POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


APARTHEID ISRAELIEN : colloque censuré à Paris8



En France, la philosophie contemporaine neutralisée pour ne pas étudier les faits de son époque.


mercredi 22 février 2012
par Hugo Mastréo


« Des nouvelles approches sociologiques, historiques et juridiques à l’appel au boycott international – Israël : un État d’apartheid ? » Tel est l’intitulé du colloque que devait abriter l’université Paris8 le 27 et 28 février. Mais censuré, après une autorisation acquise d’une direction qui se plie à la continuité d’une guerre injuste et à la connivence avec un Etat fondamentalement raciste envers des catégories de ses propres administrés alors que l’épouvante accable ses colonisés.

Les 100 premiers signataires en fin de cet article.

Communiqué du Collectif Palestine Paris 8, le 22 février Où vous trouverez des liens menant aux principales indications du sujet.


Voir en ligne : NOTRE DOSSIER sur le colonialisme illégal israélien. Plus de 180 articles.

Pour signer la lettre ouverte au Président de Paris 8 (envoyer un mail à censurecolloqueparis8@gmail.com).

Nous invitons en outre toutes les personnes désireuses d’assister au colloque à s’inscrire en envoyant un mail à iawparis8@gmail.com.

L’indignation ne cesse de grandir dans les milieux universitaires français… Dans une période de campagnes d’élection présidentielle, est-ce un sujet du fameux patriotisme auquel les surenchères sont brandies en modèles de démocratie et de liberté ? Les criminels de guerre de Tsahal déjouent bien, pour l’heure, les poursuites qui les visent dans les opinions conséquentes...

Des démarches par pétitions sont actives pour lever l’interdiction que le CRIF a mise en branle, sous le prétexte « vives réactions laissant présager un risque sérieux de troubles à l’ordre public et de contre-manifestations » et qu’a prise à son compte la direction de l’université Paris8. Ce qui questionne les citoyens français à propos du rôle et de la place de leur pays sur la scène diplomatique internationale, et de l’influence exogène de ses écoles pour faire rayonner une philosophie contemporaine en phase avec la tendance universelle.

Quel est l’intérêt de la tenue de ce colloque de paris8 ? Son sujet relève du contexte international et des Thèmes universels qui font souvent cas d’étude du département de philosophie de l’université Paris8. Du point de vue de la justice internationale, des résolutions onusiennes et des relations diplomatiques, le colloque est dans l’intérêt des sciences et la France en est une rampe de mise à niveau.

D’une part, le concept d’apartheid, qui ramène à l’Afrique du Sud, a été utilisé plusieurs fois, ces dernières années, pour le cas d’Israël. Il se décline comme un projet humanitaire dont l’objectif de paix au Proche-Orient est l’essence-même. Jimmy Carter ex président des USA et prix Nobel de paix en a même donné le titre à l’un de ses livres.

D’autre part, Israël étant boycotté par plusieurs pays du monde notamment sud-américains, africains, asiatiques et arabes. Sarkozy a traité Netanyahou de menteur et refuse de l’accueillir, pour citer le cadre officiel de la république. Comme aussi le mouvement de boycott d’Israël est présent en hexagone avec une participation active de citoyens français de divers horizons.

Le traitement historique qui a fait participer l’humanité entière afin de démanteler le régime ségrégationniste d’Afrique du Sud, se reproduit dans le boycott de l’Etat hébreu. Toutes les données mènent à ce que, pour imposer la paix dans le grand et le vieux conflit du Proche-Orient, la mobilisation internationale se radicalise.

Le destin israélien, qui n’a rien à voir avec l’ensemble des juifs dans le monde, est l’isolement d’un Etat fondamentalement raciste, à propos d’apartheid, par le bannissement. Quant à la paix définitive, la colonisation est injuste ainsi que frappée de dénonciation par nombreuses résolutions onusiennes qui déterminent que les territoires d’avant 1967 sont la référence légale.

Qu’on dise que les femmes vivantes en Israël sont discriminées par les religieux intégristes avec leur relégation à l’arrière de certains transports publics, on s’imagine donc le sort réservés aux colonisés. Des photos parlantes sont prises pour illustrer les apartheids dont sont victimes les palestiniens.

