POPULI-SCOOP : Info citoyenne & Actu critique

 


Accueil du site > Editorial, opinion, point de vue, déclaration, paix, pertinente, monde, (...) > DEBOUT LES JOURNALISTES DANS LES ASSISES DU 21.05 AU 23.05

Etre ou ne pas être, la haute qualité pour dépasser le nouveau journalisme citoyen.

DEBOUT LES JOURNALISTES DANS LES ASSISES DU 21.05 AU 23.05



Les médias à l’heure du Web, les journalistes en quête d’identité.


mercredi 21 mai 2008
par Gros Emile


Une question d’identité met la corporation des journalistes devant les mutations du secteur des médias. Le rayonnement des rubriques (mais surtout des organes) dits people écorne l’investigation et les rédactions qui fournissent une matière dite de fond. La ruée des citoyens dans les nouveaux médias et leur généreuse interactivité, c’est dire l’intrusion dans une des sphères des pouvoirs de la vie publique, n’est pas appréhendée par les professionnels, et là ! Que de questionnements, la notoriété ne trouve ses comptes. Quand l’école, et depuis peu l’ordinateur, a engendré des millions d’écrivains pour la littérature, les anciens auteurs se sont effarouchés… Mais le temps a fait le reste !

Voir en ligne : Site des 2èmes Assises Internationales du journalisme.

Ce texte est vocalisé, aux non-voyants, version phonétique, cliquez - ici -

Les orages ne sont pas encore dissipés suite à l’amendement du jeudi 15 mai, de la loi de 1881 dite de la liberté de la presse qui a été commentée à l’époque de sa promulgation par Emile Zola avec « Le journalisme est le dernier des métiers » alors que l’affaire Dreyfus faisait toutes les Unes. Les assises internationales du journalisme se sont ouvertes à Lille, à partir de ce 21 mai et pour 3 jours. Comme une réplique collective... Voir notre brève information.

Le même jour s’est tenu, à 15 heures, un rassemblement de protestation devant le siège de l’AFP (Agence France Presse) place de la Bourse, organisé par l’intersyndicale de l’agence pour dénoncer les attaques et charges incessantes de hauts responsables politiques du pays. Outre Mr. Nicolas Sarkozy qui s’en est pris à plusieurs organes (L’Express, Marianne, le Journal Du Dimanche, l’AFP et Le Parisien) les accusant de ne pas avoir suffisamment relayé la condamnation de Mme Ségolène Royal dans l’affaire de ses ex-collaboratrices. Suivi par Mr. Frédéric Lefebvre qui a enfoncé le bouchon, parlant ouvertement de censure. Ce qui nuance aussi le brin de l’autocensure.

C’est dire aussi que ce détail ou scoop démontre que certaines attaches sont, hélas !, peu loyales ou équitables envers les acteurs politiques. Ils offrent offrent la belle occasion de mettre le doigt là où le public, l’administré et le consommateur ayant sa représentativité aux panels des audimats, pour attendre le plus d’équité. Ségolène Royal a eu des relations de travail impardonnables, que cela agace les connivences, et cette affaire d’injustice est encore inaudible à ce jour. Ce qui donne matière à critique de l’autorité plus intouchable, car présidentiable, qu’un simple confrère, un organe, un modeste bloggeur et autres intervenant vulnérable et à découvert. Notre passage ici risque de d’être argument devant les tribunaux.

Sous le questionnement quelque peu décalé sinon peu recherché et à la limite, comme la qualifia un expert, saugrenue : « à quoi sert un journaliste ? » qui est retenu pour les prochaines assises, encore d’autres, prévues avant la fin de l’année. Cette rencontre d’Aras, Lille, a déjà lancé, dès l’ouverture un appel pour une « charte de qualité de l’information ». On ne peut plus claire, pour se croire et se placer d’une manière incontestable le meilleur de tous, une « Instance d’éthique » dont les contours restent encore invisibles. Demandant l’intégration de la première dans la convention collective qui préside aux relations de travail de la corporation. Ce projet de charte a vu le jour lors des assises de 2007 et a certainement eu le temps de mûrir. Il vise, selon ses promoteurs, de regagner le public par l’aptitude qui rehausse ou recherche des caractéristiques qualitatives pour l’information déjà confectionnée, et non au niveau de son élaboration où entrent en jeu les sources et la promiscuité. Or à ce sujet, relatif à la bonne facture certains « reporters » de la blogosphère et des nouveaux médias dits « citoyens » apportent, malgré leurs moult faiblesses, tant de belles réalisations que de nouvelles aussi fraîches que succulentes et insolites.

