POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


El-Khelifi, marocain recruté par Al-Qaïda aux USA



Et infiltré par le FBI, arrêté alors que ses armes ont été préalablement désactivées.


samedi 23 juin 2012
par Damien Djamel Bouch’Raf


Emigrant clandestin aux Etats-Unis, Amine El Khalifi âgé de 29ans, a été arrêté le 17 Février 2012 suite à une opération d’infiltration du FBI. Il a été appréhendé dans un parking près du Capitole (le Congrès) avec une arme automatique et vêtu d’une veste qu’il croyait pleine d’explosifs que lui aurai fourni Al-Qaïda. Elle a été déjà désactivée auparavant, par, le FBI, précaution...

Arrivé aux USA en 2010, El Khalifi avait rencontré un groupe d’Al Qaïda en Virginie en Janvier 2011 où un individu lui a fourni ce qui semblait être un fusil AK-47, deux revolvers et des munitions. Depuis il a été suivi jusqu’en décembre de la même année, où il a été contacté, dans le cadre de l’infiltration du FBI, par un agent travaillant dans le cadre de la loi permettant au FBI de mettre à l’épreuve les éventuels terroristes. Cette législation a été établie dans le programme de sécurité américain.

L’agent en question a témoigné, par déposition légale et sous serment, au procès d’El Khalifi, qui a eu lieu le vendredi 22 juin. Il a étayé la version qui a servi dans le jugement. Le terroriste devait au début de ses intentions, attaquer les bureaux de l’armée américaine, tuer un général d’armée, s’en prendre à une synagogue juive et à un restaurant de Washington. Puis il a modifié son opération, en attentat-suicide dans le Capitole, siège du Congrès.

Selon les documents judiciaires, il avait l’intention de tirer sur les passants sans distinction, avant de faire exploser une bombe à l’intérieur du bâtiment, qui abrite le Congrès. Son arme à feu et les explosifs, cependant, avait été rendus inopérants, au préalable, par des agents du FBI.

Il a changé sa cible, du siège de l’armée au Capitole, disant qu’il allait commettre un attentat-suicide à l’intérieur même du bâtiment. Il a choisi un moment précis de l’attaque, planifié comment entrer dans le bâtiment et vérifié comment il projetait de tirer sur l’officier de police en poste à l’entrée.

Il vivait en Alexandrie, en Virginie au moment de son arrestation. Lors du procès, il a plaidé coupable à l’accusation d’attentat criminel. Et a reconnu d’avoir tenté d’utiliser une arme de destruction massive contre les biens et les personnes des États-Unis. Il encourt une peine de 30 ans et sera définitivement jugé en septembre prochain.