Source d’une insécurité et de guerres dans le monde avec un sous-bassement de la multiplication des grands arsenaux, Israël jouit d’une impunité qui se rétrécit au niveau internationale. Et que la France ne reconsidèrera peut-être jamais, sans aussi des études qui élucident les enjeux du climat d’insécurité mondial. Et sans une vision des perspectives d’un monde arabe changeant où les peuples soutiennent désormais ouvertement les palestiniens, contrairement aux despotes déchus.

La puissance des officines de surveillance, au service d’Israël, qui noyautent en France les institutions et les pouvoirs, dont les médias, sont assez influentes pour même censurer les plus officiels de personnalités, journalistes, établissements éducatifs dont ceux universitaires.

Cet interdit, se rajoute à une insolvable caricature des relations internationales éprises de paix. Que d’attaques contre l’Iran ou bien le prolongement du conflit proche-oriental, alimentent les désaccords et mécontentements de jeunesses qui voient de perfides les oppositions à la paix... Ce qui écarte la stabilité de leur destin dans le monde mouvant.

Communiqué du Collectif Palestine Paris 8, le 22 février Où vous trouverez des liens menant aux principales indications du sujet.

Liste des 100 premiers signataires.

• Gilbert Achcar (Professeur, École des études orientales et africaines, Université de Londres),

• Catherine Achin (Professeure, Science politique, Université Paris-Est Créteil),

• Mateo Alaluf (Sociologue, Université Libre de Bruxelles),

• Nicolas Angelet (Juriste, Université Libre de Bruxelles),

• Elena Aoun (Politologue, Université Libre de Bruxelles),

• Loïc Artiaga (MCF, Histoire, Université de Limoges),

• Houda Ayoub (ENS),

• Bertrand Badie (Professeur, Science Po Paris),

• Étienne Balibar (Professeur émérite, Université Paris-Ouest-Nanterre),

• Sophie Basch (Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne),

• Sarah Benabou (Anthropologue),

• Alain Bertho (Anthropologue, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Rudolf Bkouche (Professeur émérite, Université Lille I),

• Luc Boltanski (Sociologue),

• Pascal Boniface (Directeur de l’IRIS, IEE Paris VIII),

• Jean-Raphaël Bourge (ATER, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint- Denis),

• Nadir Bouzama (Professeur des Universités, UPMF Grenoble, chercheur PACTE CNRS),

• Alain Brossat (Professeur émérite, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Sebastian Budgen (Éditeur),

• François Burgat (Politologue),

• Judith Butler (Philosophe),

• Philippe Büttgen (Professeur, Philosophie, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne),

• Sylvain Cantaloube(CNRS),

• Vanessa Caru (Historienne),

• Anissa Castel-Bouchouchi (Professeure de philosophie en classe préparatoire),

• Cristina Cerami (Chargée de recherche (CR1) au CNRS),

• Jean-Paul Chagnollaud (Professeur des Universités),

• Grégoire Chamayou (Philosophe, CNRS-ENS Lyon),

• Marion Charpenel (ATER, Science politique, Université ParisVIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Suzanne Citron (Historienne),

• Pierre Clément (MCU honoraire, Didactique de la biologie, Université Lyon I),

• James Cohen (Professeur, Institut du monde anglophone, Université Paris III),

• Philippe Corcuff (MCF, Science politique, IEP de Lyon),

• Olivier Corten (Juriste, Université Libre deBruxelles),

• Pascal Crozet (Chargé de recherche au CNRS, Université Paris-Diderot),

• Eric David (Juriste, Université Libre de Bruxelles),

• Sonia Dayan-Herzbrun (Professeure émérite, Université Paris-Diderot),

• Laurence De Cock, (Professeure d’Histoire-Géographie dans le secondaire, Université Paris-Diderot),

• Nelcya Delanoë (Professeure émérite, Université Paris-Ouest Nanterre),

• Christine Delphy (Directrice de recherche émérite au CNRS),

• François Dubuisson (Juriste, Université Libre de Bruxelles),

• Cédric Durand (MCF, Économie, Université Paris XIII),

• Ivar Ekeland (Président honoraire du conseil scientifique de l’ENS et de l’Université Paris-Dauphine),

