande de la part des islamistes, pour le changement notamment vis-à-vis des palestiniens.