POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Mali : Les islamo-terroristes créent un nouvel Afghanistan.



Les Azawad chassés, avec leur projet de partition, sous les regards des africains, des voisins et du Monde.


jeudi 12 juillet 2012
par Hugo Mastréo


Laisser faire des hordes d’islamo-terroristes au nord du Mali, ce qui se passe en cette année 2012, est l’exemple type des complicités, des mutismes, des mépris et des faiblesses que vit le continent africain. La sécurité internationale n’a fait unanimité, pour intervenir dans de tels cas, qu’après les attentats des Twin Towers en septembre 2001. L’Afghanistan a été identifié comme l’est actuellement la situation dans la région nord de ce pays africain.

Ce n’est pas la première fois que l’union, des 53 Etats africains, dont la mission est d’aider au renforcement de la paix régionale et le développement, se trouve incapable dans la gestion de telles situations. Mercredi 11 juillet les rebelles touareg, les AZAWED, ont été chassés de leur dernier bastion d’Ansogo, localité proche de Gao. Venant confirmer la puissance de frappe de leurs adversaires composés d’un ramassis d’étrangers surarmés.

Auparavant de Gao, ils ont été délogés le 27 juin, suite à des combats où l’armement du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), de l’AQMI et d’Ansar Eddine leur avait déjà infligé une cuisante défaite dans trois grandes villes du Nord, dont Gao. Depuis des semaines, seuls les Azawad se sont confrontés, dans la solitude et l’ignorance mondiale du fait de leur projet de partition du Mali, aux islamo-terroristes bien équipés.

Créée en 1999, l’Union Africaine après la dissolution de l’Organisation de l’Unité Africaine, n’a pas gagné plus de crédit que l’institution mère. Elle a été bien impuissante pour résoudre la crise post-électorale ivoirienne. Son soutien a été très tardif, presqu’inexistant, aux soulèvements populaires du Printemps arabe. Et elle été inapte à se déterminer pour le départ de Kadhafi tellement le dictateur détenait une influence au sein de la nouvelle organisation. Sur la question palestinienne, c’est la division !

Et enfin, envers la crise Malienne qui commence par l’absence d’autorité légitime à Bamako, l’organisation africaine n’a aucune initiative en vue. Elle a échoué à mobiliser le Conseil de Sécurité des Nations Unies pour soutenir une intervention militaire, avec des troupes des pays de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)…

L’Algérie vient d’obtenir la libération de 3 des employés kidnappés le 5 avril au consulat de Gao. Une semaine auparavant, les tractations des autorités algériennes avec les terroristes ont été dites arrêtées et en échec. Dans la crise du voisin malien, l’Algérie a ses ressortissants à la tête de l’AQMI, la phalange locale qui tient office de succursale du label Al Qaeda. Alors que la justice algérienne peine à rapatrier les commanditaires du terrorisme des années (90) sombres.

Il faut qu’un fait, du type du 11 septembre 2001, vienne réveiller la diplomatie internationale, pour aider le peuple malien dans cette crise où souffrent les populations. Le ministre des affaires étrangères français a donné un point de vue sur les visées de l’AQMI, concernant la France. Selon Laurent Fabius, la France est "l’ennemi principal"… L’Algérie bat déjà le record mondial de 250 000 victimes, oui un quart de million…