POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Cinquantenaire algérien invité au bac français



Jeu de devinettes entre bacheliers et le processus d’examen via les forums Internet


mercredi 27 juin 2012
par Hugo Mastréo


C’est comme rater un buffle dans un couloir, même l’aveugle pouvait faire mouche. Le sujet d’histoire-géographie de la filière S, de 2012, a trait à la guerre d’Algérie. Cette ancienne colonie a toujours de la séduction, voire elle hante les nostalgiques... Le parquet de Paris ouvre une enquête pour fuite. Mais qui ne devinerait pas une telle référence pour le sujet d’Histoire, présente dans un débat de société éternellement actif ?

L’année passée un même scandale, de fuites au bac peut-être plus invraisemblables que celle de 2012, a eu lieu. Savez- vous qu’en est-il advenu des sanctions, poursuites... Rien, les oubliettes !

Soit les concepteurs des sujets ont voulu coller à l’actualité, soit c’est une connexion qu’aiment bien croquer les candidats, car présente. Internet s’y mêle aussi ! Alors la veille de l’épreuve, un message a été posté sur un forum, jeuxvideo.com. Conseillant de réviser en particulier la guerre d’Algérie… mais qui ne verrait pas ce sujet quelques parts et partout ? Atteignant aussi nombreux esprits, des examinateurs et correcteurs compris. Une tendance visible qui facilité le jeu de devinette...

Quand on se met à la place du futur bachelier, parmi les disciples de Charlemagne du 21è siècle, il faut vraiment être crédule, sinon complètement imbécile, pour manquer un éléphant sous un fuseau médiatique et une rampe de lumières d’une scène de cirque.

La semaine dernière, le ministère de l’Education nationale a ouvert "une enquête" sur une autre possible fuite. Et cette autre fois, elle concerne un sujet de sciences du bac L et ES. C’est aussi un message du même forum tombé à la veille de l’épreuve, qui a donné les bons sujets.

Il n’existerait certainement pas un examen dans le monde de ce niveau de la scolarité, permettant d’accéder aux études supérieures, qui ne soient pas soupçonné de fuite. Le parquet campe sur l’idée d’au moins quatre tricheurs éventuels. Cette fois, la présomption est suffisamment forte pour que le parquet décide de l’ouverture d’une enquête préliminaire - confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la PJ parisienne.

« Vous me remercierez demain », écrit un certain BAChistoire2012, l’auteur du message. Ce lycéen n’a pas été vraiment cherché loin, pourtant il est traqué. L’appel aux lycéens pour réviser en particulier la guerre d’Algérie, c’est comme reprendre la réalité.

Et sans étonnement, le lendemain de l’examen, le même internaute se monte en orgueil : « J’ai en réalité eu une intuition par rapport au printemps arabe et aux 50 ans de la guerre d’Algérie. Je ne suis l’auteur d’aucune fuite, je n’ai rien à me reprocher. », selon la radio France-Info.

Les passions mémorielles entre la France et l’Algérie reviennent souvent. Un débat existe, mais occulté. Que l’examen du Bac français, détonne cette fois. Il y a des sujets qui hantent tant en France qu’en Algérie. Les algériens vivent la fierté de leur libération. Et côté français, ça ne cesse guère de fuiter. La mémoire coloniale est une page tournée que la mémoire réelle interpelle...