ICI, VOUS AUSSI Cliquez pour répondre à cette question Image hébergée par servimg.com Les médias Français vivent un branle-bas et tensions avec la majorité politique dont les ténors jouent d’une main à la manipulation, en ce qui concerne le caractère « people » de leur leader en la personne du chef de l’Etat qui semble leur donner rendez-vous à chaque apparition privée ou dans le cadre de sa mission présidentielle, et d’une autre main une offensive visant à les mettre dans les rangs. Et en s’adonnant à plaisir, pour une presse spécialisée en people, de le suivre dans les, ce qui a laissé dire à un journal le « Bling-Bling » et autre attirail, sorties depuis le bateau privé naviguant dans la baie new-yorkaise jusqu’à Disney Land en banlieue parisienne. Ainsi que des histoires de cœur, parsemées de SMS et autres révélations en volte-faces, faites comme un roman rose, traînant le niveau des médias au rabais audible comme nuisible que parfait. Le poids de cette presse dite people ne rassure pas tant, soit peu du fait de sa prépondérance aux yeux des communs. Les travaux journalistiques de fond, jamais excusables en cas de dérive, sont désarmés devant l'ampleur de la séduction présidentielle mise sur la place publique. Mais la grande révolution subie par les médias avec le Web, comme une innondation de facto incontournable et difficile à contenir, draine une digestion non encore abordée. Eh ! Elle a envahi les canaux avec forcing, et n’a encore dit son dernier mot. Ce qui laisse dire à beaucoup de professionnels présents et invités à s’exprimer en la circonstance, dans leurs réponses à la question slogan « A quoi sert un journaliste » et -à propos du net- les propos suivants : {{Patrick Roger}} Image hébergée par servimg.comde France-Info : … la bourrasque technologique.

Hervé Brusini Image hébergée par servimg.com de FR3 : La fabrication d’un morceau de truc qui va rentrer dans un ensemble que tu connais à peine. Sans parler du Net ? Tu sais ça, le Net ?

Bruno Frappat Image hébergée par servimg.com président du groupe Bayard : Nous sommes tous des journalistes ! » On pourrait croire, parfois, que les journalistes professionnels n’ont pas d’avenir. Qu’ils vont se fondre dans la masse des citoyens devenus journalistes, cernés qu’ils sont par tout un chacun puisque ce chacun a son mot, son site, son blog à dire sur toute chose.

Karl Sivatte Image hébergée par servimg.comprésident des clubs de la presse de France et francophone : Avec la multiplication des émetteurs d’informations, le public fait des choix tant au niveau des télécommandes que des souris, objets difficiles à maîtriser.

Hervé Bourges Image hébergée par servimg.comprésident de l’Union internationale de la presse francophone et président de l’école supérieure du journalisme : La rapidité dans la constitution de l’information, dans sa recherche, dans sa formulation, et dans transmission est le premier avantage affiché par les nouveaux médias.

Enfin comme nous gardons l’initiative, ci-après : Fadel Chanaa, journaliste de Reuters, délibérement assassiné par Tsahal. RSF (Reporters Sans Frontrières) fait semblant de ne rien savoir et son "BOB" assiste aux assises. Alors que tous le monde fait semblant de ne jamais connaître les dessous de l’ONG RSF que beaucoup du personnel d’une presse parallèle ne cesse de suggérer les vérités. Que de complaisance, comme pour Mme Royal. En effet Tsahal ne veut qu’on sache...

Nous donnons la promesse de vous rapporter l’oeuvre journalistique de Fadel. Rendez-vous est donné.