POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Le développement personnel ou la quête du "mieux être".



Rencontre avec Julien Chesneau, coach émotionnel.


mardi 14 février 2012
par Emilie Perrin


Plus qu’un phénomène de mode, le développement personnel est devenu en une décennie un véritable mouvement de société. Les entreprises et les salariés sont demandeurs de formation développement personnel, les consultants et coaches qui proposent ces formations se multiplient. Et le phénomène ne s’arrête pas au seuil de l’entreprise : la demande en développement personnel touche aussi les particuliers. Les sujets des revues de psychologie et les sites Internet ne cessent de fleurir sur l’émergence de ce nouveau modèle de société qui rencontre de plus en plus d’adeptes en quête d’un « mieux-être » et qui est porté par les « Créatifs Culturels » : des acteurs anonymes qui créent au quotidien une nouvelle culture qui prend ses distances avec la société de consommation, aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle. Une démarche qui fait le plus souvent appel au développement personnel, et qui n’est pas si nouvelle qu’il y paraît. En effet, bien avant de parler de développement personnel, de nombreuses personnes à travers le monde ont cherché à trouver le sens de leur vie, et ceci le plus souvent en s’éloignant de « l’autoroute » tracée par la société.

Il y a quatre mois, suite à un article dans un magazine féminin, je décidais de rencontrer Julien Chesneau, coach artistique parisien, qui anime chaque lundi dans son studio du IXème arrondissement un atelier de développement personnel ouvert à tous et dont j’entendais le plus grand bien en des termes à rendre curieuse une belette aveugle : « le coach des stars », « l’accélérateur de carrière » ou encore celui qui « débloque le cœur comme le kiné vous décoince le dos ». Je n’avais que peu d’informations sur lui, mais il m’intriguait par le portrait atypique qu’on m’avait plusieurs fois fait de lui. D’ailleurs Patrick Dupond rencontré à un vernissage ne disait-il pas de lui : "Une séance chez Julien Chesneau, c’est déstabilisant et très personnel. Il s’ouvre à l’autre d’une manière qui est très particulière". Car oui, Julien Chesneau capte deux choses essentielles : "l’aura" et la "personnalité intérieure".

C’est une secrétaire qui m’accueille, "Il est en séance" me dit-elle, je patiente dans un couloir faisant office de salle d’attente. Un piano raisonne et j’entends une femme, des sanglots dans la voix, effectuer des vocalises. Discrétion oblige, je ne verrai pas la femme en question qui sera raccompagnée quelques minutes plus tard par une porte de sortie indépendante de celle de l’entrée. Julien Chesneau apparait, s’avance vers moi, me salue très sympathiquement et m’entraîne dans son bureau. L’endroit est troublant. On ne sait pas bien si on se trouve dans un cabinet de psychiatre où dans un studio de répétition puisque le divan y côtoie le piano, des partitions et des accessoires de théâtre. Le style à la fois sobre et bohème n’est pas sans rappeler le kitsch des années 1950 et donne à l’endroit des accents nostalgiques et poétiques. Il me fait remarquer en entrant que je sens le tabac et me demande si je peux lui offrir une cigarette. Après m’avoir parlé de lui quelques minutes, il me confie tout en fumant qu’il n’aime pas beaucoup les interviewes mais que lui ayant offert une cigarette il se retrouve corrompu et qu’il n’a plus d’autre choix que de répondre à mes questions sans rechigner. C’est dans cette atmosphère détendue que commence l’interview.

Quel est votre parcours ? Mon parcours est assez simple. Il est celui d’un jeune passionné par le spectacle et le langage qui a le goût des beaux textes, de la chanson et de la philosophie et qui trouve un sens dans la nécessité de dire par l’art. Je quitte la province à mes dix-huit ans pour venir à Paris suivre des cours de comédie dans l’espoir de devenir comédien et metteur en scène. Très influencé par la comédie musicale j’ai toujours rêvé de participer à des spectacles musicaux. Alors en parallèle de mes cours de théâtre, j’ai pris des cours de chant intensifs, suivi des stages de comédies musicales, de clown, de danse... Mon goût pour la philosophie ne m’a pas quitté puisque j’ai également obtenu une licence en philosophie. La vie n’était pas très facile. J’ai dû beaucoup travailler pour financer ma formation d’artiste en multipliant les petits boulots. Malgré les coups durs et les galères je n’ai jamais lâché. En recherche de projets, je me suis d’abord essayé à la production mais ce fut un échec de premier ordre car je n’avais pas du tout le sens des affaires et surtout pas la personnalité adéquate avec ce milieu. J’ai perdu beaucoup d’argent et eu beaucoup d’ennuis ! Le dirigeant d’une société de production musicale rencontré à cette époque et qui aimait mon approche des artistes m’a proposé de remplacer le directeur artistique qui venait de partir. Cette fonction que j’ai occupée deux ans m’a permis de prendre conscience que j’étais heureux en travaillant au service des artistes. Puis est venue une autre rencontre, celle avec le directeur d’une école de comédie musicale, le Studio 50, qui me propose en 2007 de rejoindre son équipe pour reprendre la classe d’art dramatique. En parallèle, j’ai toujours continué à faire de la scène notamment en cabaret mais j’ai peu à peu été happé par l’enseignement du théâtre puis plus tard du chant pour lesquels je me suis pris de passion. La formation artistique, l’enseignement et l’accompagnement de jeunes artistes et créateurs offrent un espace unique et créatif qui relie un pédagogue et un artiste. Ou le ’’faire et le voir’’ sont indissociables. La découverte du ’’geste artistique’’, la possibilité de s’essayer, de se saisir des outils des artistes, d’ explorer par la pratique avec son corps le chemin de la parole active, de la parole collective, du chant, du sens caché des choses, du pouvoir des choses, du pouvoir de l’ imagination, la redécouverte des émotions, tout cela nous montre la vie dans ce qu’elle a de plus intense. Ce travail est une vraie passion : le fait de risquer son corps et sa voix, sa présence, d ’ apprendre par cœur, le fait de se prendre pour quelqu’un d’autre, de ne croire à rien, de ne pas adhérer à quelque chose, le fait qu’il y a une liberté, une ouverture immense qui est une arme pédagogique fabuleuse fait que la pratique du théâtre ou du chant est une aventure intérieure unique pour développer ses possibilités de créativité, libérer sa véritable personnalité du souci des apparences, utiliser ses ressources cachées et son potentiel dans différents domaines de l’existence (personnels comme professionnels) et comprendre ses blocages émotionnels et physiques. C’est dans cette approche que j’anime aussi des ateliers de développement personnel. Un coach artistique est déjà par définition un coach émotionnel.

Quel est le rôle d’un coach émotionnel ? Son rôle est de clarifier et identifier les blocages et d’interagir afin de les effacer ou du moins les lisser afin de les faire disparaître. Il intervient de manière ponctuelle, précise et efficace. Le rôle du coach émotionnel est de développer davantage la personnalité. Pourquoi vouloir entamer un travail de développement personnel ? Il est impératif de bien se connaitre émotionnellement et de se comprendre. Pour évoluer de manière positive dans sa vie. Anticiper les moments d’angoisse non compris et donc de les transformer en énergie. Mais aussi pour être en harmonie avec soi et les autres. Que ce soit pour améliorer ses relations avec les autres ou tout simplement pour se sentir bien dans sa tête, il est essentiel d’apprendre à se connaître. Un travail sur soi est utile à l’épanouissement personnel et au bien-être. Des moyens de vaincre ses petits défauts et d’affronter les épreuves aux mille façons de prendre la vie du bon côté, en route pour un "moi nouveau" et un "mieux être" ! On nomme développement personnel ce qui peut être mis en œuvre par chacun de nous, par des techniques diverses, pour développer ses possibilités de créativité, libérer sa véritable personnalité du souci des apparences, utiliser ses ressources cachées et son potentiel dans différents domaines de l’existence (personnels comme professionnels) et comprendre ses blocages émotionnels et physiques.

Quelle est votre approche dans les séances ? Il y a différentes types d’approche : spirituelles, psychologiques, méditatives, sportives… La mienne est artistique. L’acte créatif procède de l’énergie originelle de la nature humaine. Assis, debout, couché, le corps et l’esprit créent. L’être humain crée en permanence. Cet élan naturel vers la création et l’émerveillement que cela suscite se voit clairement chez l’enfant. La création agit et se manifeste en nous et autour de nous par une énergie qui nous pousse ainsi à créer constamment : Plus je crée, plus je donne un sens à mon existence. Je crée donc j’existe. Voilà pourquoi le sentiment de n’être pas créateur de sa vie engendre un profond malaise existentiel qui peut trouver remède dans une activité artistique. L’art est au service d’un « mieux-être » à travers la musique, des jeux de théâtre, des exercices corporels et sensoriels, de la relaxation et de l’expression scénique.

Cela ne se rapproche-t-il pas de l’Art-Thérapie ? Vous avez raison mais à cette différence près que mon travail ne s’inscrit absolument pas dans un but médical mais comportemental.

A quel moment peut-on faire appel à un coach émotionnel ? Son intervention ne peut être efficace qu’en cas de volonté de changer. Il faut avoir un objectif précis et cohérent avec ce qu’on est. La nature humaine a ses limites hélas ! On ne peut pas se développer dans toutes les directions ! Cela ne concerne pas seulement les problèmes de malaise dans sa peau ou, de solitude... Mais lorsque l’on rencontre un blocage ou une incompréhension. Le coach est là pour écouter, comprendre et évaluer les contraintes à votre épanouissement. Mais surtout vous donner les "outils", les techniques afin de les neutraliser.

A quel type de public s’adresse le développement personnel ? Il n’y a pas de profil type ! Parmi les participants on trouve aussi bien : des commerciaux, des avocats, des professeurs, des artistes, des mères de famille, des retraités et toute personne souhaitant travailler sur ses blocages, affirmer sa personnalité ou encore utiliser son potentiel communicatif et créatif. J’anime un atelier qui est collectif mais je fais aussi quelques séances privées pour les personnes qui ressentent le besoin de faire un travail plus approfondi sur un point spécifique.

Comment expliquer que de plus en plus d’artistes fassent appel à un coach émotionnel ? L’artiste est souvent face à lui-même, face à ses doutes, à l’incertitude de son avenir. Le coach va l’accompagner dans sa démarche artistique, le réconforter dans son talent, et appuyer ses choix le plus objectivement possible. Grâce à de multiples techniques en développement personnel, le coaching artistique va permettre à l’artiste de se développer et grandir en accord avec lui-même. De plus il n’est pas toujours évident à l’artiste de se retrouver entre son identité propre et son identité artistique qui ne sont pas tout à fait les mêmes et peuvent créer une confusion mentale ou émotionnelle. Vous voulez devenir quelqu’un. Seulement voilà, qui exactement ? Découvrons-le !

A vous entendre vous semblez dire qu’il est de plus en plus dur actuellement de se lancer dans une carrière artistique… Le monde artistique foisonne de plus en plus mais davantage de produits que d’artistes. On parle marketing avant de parler de l’authenticité et des qualités réelles d’un artiste ! Par exemple il n’y pas longtemps j’invitais un producteur à venir voir le concert d’un artiste qui faisait sa première scène. Son concert était vraiment très bien. Plus tard je recroise ce producteur à qui j’ai demandé si il est allé voir le concert de cet artiste et il m’a répondu qu’il n’avait pas eu envie de venir car il ne trouvait pas l’affiche terrible. Cet artiste qui démarre n’avait effectivement pas assez de moyens financiers pour se payer de belles affiches et pourtant son travail est remarquable et c’est un artiste dont on risque de passer à côté encore un bon moment à cause de ce dictat du marketing. A cause d’une poignée d’aristos-artistico-commerciaux de la télé et du monde des affaires davantage séduits par le buzz que par la création, le métier est en souffrance et les artistes castés par une déesse fric qui manque cruellement d’audace et d’originalité. On a un peu oublié que les artistes doivent servir le public et non pas s’en servir. La provocation, l’arrogance et le manque de savoir-vivre artistique n’ont rien à voir avec la classe et l’élégance qui attirent les foules.

Les êtres qui ont eu le plus grand impact sur l’univers artistique , qui ont fédéré le plus grand nombre de spectateurs , sont ceux qui ont consulté sur ce qu’ils pensaient au plus profond d’eux-mêmes au lieu de faire docilement ce que leur dictaient leurs principes ou la mode. L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie. De tout temps, les artistes ont été guidés par les managers. D’Elvis Presley à Lady Gaga, en passant par Mickael Jackson et Madonna. Tous les artistes de notre planète, depuis des décennies, s’entourent d’astrologues, de guides, de conseillers, de managers, de coaches qui leur apprennent à avoir le courage d’agir différemment. La différence artistique est de plus en plus difficile à trouver. La place de l’artiste est de soutenir des idées, et pas des personnalités. Nous vivons un monde complexe qui change et se transforme de plus en plus vite et dans lequel les repères sont souvent mis à mal ainsi que les rapports avec autrui. La stabilité sentimentale et émotionnelle n’est pas toujours chose aisée. L’artiste qui est sans cesse dans le rapport à l’émotion et à l’autre doit trouver sa place, son style et son mode de fonctionnement et les accepter tout en veillant à garder son équilibre intérieur, familial et personnel. Le rôle du coach est alors de comprendre le cheminement émotionnel de chacun pour faciliter l’équilibre et la créativité. Pour construire ou réparer un parcours artistique, il faut disposer d’un environnement adéquat pour attirer les chances de rencontres et d’opportunités

Pourquoi vous ? Et pas un autre coach émotionnel ? Je ne vous dirais pas que je suis meilleur que les autres car il faut être sincère, le "feeling" est essentiel pour une évolution significative.

Propos recueillis par Emilie Perrin.

Portfolio