POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Législatives algériennes : une démarche statique.



Peu de changements, pourtant si : un plus de votants !


vendredi 11 mai 2012
par Azouz Benhocine


Un goût de surprise planait sur les législatives algériennes de 2012. Le désenchantement est encore plus grand, rien sauf un chouia d’électeurs de plus. Car le paysage politique que le népotisme décore, et où les despotes tiennent leurs rôles, continue et semble avoir une vie longue. Il reste aussi que les citoyens sont encore absents du vote, plus que la moitié des inscrits étaient absents... Mais légère modification, presque 10% de plus de votants. Ils étaient 35% d’électeurs à avoir mis leurs bulletins en 2007. Et 43,70% en 2012.

Notre dossier : législatives algériennes :

ALGERIE : législatives ou poudrière ?

Algérie 2012, résistance et législatives…

ALGERIE : BOYCOTT SUIVANT UN AUTRE… Une démocratie furtive qui obsède les algériens.

Législatives algériennes : le marché des candidatures…


De l’intéressement démontrant qu’un changement par les urnes est possible dans ce pays. Pourvu que s’organisent les algériens absentéistes se mobilisent derrière et au sein de nouvelles organisations politiques ayant la citoyenneté, l’égalité et le progrès comme projets !

L’annonce des résultats des législatives du 10 mai 2012, faite vendredi à 16 heures du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, terminent les spéculations. Si le jeu démocratique n’a pas eu lieu, l’opération administrative consistant à recueillir les suffrages des électeurs dans des urnes et de les compter, ne manque pas de grandes souillures.

Voici la répartition des sièges, qui cette fois donne la même configuration de 1962. Le FLN garde la main haute sur le pouvoir. La grande bouffe des criminels économiques continue, la seconde formation (le RND) dont la composition bureaucratique n’a jamais pu se distinguer de l’ex parti unique, est comme un complément de sécurité. Pour préserver la vieille garde sur les affaires du pays.

FLN : 230 sièges.

RND : 68 sièges.

Alliance : 48 sièges.

FFS : 21 sièges.

PT : 20 sièges

145 femmes sur 468

.

L’Algérie est lassée de la cruauté. Après la guerre d’indépendance, les années de répression qui faisait baver poètes et journalistes. Puis le l’islamo-terrorisme et presuqe de million de victimes.

Le peuple est tenu de mieux s’organiser pour contrôler la démocratie qu’il veut. Une démocratie dont il doit être maître de ses paramètres essentiels. Et le vote, comme acte civique et républicain, doit faire obéir ces rouages de l’administration à sa volonté.

La fraude, pour ce genre d’élections où LES GARDES partisanes tiennent à l’oeil tout acte illégal, est des moins plausibles... Le RCD, optant pour le boycott en 2012, siégeait après les législatives de 2007. Il est remplacé par le FFS et avec le même nombre de députés.

Les tenants du Boycott, simplement absentéistes au regard d’une administration qui a ses POURRIS (Rachwa, beni-Amisme... etc), mais n’est pas à plaindre comme INSTITUTION. Voici notre sujet à PROPOS du Boycott :

En fait c’était bien, il y a 5 ans, 35% de votants en 2007, selon l’administration. Il y a eu

10h du matin y avait 4 pour cent

à 12h 18 pour cent

et à 18h 44 pour cent

Ce n’est pas encore LA VAGUE verte qui recrutait pendant la campagne les SALAFISTES pour, en cas de victoire des islamistes, mettre en ordre, kabyles, laïcs, athées, femmes sans hidjab, francophones et ceux qui déjà étaient... à 200 000 victimes.

Heureusement, encore 5 ans de répit. Mais encore et toujours un retour à l’ancien régime de l’exclusion, des rentiers prédateurs, de la Rachwa, du Ben-Amisme, des idéologies décadentes... Tourner-en-rond et faire du sur-place !

ALGERIE : législatives ou poudrière ?

Algérie 2012, résistance et législatives…

ALGERIE : BOYCOTT SUIVANT UN AUTRE… Une démocratie furtive qui obsède les algériens.

Législatives algériennes : le marché des candidatures…