• Gérard Faÿ (Géographe, Université Paris-Diderot),

• Jacques Fontaine (MCF honoraire, Université de Franche-Comté),

• Franck Gaudichaud (MCF, Université Stendhal-Grenoble III),

• Jean-Luc Gautero(MCF, Philosophie des sciences, Université de Nice-Sophia Antipolis),

• Ferial Ghazoul (Université Américaine du Caire),

• Yves Gonzalez-Quijano (MCF, Université Lyon II, GREMMO, Chercheur en delegation à l’IFPO Beyrouth),

• Simon Grivet (Historien),

• Hugo Harari-Kermadec, (MCF, ENS-Cachan),

• Samuel Hayat (Chargé de cours, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Philippe Icard (MCF, Droit public, Université de Bourgogne),

• Richard Jacquemond (Enseignant-chercheur, Université d’Aix-Marseille),

• Samuel Johsua (Professeur émérite, Université d’Aix-Marseille),

• Nicolas Jounin (MCF, Sociologie, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Jean-Michel Kantor (Mathématicien, IMJ, Université Paris-Diderot),

• Razmig Keucheyan(MCF, Sociologie, Université Paris Sorbonne),

• Azadeh Kian (Professeure de sociologie, Directrice du CEDREF, Université Paris-Diderot),

• Anne Lagerwal (Juriste, Université Libre de Bruxelles),

• Christian Lavault (Professeur émérite, Université Paris XIII),

• Michel Le Bellac (Professeur émérite, Université de Nice-Sophia Antipolis),

• Hervé Le Crosnier (MCF, Université de Caen et Institut des Sciences de la Communication du CNRS),

• Frédéric Lebaron(Professeur, Sociologie, Université de Picardie),

• Olivier Lecour Grandmaison (Historien),

• Jean-François Legrain (CNRS-GREMMO),

• Catherine Lévy (Sociologue CNRS à la retraite),

• Jean-Marc Lévy-Leblond (Professeur émérite, Université de Nice-Sophia Antipolis),

• Daniel Lindenberg (Professeur émérite, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Michael Löwy (Sociologue),

• Henri Maler (MCF, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Amina-Aïcha Malek (Archéologie, CNRS-ENS),

• Dominique Manotti (MCF en retraite),

• Gilbert Meynier(Professeur émérite, Université Nancy II),

• Régis Morelon (Directeur de recherche émérite au CNRS, Histoire des sciences),

• Hugo Moreno (MCF en retraite, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Pierre Nicodeme (Informatique, CNRS, Université Paris-Nord),

• Joseph Oesterlé (Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie),

• Philippe Olivera (Enseignant en lycée, éditeur),

• Elsa Oréal(Linguistique, CNRS),

• Anne-Marie Perrin-Naffakh (Professeure des Universités (en retraite), Bordeaux III),

• Louis Pinto (Sociologue, CNRS),

• Emmanuelle Picard (Historienne, ENS Lyon),

• Frédéric Pierru (Politiste, chercheur),

• Raphaël Porteilla (MCF, Science politique, Université de Bourgogne),

• Jacques Rancière (Professeur émérite, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Marwan Rashed (Histoire de la philosophie, ENS),

• Roshdi Rashed (Directeur de recherche émérite au CNRS, Professeur honoraire à l’Université de Tokyo, histoire et philosophie des sciences),

• Luciana Romeri (MCF, Langue et littérature grecque, Université de Caen),

• Olivier Roy (Directeur de recherche au CNRS),

• Julien Salingue (ATER, Science politique, Université d’Auvergne),

• Grégory Salle (Sociologue, CNRS),

• Catherine Samary(MCF, Économie, Université Paris-Dauphine, associée à l’IEE Paris VIII),

• Fatou Saw (Chargée de recherche au CNRS),

• Pierre Schapira (Professeur émérite, Mathématiques, Université Pierre et Marie Curie),

• Jihane Sfeir (Politologue, Université Libre de Bruxelles),

• Pierre Signoles (Professeur émérite, Université de Tours),

• Rabah Tahraoui (Professeur, Université de Rouen),

• Sylvie Tissot (Professeure, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis),

• Claudio William Veloso (Chercheur indépendant, membre associé du LIS-UPEC),

• Dominique Vidal (Historien),

• Dror Warschawski (Chargé de Recherche, CNRS),

• Clemens Zobel(MCF, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis).