POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Mourad Dhina : justice et mémoire des victimes… (2ème partie)



… Lèvent leur sursis pour des commanditaires de crimes que les droits de l’homme présentent en saints.


samedi 25 février 2012
par Azouz Benhocine


Outre que l’appréhendé a été dénoncé par de rares terroristes tombés dans les filets des enquêteurs algériens, la justice française tente le recoupement entre le massacre des moines et la présence de Mourad Dhina en Algérie à la même époque. Les ignorants ayant été la chaire à canons et les hommes de main dans les tueries des années 90 en Algérie, ont dénoncé un autre universitaire ayant des bagages en droit qui n’a pas été identifié. Certainement pour son évaporation en un exil…

POUR SIGNER LA PETITION des journalistes algériens ENVOYER un émail à : dhinacriminel@yahoo.fr

POUR LIRE LA PREMIERE PARTIE : Pour lire la 1ère Partie : MOURAD DHINA, chef-terroriste enfin arrêté !


Ces dénonciations portent sur la confection de la liste des intellectuels et des journalistes assassinés pendant la période sombre. Telle est l’indication dont dispose la justice algérienne à partir de quelques aveux. Ces derniers portent aussi sur les noms des exécutants, les jeunes ignorants, dont beaucoup ont été abattus ou arrêtés…

Pendant les années 90, cette liste a été dupliquée et affichée dans plusieurs mosquées de l’algérois, tel un appel au meurtre. Sur cette liste figurent les noms plusieurs dizaines de d’artistes, de scientifiques et d’intellectuels. Entre autres personnalités, Khalida Toumi, l’actuelle ministre de la culture qui militait dans une association féministe avant d’être absorbée par le système.

Mais bien des points obscurs, concernant la tuerie des religieux, restent à élucider quant à la participation de Mourad Dhina. L’investigation relancée avec la désignation du nouveau magistrat qui rouvre ce dossier, est orientée pour diligenter une autopsie des têtes moines. Outre l’auscultation de ces seules parties des corps des victimes qui ont été retrouvées après le forfait, le juge d’instruction a exigé des autorités algériennes d’entendre les témoins, c’est-à-dire les protagonistes éventuels. Deux livres et un film qui a été distingué par un césar, ont été réalisés autour de ce crime.

L’autopsie devait déterminer si effectivement la bavure attribuée à l’assaut de l’armée algérienne, lors de son bombardement du campement où étaient détenus les 7 moines, est plausible. Un ou des fragments des engins explosifs devaient rester ou du moins laisser des traces d’impacts sur, au moins une tête parmi les sept.

Révisionnistes ou négationnistes au mépris des écorchés par l’islamo-terrorisme.

Lors de son transit par l’aéroport d’Orly Mourad Dhina, résident en Suisse, a été appréhendé à la surprise de l’opinion générale et même du concerné qui a cru avoir été oublié. Ses acolytes et défenseurs s’en pressent de croire à son extradition vers son pays d’origine, or il commencera par une procédure déjà ouverte en France et de laquelle peu de choses sont dites. La justice française refuse déjà de lui accorder la liberté provisoire et fixe la prochaine audience au 21 mars.

QUAND MOURAD DHINA INVECTIVE LES INTELLECTUELS ET CITE RACHID BOUDJEDRA, TEL EST LE PROJET DE CE MAÎTRE DU CRIME TERRORISTE EN ALGERIE, IL TERMINE AVEC SALEM AÂLAÏKOUM !

POUR SIGNER LA PETITION des journalistes algériens ENVOYER un émail à : dhinacriminel@yahoo.fr

Après plus d’un mois de son arrestation, la confirmation de l’existence d’une demande d’extradition vers l’Algérie est cependant annoncée. Puisque seule adressée à la Suisse a été auparavant rendue publique. Alors que nombreux subterfuges pour le libérer, dont son adhésion à l’ex FIS en 1992, date à laquelle le parti n’existait plus car dissout par voix de justice dès 1991 (février).

Après des années de recul dans un havre suisse, d’ailleurs peu discret avec la tenue d’une chaîne TV nommée Rashad sur le Web, le ressortissant algérien croise la justice. Soupçonné d’être Impliqué dans de nombreuses affaires de terrorisme, selon des avis de cadres de la sécurité algérienne, Mourad a le profil type du terroriste de haut-vol celui qu’Al Qaeda a mis au grand jour. Outre d’être universitaire, comme la vingtaine de fanatiques qui ont été identifiés dans le coup des Twin Towers de 2001, il milite comme Tarek Ramadan dans les cercles suisses qui mettent au devant une image de sages et de précurseurs du dialogue. Et même de défenseurs des droits de l’homme. Le nombre de criminels ayant des doctorats ne se compte pas, a commenté un blogueur algérien !

Les acolytes du mouvement islamo-terroriste algérien, qui fait actuellement le groupuscule AQMI, mettent au devant les services de sécurité algériens et jouent sur le tableau des droits de l’homme. Une pléiade d’opportunistes de la classe politique, des activistes non structurés ainsi que d’autres acteurs d’une tendance revancharde sur la démission forcée de Chadli Bendjedid qui a entraîné l’arrêt du processus électoral en 1990, se sont ligués pour défendre Mourad Dhina. La mémoire de 200 000 citoyens dont 6000 intellectuels de hauts rangs parmi eux plus de 200 journalistes, se fait bafouée.

EDIFIANT

La relaxation en France de Mourad Dhina est loin d’être acquise. Les autorités algériennes tiennent à fournir, aux instructeurs français qui le poursuivent, des témoignages de jeunes terroristes qui ont été arrêtés et l’ont cité…

POUR SIGNER LA PETITION des journalistes algériens ENVOYER un émail à : dhinacriminel@yahoo.fr

POUR LIRE LA PREMIERE PARTIE : Pour lire la 1ère Partie : MOURAD DHINA, chef-terroriste enfin arrêté !